Allaitement·Maternage proximal·Préparer la naissance

Le lait maternel – un élixir de santé (retranscription)

 

Retranscription du documentaire, réalisé par Marion Schmidt et diffusé  en 2018  sur ARTE

« Le lait maternel, le premier aliment naturel au Monde, est un merveilleux chef d’œuvre de l’évolution. Aucun produit synthétique n’est en mesure pour le remplacer. Un élixir  indétrônable dont les bienfaits vont même jusqu’à séduire de plus en plus d’adultes ! »
Partout dans le monde, des scientifiques cherchent à percer les secrets du lait humain.

Voilà comment débute ce superbe reportage.
Dans cet article, je vous propose une retranscription des faits relevés dans ce reportage, afin de les rendre accessibles, même si vous n’avez pas le temps de le regarder.

L’ex RDA (Allemagne) avait fait de l’allaitement une lutte spécifique. Il y avait des campagnes pour le favoriser et pour permettre aux femmes de faire des dons de leurs excédents. Le peau-à-peau était également conseillé afin de mettre en route l’allaitement. Des endroits étaient spécifiquement prévus pour aider les mères à trouver les positions optimales afin d’allaiter.

Le lait maternel est si complexe que certains de ses composants ne sont pas encore connus. Certes, un petit nombre mais qui sont suspectés d’avoir des effets majeurs.
Les bébés nourrit au sein sont moins sujets aux troubles gastro-intestinaux, le taux d’infection est moins élevé et il favorise le développement intellectuel. Ils sont aussi moins sujets à l’asthme et aux infections respiratoires. (Dans cet article, je vous propose une vue claire de ce qui se sait déjà sur les bienfaits de l’allaitement)

Le profil glucidique du lait joue un rôle clef dans la colonisation bactérienne intestinale. Le LM contribue au bon développement du microbiote intestinal, protège contre les maladies métaboliques et auto-immunes.
Les bactéries sont nécessaires aux bébés afin de développer son système immunitaire pour combattre les bactéries pathogènes. Une première voie de colonisation bactérienne se produit lors de l’accouchement par voie basse, par le passage des voies pelviennes. Ensuite, le LM amène les bactéries dans l’intestin. Il constitue le premier vaccin du nourrisson.

L’intestin du nouveau-né est un organe très fragile.   En néonatalogie, la crainte de l’entérocolite nécrosante planait chez les prématurés principalement. Il n’y en a plus actuellement… probablement parce qu’on donne du LM à ces enfants prématurés, en complément du lait de sa propre mère ou dans le cas où la mère ne peut pas allaiter, parfois justement temporairement (montée de lait tardive). (Voici un article pour informer concernant l’allaitement de bébés prématurés : http://www.co-naitre.net/wp-content/uploads/2016/04/AMprematureAA2011GGF.pdf)
Les lactariums d’Allemagne ont été fermés avec l’avènement du lait artificiel… Mais elle tente de combler le manque actuel de structure.
En France, ils sont assez nombreux et organisés pour rendre les dons faciles aisés. Les dons collectés sont pasteurisés et soumis à des contrôles avant d’être redistribués aux services de néonatologie.

arte préma

Cependant, la recherche actuelle a mis en évidence qu’une part importante des bactéries contenues dans le LM est bénéfique pour les nourrissons. La pasteurisation élimine aussi beaucoup de ces bonnes bactéries. Certains lactariums utilisent le lait non pasteurisé. Mais, par exemple, la Norvège a une politique d’utilisation de LM qui est entièrement non-traité pour préserver la totalité de son potentiel bioactif essentiel aux nourrissons prématurés.

La production du LM se fait en 3 étapes principales.
D’abord, de J1 à J5 environ, le corps produit un liquide jaunâtre et collant, produit en petite quantité (en lien direct avec la taille de l’estomac du nouveau-né) : le colostrum, qui pose les premières pierres du système immunitaire.
De J6 à J15 environ, la mère produit du lait de transition, plus riche en lipides et en glucides.
Plus le bébé tête les seins, mieux il stimule la lactation.
A partir de J16 environ, la production croît de manière significative (toujours de manière tout à fait adaptée à la physiologie du bébé).
Au cours de la 5ème semaine de vie du bébé, la mère produit du lait dit « mature » et le taux d’anticorps diminue de 90%.

Pour les nourrissons prématurés, le lait maternel de la mère ou des donneuses doit être supplémentés afin qu’il soit plus riche en glucides, lipides et protéines ainsi qu’en électrolytes. Cela augmente les apports par ml alors que les prématurés ont un estomac minuscule.

Les coûts inhérents aux lactariums en font des structures difficiles à implanter, car peu compétitives financièrement.

Avant l’ouverture des lactariums, c’étaient des nourrices qui étaient engagées pour alimenter les nourrissons des femmes qui ne pouvaient pas allaiter. En 1904, dans la pouponnière de Dresde, 208 nourrices y travaillaient avec une tenue de travail adéquat (c’est-à-dire une robe laissant l’accès aux deux seins).
Les familles les plus aisées s’allouent une nourrice privée, qui en fait un marqueur social de bourgeoisie.
La plupart de ces femmes sont des mères célibataires en situation précaire, contraintes d’allaiter pour échapper à la misère. Elles se chargent, entre autres, de nourrir les bébés dans les parcs ou les guinguettes.

nourrice
Image provenant du film : disponible sur https://www.amazon.fr/lait-autres-histoire-nourrices-morvan/dp/B000F9SN3W

A Vienne, en Autriche, le premier lactarium vit le jour en 1909. Le concept innovant s’étend par la suite aux 4 coins du Monde. Il a eu une activité croissante majeure entre 1920 et 1950. La période la plus fastueuse fut entre 1940 et 1950 où 19.000l de lait transitaient par ses murs.
Mais depuis les 15 dernières années, il s’agit uniquement de 2.000 à 3.000 l de lait, au maximum.
Les dons de lait ne parviennent pas à couvrir la demande, évidemment.

Ces dernières années, il y a eu des campagnes pour favoriser l’allaitement. Cela paraît fou alors que c’est la pratique la plus naturelle et surtout, la mieux adaptée aux nourrissons.
L’industrie alimentaire a poussé le vice au point de promouvoir un aliment synthétique au détriment du lait maternel.
Les femmes d’aujourd’hui doivent réapprendre à donner le sein.
La plupart sont incapables d’allaiter de manière instinctive, tout est devenu très compliqué. (Petit aparté : j’explique pourquoi dans l’article « allaitement vs biberon : un choix éclairé ?)

A Vienne, ce lactarium vend également du lait aux particuliers.
Une mère a essayé d’allaiter sa fille mais c’était difficile à cause de son diabète de type 1. Elle avait d’énormes hypoglycémies. (Pour avoir plus d’informations concernant la conduite de l’allaitement alors que la mère est atteinte de diabète insulino-dépendant : https://www.lllfrance.org/1956-meres-allaitantes-diabetiques-quelques-etudes)
Cependant, elle et son conjoint souhaitaient absolument que leurs enfants bénéficient du lait maternel.
Dans les cas de pénuries de LM au lactarium, celui-ci ne vend du lait aux particuliers qu’en cas d’urgences, sur ordonnance.
Cette mère a été chanceuse, jusque-là !

arte acheteuse

 

Les mères qui donnent le sein retirent également des bienfaits de cette pratique : l’allaitement réduire le risque de cancer du sein et de l’ovaire et l’immunise contre l’obésité et le diabète.

Le LM évolue au cours de la journée. Il contient des substances stimulantes le matin, mais apaisantes et somnifères le soir, afin d’aider les nourrissons à s’adapter au cycle jour/nuit.
Le lait maternel s’adapte également au sexe de l’enfant. Pour un petit garçon, il est plus nourrissant et plus riche en graisse et en protéines. Pour une petite fille, il est plus abondant.

La plupart des prématurés n’ont pas la force de téter. Les jeunes mères doivent donc tirer leur lait environ 8 fois par jour (cela s’appelle du tire-allaitement). C’est en présence du bébé et avec l’aide d’une consultante en lactation que cela se met le mieux en place.
D’ailleurs la production de lait est fluctuante en fonction des dispositions mentales de la mère. Les mères de bébés prématurés ont besoin absolument d’être soutenues afin de mener ces tirages au mieux et de pouvoir également effectuer des dons à d’autres bébés.

Au CHU de Vienne où est tourné cette partie de reportage, le lait maternel des femmes ayant eu des bébés avec de gros retard de croissance est analysé grâce à une machine spécifique dans le but de déceler des hypothétiques carences. Selon le profil du lait, celui-ci est amélioré en protéines, lipides ou glucides. Les professionnels améliorent ainsi spécifiquement le lait de chaque ration.

Malheureusement, dans ce lactarium interne à l’hôpital viennois, les dons suffisent à peine à couvrir les besoins des grands prématurés.
Or, d’autres bébés, comme ceux nés juste avant terme ou des nourrissons atteints de maladies gastro-intestinales bénéficieraient grandement de LM.
En outre, on sait maintenant que les adultes ayant des pathologies gastro-intestinales telles que la rectocolite hémorragique et la maladie de Crohn peuvent être soulagées grâce au LM.

La production de LM est variable d’une femme à l’autre. En moyenne, chaque jeune mère peut produire 450g de lait/sein.
Les mères de prématurés produisent souvent bien plus que les besoins de son propre bébé.
Une mère interviewée produit de quoi nourrir 2 nourrissons prématurés en plus du sien. Cette jeune mère est de confession musulmane. Dans l’Islam, il est proscrit le mariage en frères et sœurs de lait, donc le don n’est pas bien perçu.
Malgré tout, elle a décidé d’outrepasser cette barrière pour faire bénéficier les autres prématurés de son lait.

arte donneuse

Chaque tétée équivaut à un menu complet en 3 parties :

  • En début de tétée, le LM est très aqueux afin de désaltérer le bébé :
  • Ensuite, le LM s’enrichit progressivement en graisse
  • En fin de tétée, le lait est extrêmement riche en lipides et entraine la satiété du bébé (d’où l’importance de ne pas écourter les tétés par un horaire précis !).

La zone géographique d’habitation de la mère fait également fluctuer la composition du lait. Dans les pays très chauds, la mère produit plus de lait désaltérant.

Le CHU de Munich a organisé un colloque sur l’alimentation des nouveau-nés.
Un chercheur, Lars Bode venu de l’Université de Californie San Diego, a mis en évidence, lors de cette rencontre, un des composants du LM : des oligosaccharides, qui sont l’objet de nombreuses recherches depuis quelques années.
Les oligosaccharides semblent être le troisième plus important composant du lait après les lipides et le lactose. Leur concentration est plus importante que toutes les protéines du lait maternel. C’est pour cette raison que la recherche essaie de trouver leurs rôles précis pour l’enfant et peut-être aussi pour la mère.

Ces oligosaccharides sont des glucides complexes. Il y a plusieurs types de glucides qui co-existent dans une même molécule. Ils cherchent à savoir comment une mère peut produire ces oligosaccharides, et son bienfait.
Chaque mère produit un profil glucide différent. La recherche tente de mettre à jour les facteurs de ces variations interindividuelles.
Il s’avère que les oligosaccharides sont également présents dans le sang des femmes enceintes et dans le cordon ombilical.
Dans l’étude présente, l’objectif est de mettre en place des normes afin d’estimer dans quelle mesure le taux et les types d’oligosaccharide normaux. Cela permettrait de détecter certains risques pour la grossesse ou un problème de croissance chez le nourrisson.
A terme, la scientifique qui gère cette étude espère mettre à jour un biomarqueur.  Mais c’est une recherche en balbutiement. Ils tentent de mettre à jour quels sont les facteurs maternels (alimentation, activité physique, alimentation,…) qui influencent la formation de ces oligosaccharides chez la femme enceinte puis chez la femme allaitante.
Ils pourraient aussi permettre de mettre à jour des risques de maladie métabolique.

Cependant, les bébés n’entrent en contact qu’avec ces glucides que lors de la première gorgée de LM.
Le fœtus est familiarisé aux saveurs via le liquide amniotique qui s’empreint des arômes de la nourriture maternelle.
Il en va de même lors de l’allaitement où le lait aura une couleur et une saveur différentes en fonction de l’alimentation de la mère. Cela développe ses papilles et ses futures préférences gustatives. Ce que ne permet pas le lait artificiel, puisqu’il a toujours le même goût.

A l’Université Technique de Graz, le LM est aussi au cœur de la recherche. Ils tentent de synthétiser artificiellement les oligosaccharides humains. Cela pourrait servir en guise d’alicaments, de traitements thérapeutiques et bien sûr, d’additif pour le lait synthétique pour bébés.
Barbara Petschacher, qui travaille dans cette université, défend le fait que tous les enfants ne peuvent être allaités (autre aparté en mentionnant qu’en réalité un très faible pourcentage- 1 à 5% – de femmes ne sont pas capable physiquement de produire du lait en suffisance : une hypotrophie des glandes mammaires, suite à une chirurgie mammaire -il est possible d’allaiter que d’un sein en cas d’ablation de l’autre-, ou encore à cause d’un traitement incompatible qui ne peut être postposé… Tout le reste, ce sont des facteurs psychologiques et de la désinformation volontaire inhérente au fort lobbying de l’agroalimentaire. Le business du lait artificiel est juteux ! En cas de douleurs ou de faible prise du poids du bébé allaité, il convient de vérifier les freins labiaux et lingual, la position de mise au sein et les possibles troubles ostéopathiques/posturaux du bébé. Je conseille d’ailleurs fortement une visite « de routine » à tous les nouveau-nés afin de s’assurer qu’aucune tension ne leur engendre des douleurs, après une descente dans le bassin parfois chaotique et une grossesse où ils auraient pu développer torticolis ou autre syndrome type KISS) et que grâce à ces oligosaccharides, les laits synthétiques seraient plus qualitatifs.

composition LA
Lait Gallia Calisma Relais 2ème âge

(Il est possible de constater dans la composition des laits artificiels, la présence de Fructo-oligosaccharide et galacto-oligosaccharide. Il ne faut pas s’y tromper : ils n’égalent en rien les oligosaccharides humains : https://www.researchgate.net/figure/Human-milk-oligosaccharides-HMO-and-galacto-oligosaccharides-GOS-are-structurally_fig1_51850724
En outre, Nestlé a lancé la commercialisation d’un LA contenant deux oligosaccharides qu’ils vantent être proches de ceux humains. Toutes les études ont été financées par Nestlé, actuellement… Si des conclusions démontrent que le microbiote intestinal est moins pauvre que pour un lait artificiel standard, cela ne permet pas de combler les apports reconnus de l’allaitement. Voici un lien vers une des études Nestlé :
https://www.mdpi.com/2072-6643/10/9/1161)

 

Bernd Nidetzky, enzymologue à l’Université de Graz, mène cette étude sur la synthétisation des oligosaccharides, à base d’enzymes. Ces derniers sont de plus en plus demandés sur le marché.
Le processus de synthétisation est coûteux. Quant à l’extraction des oligosaccharides à base de LM est impossible.

L’engouement pour le lait maternel se manifeste sous diverses formes. Par exemple, des médaillons contenant quelques millilitres de LM, ou des perles de lait. Il y a aussi des tentatives de le transformer en fromage.
Dans le milieu du bodybuilding, le LM est connu pour être un booster musculaire. C’est la raison pour laquelle les lactariums qui vendent aux privés et les femmes qui proposent leurs excédents sur internet sont largement sollicités.

Ceux qui n’ont pas la possibilité d’avoir accès à du LM vérifié, peuvent toujours se rabattre sur une variante non contrôlée : les mères qui écoulent leurs stocks de lait. La plupart ne cherchent pas à faire du profit et souhaite simplement aider d’autres mères.
Daniel Klotz, médecin-chef et fondateur du lactarium du service pédiatrique du CHU de Freiburg en Allemagne, s’est penché sur ce commerce d’un nouveau genre.
Pour mener son étude, il a contacté 45 femmes qui vendaient leur lait en ligne.  Il a pu analyser plusieurs échantillons de 12 d’entre-elles.
Des contrôles de la température au moment de la livraison furent effectués, ainsi que la qualité de l’emballage et les prix demandés.
Son équipe a ensuite analysé la teneur en bactéries et en nutriment compris dans chaque échantillon de lait.
Ils ont pu déceler un grand nombre de bonnes bactéries, qui jouent un rôle essentiel dans la colonisation de l’intestin du nouveau-né.
Mais ils ont également détecté des bactéries intestinales qui, a priori, n’avaient rien à y faire, rendant le lait probablement impropre à la consommation.

Aux USA, le commerce du lait maternel sur internet a des proportions bien supérieures à l’Europe.
le Dr. Klotz s’est aussi intéressé à ce commerce. Un site internet « Only the breast » propose des catégories de lait, de provenances variées, dont l’Europe. C’est cette plateforme qui se fournissait en LM au Cambodge, ce qui est maintenant proscrit. En fait, le Cambodge a interdit l’exportation du LM vers les USA.
Il y a d’autres plateformes, comme des industriels : Ambrosia LABS, qui permet aux acheteurs de recevoir leur LM à domicile mais aussi, Medolac qui rachète le LM des femmes noires de Détroit, aux USA. Cette ville est en pleine faillite et le taux de mortalité infantile est très élevé. Ces mères sont issues d’une classe socioéconomique défavorisée. Cette société, potentiellement, les exploiterait.
Une association, Black Mother Breastfeeding, a lancé une campagne sur les réseaux sociaux. Elle a pour but de rappeler que, par le passé, des esclaves noires ont été exploitées pour nourrir les bébés des propriétaires de plantation.
Cette condamnation publique a amené cette entreprise à cesser cette pratique.

nourrice noire
Illustration issue de http://www.raphaeladjobi.com/archives/2014/06/29/30161199.html

C’est dans les pays les plus pauvres que le lait artificiel (je corrige le narrateur qui utilise le terme « lait maternisé », qui ne peut être utilisé pour son aspect trompeur) a la meilleure réputation… A cause de campagne de publicité massive. Le lait artificiel passe pour être un produit dont la composition est optimale.
Certains pays prônent l’allaitement, comme le Ghana, où des dispensaires aident et conseillent les jeunes mères pour l’allaitement au sein. Il y a toute une ambiance (chants, danses, accompagnement) et une information des mères afin qu’elles sachent qu’elles garantissent une meilleure santé à leur bébé en les allaitant, surtout les 6 premiers mois de vie où ils sont en allaitement exclusif.
Dans de nombreux pays du Monde, on cherche à convaincre les femmes de l’importance du LM, en particulier au Pakistan où le taux de mortalité infantile est le plus élevé au Monde.
Au Bangladesh et en Indonésie, les infirmières expliquent aux jeunes mères que le LM permet de prévenir les maladies et les infections gastro-intestinales.
Des actions similaires ont autrefois été menées en Europe (comme précisé au début du reportage, en RDA).
En Inde, l’allaitement se raconte façon Bollywood. Cependant, les croyances ont la vie dure.
En Chine, le LM est devenu un nectar pour privilégiés. Des agences spécialisées vont même jusqu’à proposer des nourrices… pour les adultes. Ici, l’allaitement reste rare, malgré les scandales du lait frelaté qui ont eu lieu par le passé. L’UNICEF a choisi de traiter la thématique par un dessin animé très coloré mettant en scène l’allaitement chez les autres mammifères. Une astuce pour montrer que pour l’humain aussi, l’allaitement est le moyen le plus naturel pour nourrir son enfant.
Voici le lien : https://www.youtube.com/watch?v=f96dM5Uo6cY

unicef breastfeeding

La ville de Lund, dans le Sud de la Suède, compte un tiers d’étudiants dans sa population. Cette ancienne cité médiévale a la plus forte croissance du pays. C’est là-bas, il y a 20 ans, qu’une découverte sur le LM, dans le cadre de traitement des maladies cancéreuses, pourrait être majeure !
Une protéine du LM serait manifestement capable de détruire des cellules cancéreuses sans atteindre les tissus sains.
Des études cliniques vont être menées afin de savoir si la substance, nommée Hamlet, aura des effets aussi concluants que ceux conduits en laboratoire.
Catharina Svanborg, Directrice de l’étude et Immulogue à l’université de Lund, s’était déjà penchée sur les oligosaccharides avant de tomber sur la protéine Hamlet, par pure hasard. C’était totalement inattendu !
Elle et un étudiant de Master, alors qu’ils faisaint des tests dans le but d’éradiquer des cellules cancéreuses, ont découvert une réelle modification dans la structure de ces cellules malignes. Les cellules étaient en train de mourir.
A la suite des tests laboratoire, sur les animaux et sur les humains, il fut déjà constaté que la protéine Hamlet a un impact efficace sur une quarantaine de types de tumeur, comme le cancer du sein, du foie, la leucémie, les tumeurs au cerveau, mais aussi de la vessie et de la peau.
Lors de ces tests, les patients ayant reçu Hamlet ont excrété les cellules tumorales via leurs urines en quelques jours.

Afin de travailler sur cette substance et de l’utiliser en grande quantité, les chercheurs ont d’abord dû créer un complexe protéo-lipidiques.
Pour créer Hamlet en laboratoire, ils doivent purifier l’Alpha-lactalbumine. Il s’agit de la protéine la plus enrichie dans le lait humain. Ensuite, elle est mélangée à un acide gras, l’acide oléique, qui est l’acide le plus enrichi dans le LM.
C’est avec ce puissant complexe moléculaire qu’ils parviennent à traiter les cellules tumorales en 3 heures !

hamlet_is_formed_from_x-large
L’équipe au sein de l’Université de Lund qui se charge des recherches sur Hamlet se réunit régulièrement pour faire part des découvertes.
Dernière en date, ils ont réussi à guérir mais aussi à prévenir l’apparition d’un cancer du côlon chez la souris grâce à Hamlet. Ils espèrent pouvoir transposer cela à l’humain.
Ils souhaitent trouver des solutions sûres pour les patients atteints, sans donner trop de fausse joie aux patients dits incurables.
Cependant, dans le cas d’un patient atteint d’un cancer de la vessie. Catharina Svanborg précise à quel point c’était impressionnant de constater que ce dernier excrétait des cellules tumorales par ses urines quelques heures après avoir reçu l’injection. Ce furent des résultats bien plus sensationnels que prévus. L’apparence de la tumeur se modifiait également.
Mais comme il ne s’agissait pas d’une étude contrôlée contre placebo, comme c’est légion en sciences, il n’est pas possible de parler d’efficacité thérapeutique.
Le traitement Hamlet promet cependant des effets extraordinaires. Il agit localement et n’endommage pas les tissus sains autour.
Après plus de 20 ans de travail, ils vont commencer à mener des essais cliniques sur des patients atteints de cancer de la vessie. Cela permettra de savoir si Hamlet a une efficacité thérapeutique avérée.

Les dernières recherches sur le lait maternel ont éveillé l’intérêt de nombreux chercheurs à travers le Monde. Ce nectar, qui est un passeport pour la santé et ses effets sur les adultes, est encore à explorer.
Lars Bode insiste sur le fait que les bienfaits de l’allaitement vont bien au-delà des 6 ou 12 mois du nourrisson. Le LM le protège à long terme, jusqu’à plusieurs décennies, principalement sur les risques de développer de l’asthme, des allergies, une obésité et un diabète se jouent dès les premiers mois de l’existence.
le LM contient de nombreux éléments protecteurs. S’il était possible de les synthétiser, ils ne seraient pas simplement utilisés comme aliment mais aussi comme médicament, précise Thierry Hennet, Professeur de Biologie Humaine à l’Université de Zurich.

Seul problème, le lait maternel est une ressource limitée et c’est aux nouveau-nés qu’il doit être réservé en priorité.
Il est donc nécessaire d’inciter les femmes allaitantes à effectuer des dons qui, selon l’avis des intervenantes, devraient croître durant les 20 prochaines années.

tire lait

Voici le site de l’ADLF qui reprend tous les lactariums français: http://association-des-lactariums-de-france.fr/liste-des-lactariums/

Étant belge, je suis consternée de constater qu’il y a un seul lactarium, au CHR de la Citadelle, à Liège.

Au Québec, c’est Héma-Québec qui gère le lait maternel sur le territoire: https://www.hema-quebec.qc.ca/lait-maternel/donneuses-lait/banque-publique-lait-maternel.fr.html
Je suis certaine que le visionnage (possible sur le replay d’ARTE jusqu’au 28 octobre 2018) ou à défaut, la lecture de cet article, t’a offert des connaissances incroyables.

A très bientôt, Lectrices et Lecteurs Curieuses.x!

 

P.S.: pour un index de mes articles concernant l’allaitement:

 

 

 

 

Publicités

4 commentaires sur “Le lait maternel – un élixir de santé (retranscription)

    1. Bonjour Élodie !
      C’est vrai que je n’ai pas axé ma recherche sur la Belgique non francophone et quand j’ai regardé, seul liège est ressorti !

      Merci de m’en informer.

      Je reste quand même dépitée qu’il n’y ait aucune récolte régionale organisée.
      Namuroise, je me vois mal cumuler au moins 1.5l (critère liégeois) et faire la route pour apporter ça… :-/

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s