Éducation bienveillante·Communication Non-Violente

Le mythe du Complexe d’Oedipe : sortir d’une théorie inutile !

Dans ce dossier, tu vas avoir quelques informations pour comprendre pourquoi le Complexe d’Oedipe est une conception obsolète du développement infantile.

oedipe le chat

Geluk et son chat !

Voici la table des matières :

  • le mythe d’Oedipe
  • Pourquoi ce mythe est considéré comme fondateur dans la psychanalyse freudienne ?
  • Le problème de l’interprétation du complexe d’Oedipe dans la population générale
  • Prohibition de l’inceste : typiquement constitutif de la société humaine ?
  • Enfants amoureux et jaloux de leurs parents : sans Oedipe, comment comprendre ces phénomènes ?
  • Pourquoi les psychanalystes et psychologues/psychiatres d’orientation analytique s’opposent souvent aux pratiques de parentage proximal ?
  • Sortir de la catégorisation pour mieux accompagner enfants… et patient.e.s !
  • Mots de la fin

– Le mythe d’Oedipe

Le complexe d’Oedipe se fonde sur le mythe d’Oedipe.
Voici un texte détaillé qui explique l’histoire du héros aux pieds enflés.
Si tu souhaites passer cela et accéder directement à l’argumentation s’opposant au ciomplexe d’Oedipe, je t’invite sincérement à scroller vers le bas quelques instants !

« Dans le royaume de Thèbes, vit un roi du nom de Laïos. Celui-ci est marié à la ravissante Jocaste. Tout deux n’ont pas d’enfants et commencent à s’inquiéter sur l’héritier du trône. Alors Laïos va consulter l’oracle de Delphes afin d’être éclairé. Mais la Pythie lui fait une terrible révélation. Laïos aura un fils qui le tuera et se mariera avec sa mère. Cette révélation est tellement incroyable qu’elle relève de l’absurde. Mais la Pythie ne se trompe jamais alors c’est remplis de tristesse que les deux époux décident d’abandonner leur enfant à sa naissance. Ils le confient à un serviteur, un berger qui va traiter l’enfant comme du bétail. Il lui transperce les chevilles afin de faire passer une corde pour mieux le tenir par les pieds. C’est d’ailleurs par cette anecdote que l’enfant sera appelé Œdipe qui veut dire « pieds enflés ». Quoiqu’il en soit, le berger monte l’enfant sur une montagne afin de l’exposer aux bêtes qui finiront par le dévorer. Mais en chemin il croise par hasard la route des hommes de Polybe, roi de Corinthe. Ces derniers proposent au berger de recueillir l’enfant et de le ramener à Polybe qui lui rêve d’en avoir un mais n’y parvient pas. Alors le berger accepte et voilà le jeune Œdipe conduit jusqu’au royaume de Polybe. Durant toute sa jeunesse il est élevé avec amour et abondance par le roi et la reine qu’il croit être ses vrais parents.

Mais un jour alors qu’il jouait avec un de ses camarades, Œdipe se fâche avec celui-ci et la dispute vire aux insultes. Là son ami le traita de « bâtard » ce qui laisse donc sous-entendre que les parents d’Œdipe ne sont pas ses parents biologiques. Sous l’emprise du doute le prince interroge ses parents qui nient évidement. Mais Œdipe n’est pas rassuré pour autant, il est même perplexe. Alors il décide d’aller consulter lui aussi l’oracle de Delphes pour en avoir le cœur net. Seulement comme l’avait annoncé la Pythie à Laïos, Œdipe apprend qu’il va tuer son père et se marier avec sa mère. Au passage je tiens à préciser que ce terme sera développé par Freud par le « complexe d’Œdipe », cette attitude infantile où les garçons désirent inconsciemment leur mère et rejettent leur père. Quoiqu’il en soit, Œdipe est anéanti par la nouvelle de la Pythie. Il décide alors de quitter Corinthe à tout jamais afin d’être sûr de ne pas tuer son père Polybe et sa mère Périboea. Sauf qu’en fuyant il va inconsciemment faire tout l’inverse, Polybe et Périboea n’étant pas ses parents mais Laïos et Jocaste. Ainsi le jeune garçon se dirige vers la ville la plus proche qui n’est autre que Thèbes. Sauf qu’en route il croise le char de Laïos le conduisant à Delphes (pour consulter à nouveau l’oracle). Imaginez-vous la scène, deux chars qui se croisent en plein milieu du désert avec en son bord, d’un côté Œdipe qui croit que son père est à Corinthe et de l’autre Laïos qui pense que son fils est mort. Les chars, donc, se croisent mais la route est si étroite que l’un des deux doit céder le passage. Mais Laïos estime que ce n’est pas à lui de s’arrêter car il est le roi de Thèbes et de son côté Œdipe refuse de laisser passer l’autre char car il est le prince de Corinthe. A partir de cette stupide anecdote, les deux hommes se disputent et le conflit tourne au drame. Laïos donne un coup de canne à Œdipe et les deux hommes se battent. Emporté par la rage, Œdipe tue le roi Laïos, son vrai père ainsi que les cochers et les serviteurs du roi. Sauf un qui parvient à prendre la fuite. C’est donc sans le savoir qu’une partie de l’oracle a été réalisé et qu’Œdipe à finalement tué son père. Mais ne sachant rien de tout cela et s’estimant en position de légitime défense, le jeune prince continue sa route et arrive quelques jours plus tard à Thèbes.

Apprenant la mort de Laïos, et n’ayant pas de fils, c’est Créon, son frère, donc l’oncle d’Œdipe qui monte sur le trône. Mais un terrible fléau s’abat sur cette ville. Il s’agit de la Sphinx, une créature possédant une tête de femme, un corps de lion et des ailes de vautour qui terrorise la ville. Elle arrête chaque visiteur et lui pose une énigme. Si celui-ci ne trouve pas la solution elle le dévore vivant, de sorte que bientôt la ville est pratiquement désertée.

Mais alors qu’Œdipe arrive aux portes de Thèbes, il croise le chemin de la Sphinx qui lui pose sa terrible énigme : « quelle créature possède quatre jambes le matin, deux le midi et trois le soir, sachant que plus elle a de pattes, plus elle faible ? ». Très malin Œdipe parvient à répondre sans difficulté : il s’agit de l’homme, qui est à quatre pattes le matin de sa vie, debout sur ses deux jambes à l’âge adulte et appuyé sur une canne lorsqu’il est vieux. Or selon la prophétie, la Sphinx devait mourir le jour où quelqu’un parviendrait à résoudre son énigme. C’est ainsi que la Sphinx se jeta d’un rocher et s’écrasa au sol. La ville débarrassée du monstre acclame Œdipe tel un héros, il est même félicité en personne par le roi Créon. Ce dernier voulant le remercier, offre la veuve Jocaste (la mère d’Œdipe) à celui-ci. Et c’est de cette façon que la prophétie se réalisa totalement. Œdipe tua son père et fini par se marier avec sa mère. Toujours dans le déni, le nouvel époux donnera à sa nouvelle femme quatre enfants : Etéocle, Polynice, Ismène et Antigone. Les vingt prochaines années vont être paisibles : Œdipe va monter sur le trône de Thèbes au côté de sa mère/femme Jocaste, élevant ses quatre enfants. Seulement voilà un jour un deuxième fléau s’abat sur la ville. Cette épidémie est d’une monstruosité sans nom, chaque femme accouche d’enfants mort-nés ou d’êtres monstrueux. Plus aucune naissance ne se déroule normalement. Inquiet, Œdipe envoi un de ses serviteurs consulter l’oracle de Delphes afin de trouver une solution. A son retour celui-ci explique que pour que l’épidémie cesse, l’assassin de Laïos doit être à son tour assassiné. Ignorant totalement que l’homme qu’il eut tué des années auparavant était son père, Œdipe envoi tous ses hommes partir à la recherche du meurtrier. Or ceux-ci on l’idée d’interroger le plus grand devin de tout les temps : Tirésias. Evidemment celui-ci connait toute la vérité et préfère ne pas la révéler. Alors Œdipe décide de s’en charger personnellement et va réussir à le faire parler par ses propres moyens. Tirésias avoue tout, c’est bien Œdipe qui a tué Laïos, qui au passage est son vrai père et qu’il a épousé sa mère. Il cite même des détails, que Laïos a été tué sur une route déserte alors qu’il se rendait à Delphes pendant que son assassin partait sur Thèbes. Devant une telle histoire, personne ne croit le devin, Jocaste prend la défense de son mari et la cour ne croit pas une seconde qu’Œdipe aurait tué Laïos. Cependant cette histoire de carrefour rappelle de vagues souvenirs au roi qui commence à douter. Et comme les choses ne se font pas au hasard, à ce moment même un voyageur véhicule sur le royaume de Thèbes, que le roi de Corinthe, Polybe est mort. Rassuré que ce ne soit pas lui qui ai tué son père, Œdipe ressent néanmoins un profond sentiment de chagrin. Le voyageur tente de l’apaiser en lui apprenant que Polybe n’était pas son vrai père, qu’il avait recueilli un enfant abandonné par ses parents, exposé sur une montagne par un berger. Et là tout commence à s’assembler, Œdipe convoque ce même berger, qui force du destin se révèle être le seul survivant du massacre des chars. Là il confie qu’en effet l’enfant qu’il devait abandonner était bien l’enfant de Laïos et de Jocaste qui a ensuite été recueilli par le roi de Corinthe Polybe. Donc l’oracle avait bien raison, Œdipe a bien fini par tuer son père et épouser sa mère. Horrifiée par cette terrible révélation, Jocaste se suicide par pendaison. En découvrant sa mère qui en même temps est sa femme, Œdipe saisit une broche maintenant sa robe et se laboure les yeux avec. Ce châtiment est en adéquation avec son crime, celui de n’avoir rien vu, d’avoir été aveugle du début jusqu’à la fin. La fin de sa vie est tout autant tragique, Œdipe décide de quitter le trône de Thèbes et de s’exiler où il vivra une vie de vagabond, accompagné de sa fille Antigone qui lui servira de guide. Pendant ce temps Créon reprendra le trône de son neveu. La fin d’Œdipe se déroulera lorsque celui-ci croisera les Erynes, ces terribles divinités issues du sang de Cronos lors de sa castration, dont leur rôle est de punir les crimes familiaux. Ici on peut dire qu’Oedipe est le champion toutes catégories, c’est ainsi qu’il y perdra la vie. Sa dépouille sera enterrée avec tous les honneurs par son ami Thésée. Et depuis ce lieu sera considéré comme un lieu sacré d’Athènes. »

Oedipe se crevant les yeux

oedipe-se-creuvant-les-yeux

– Pourquoi ce mythe est considéré comme fondateur dans la psychanalyse freudienne ?

Est-il exact que TOUS les enfants « font leur complexe d’Oedipe » ?
Est-ce vrai … ou surfait ?

Quelques précisions historiques sont nécessaire pour apporter des pistes de réflexions… pour donner des pistes de réponses.
Freud créa le mot « psychanalyse » en 1896 . L’année suivante, pour la première fois, il fait le lien entre le mythe d’Oedipe et ses découvertes, en grande partie basées sur son auto-analyse.
Les éléments qui l’interpellèrent :

– Jocaste (Mère – sans le savoir – et femme d’Oedipe) tient des propos qui met en évidence d’archétype du refoulement « : « N’ai aucun souvenir, à quoi bon ?! »

– Oedipe qui, selon une traduction pouvant être interprétée à double sens, se rejouit de la mort de son père (qu’il ne sait pas être son père!).

Freud évoqua que la jalousie envers le père et être amoureux de sa mère sont des états qu’il tient général à la petite enfance. C’est ce qu’il nomme « le complexe d’Oedipe ».

« Pour les psychanalystes, le complexe d’Œdipe se découvrira d’abord chez le garçon, sous sa forme positive puis négative, réalisant une forme complète, élaborée en 1923. L’œdipe de la fille sera abordé tardivement avec la sexualité féminine. Mais l’œdipe sera aussi appréhendé, par S. Freud, comme un fantasme originaire contenant les trois autres (séduction, castration, scène primitive). Il apparaîtra comme une structure puis comme un modèle. » source : https://www.cairn.info/revue-le-journal-des-psychologues-2008-5-page-22.htm

Ensuite, il évoque que l’aveuglement symbolise l’horreur d’être confronté à la révélation de ses désirs refoulés. Il est inconcevable de ressentir du désir pour sa mère, ainsi, l’auto-aveuglement prend place dans le récit comme castration.
Cette dernière notion est abondamment utilisée en psychanalyse.
L’auto-aveuglement d’Oedipe représenterait ainsi un châtiment pour ses fautes sexuelles (= l’inceste avec sa mère).

C’est ainsi que Freud met en place de nombreux éléments fondateurs de la psychanalyse : l’interdit de l’inceste, le refoulement (des désirs incestueux, notamment), la castration (du fils ou du père) et par là, la notion de tiers séparateur, sans lequel il risquerait de survenir un climat incestuel.

Freud ne s’orientait dans l’inconscient principalement via le « complexe d’Oedipe ». Lacan fut parmi les premiers à faire de moultes critiques dont des pratiques cliniques freudiennes.

Les anthropologues ont également souvent rejeté cette théorie du complexe œdipien . Freud l’estime comme « organisateur du psychisme humain, il s’interroge sur son universalité, quelles que soient les variations historiques et socioculturelles. Avec cette question de l’universalité du complexe d’Œdipe, il rencontre le postulat évolutionniste de l’unité du psychisme humain et de l’unique trajectoire historique de l’humanité. Ce qui entravera, dès l’origine, les conditions du dialogue entre les deux disciplines. » (source : https://www.cairn.info/revue-le-journal-des-psychologues-2008-5-page-22.htm )
Malinowski, sous l’impulsion de son mentor, Seligman , testa la possibilité d’appliquer les thèses freudiennes aux Trobriandais.
Il y décriva combien la liberté sexuelle et le développement psychosexuel des enfants ne suivaient pas les étapes déclarées universelles par Freud. Cette société était matrilinéaire et ignorait tout du mécanisme physiologique de la paternité.
Les manifestations que regroupa Freud sous le complexe d’Oedipe sont donc les conséquences d’une organisation sociale patriarcale. source : https://www.cairn.info/revue-le-journal-des-psychologues-2008-5-page-22.htm

Le problème de l’interprétation du complexe d’Oedipe dans la population générale :

Comme beaucoup de théories, le problème est moins la théorie en tant que telle… que les interprétations qui en sont issues.
Le site Naître et Grandir est souvent une référence, mais voici leur article sur le sujet :

https://naitreetgrandir.com/fr/etape/3-5-ans/comportement/fiche.aspx?doc=enfant-amoureux-parent-complexe-oedipe

Cet article est l’archétype des surinterprétations dans la compréhension et l’application concrète de cette théorie freudienne.

Voici des extraits s:

« Il se montre alors particulièrement curieux à l’égard de la nudité. Il remarque les parties génitales des autres enfants, de ses parents, et il n’hésite pas à montrer les siennes. L’un de ses grands plaisirs est alors, à l’heure du bain, de parader nu. Il se demande aussi d’où viennent les bébés et, plus tard, comment on les fait.
⇒ Curieux à l’égard de la nudité… Si les parents ne se montrent jamais dans leur plus simple appareil, il n’est pas anormal que les enfants grandissent et finissent pas se questionner.
⇒ Montrer ses parties génitales ? Mettre en évidence qui est notable voire marrant aux yeux des enfants n’a aucune vertue de séduction… Parader nu.e et simplement mu par le phénomène agréable d’être sans vêtement, notamment à l’heure du bain !

C’est également entre 3 et 6 ans que l’enfant cherche à exercer son pouvoir sur les autres, en commençant par ses parents. Il manifeste son désir de plaire, de posséder, de s’opposer et de rejeter (ex. : « Tu n’es plus mon ami. »). Durant cette phase, la préférence pour le parent de l’autre sexe l’amène d’ailleurs à exclure le parent du même sexe. L’enfant exerce alors son pouvoir de séduction sur le parent qui est l’objet de son amour, et son pouvoir de rejet sur le parent qui est son rival.
⇒ Exercer son pouvoir ou exercer le fait qu’il a la possibilité de faire des choix qui impactent le quotidien ?
⇒ Son pouvoir de séduction ? L’expression laisse subtilement à penser que les enfants de cet âge sont potentiellement responsables si un adulte malveillant « cède » à cette séduction ! Il est indispensable de distinguer affection démonstrative et séduction.

C’est autour de l’âge de 4 ans, lorsque le langage a bien évolué, qu’on peut entendre la petite fille déclarer d’un ton ferme et sans appel : « Non, pas toi, maman! Je veux papa! » Et le petit garçon : « Tu es belle maman… je suis ton amoureux! » Certains tout-petits iront même jusqu’à affirmer vouloir se marier avec leur parent et même avoir des bébés avec lui. »
⇒ Je propose une alternative à ces interprétations dans un point plus bas.

« Pour de nombreux psychologues, l’étape du complexe d’Oedipe aide le tout-petit à construire son identité féminine ou masculine. »

l’identité féminine ou masculine ? Cette idée me fait frémir. En 2020, les stréréotypes de genre fondent encore le lit des inégalités sexuelles. Les enfants n’ont absolument pas besoin de se construire en s’identifiant fermement comme « fille » ou « garçon ».
Au demeurant, cette conception invisibilise et rend pathologique les personnes intersexes et les transgenres.
Je ne développerai pas non plus ici comment Freud a

effectué des amalgames entre identité de genre et orientation sexuelle… Mettant ainsi sur la scène de l’anormalité tout ce qui n’était pas une relation hétérosexuelle tenue par des personnes bien genrées. Là, encore, je peux te renvoyer à un article sur les effets des stéréotypes de genre dans la société.

– Prohibition de l’inceste : typiquement constitutif de la société humaine ?

Comme évoqué précédemment, la théorie du complexe d’Oedipe se fonde sur plusieurs principes et présupposent d’autres… Dont l’interdit de l’inceste et du meurtre (notamment du patricide).

Or, qu’en est-il réellement ?

Comme chez beaucoup d’animaux, « l’outbreeding », c’est-à-dire l’accouplement en dehors du groupe, se trouvent dans beaucoup d’espèces et principalement chez les primates (source : https://laviedesidees.fr/Des-singes-des-hommes-et-des-anthropologues.html).
Le humains n’auraient pas la primauté incroyable de privilégier la reproduction avec des individus autres qu’apparentés.
Une des explications se nomme l’effet Westermarck. Selon ce chercheur, « jusqu’à l’âge de 30 mois, l’enfant développe un système instinctif de rejet des sentiments amoureux et des pulsions sexuelles vis-à-vis des personnes vivant avec lui. »

Westermarck s’oppose à la conception freudienne du tabou de l’inceste.
L’humain n’éviterait pas l’inceste du fait d’une condamnation morale ou sociale, mais par un mouvement biologique inné. L’enfant ne serait pas attiré par des membres apparentés mais parce que la nature l’inciterait à diversifier son patrimoine génétique pour éviter les méfaits de la consanguinité.

En effet, il a été découvert que les humains ainsi que la plupart des vertébrés, choisissent leurs partenaires notamment en fonction du profil génétique.
Il pu être démontré que la composition du gène MHC influe sur le choix du partenaire en privilégiant la complémentarité. Cela implique que les deux protagonistes chercheraient à obtenir le profil immunitaire le plus diversifié possible pour sa progéniture (source: http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1205732-qui-se-ressemble-s-assemble-selon-une-etude-non-l-amour-ne-depend-pas-de-la-genetique.html )
Des recherches sont en cours sur la compatibilité des partenaires au niveau de la reproduction : il se pourrait qu’avoir un profil génétique trop similaire soit à l’origine d’infertilité ou de fausses couches.
Mais a contrario, d’autres études décrivent qu’en se basant sur des critères génétiques différents, les chercheurs auraient trouvé plus de similarités entre partenaires qu’entre deux personnes prises au hasard. (source : https://www.pnas.org/content/early/2014/05/14/1321426111).

D’autres mécanismes de sélection génétique (qui ne sont pas les seules, loin s’en faut!) sont également à l’oeuvre, dont la sélection sexuelle postcopulatoire. (source : https://www.pourlascience.fr/sd/evolution/spermatozoides-et-ovules-une-etonnante-diversite-7862.php ). Il apparaît que les interactions entre l’ovocyte et le spermatozoïde agissent de manière à ce que la fusion de fécondation ait lieu. Ce n’est pas le premier arrivé qui est le vainqueur…. Mais bien celui dont les interactions (et dont la complémentarité et la similitude génétique) forment une harmonie suffisante.
J’en profite pour faire un petit apparté : «la simple formule “l’œuf est fécondé”, le simple syntagme “fécondation” implique une représentation de la conjonction des deux gamètes donnant un rôle prépondérant au spermatozoïde», indique le spécialiste de la philosophie des sciences Thierry Hoquet. Preuve que les clichés sexistes modifient également les interprétations scientifiques.

Dispersion des gênes et effet Westermarck seraient les éléments d’un même mécanisme visant à amoindrir l’occurrence des incestes. Cependant, il semblerait que c’est surtout l’effet Westermarck qui serait le « mécanisme fondamental » de la prohibition de l’inceste (Chapais, 2017 : 91, 115).

Néanmoins, il fut étonnant que Leavitt (1990 : 979) observa, chez certaines primates, que 32 % de cas d’accouplement entre mère et fils… Il est difficile de considérer cela rare. Il a également conclu que « la diminution des relations sexuelles entre macaques apparentés ne semblent pas liés à la disparition de toute stimulation sexuelle entre eux, comme le voudrait pourtant l’hypothèse westermarckienne »

Mais revenons à l’humain dans la mesure où il est le véritable enjeu de cette discussion, y compris du point de vue des primatologues.
Pour ces derniers, l’« effet Westermarck » est ce qui régit les prohibitions incestueuses humaines et ils apprortent le fait que « de nombreuses études ont apporté la preuve de l’effet inhibiteur de la familiarité durant l’enfance sur les pulsions sexuelles chez les humains » (Chapais, 2017 : 104)

Le grand problème de la prohibition de l’inceste, au-delà encore du fait qu’elle soit ou non constitutive de la société humaine… est la fréquence de sa transgression qui passe souvent en-dessous des radars.
Pourtant, des milliers d’enfants/ado subissent cette atrocité partout sur terre.

Pour aller plus loin sur ce sujet, je te renvoie sur le site de la fédération française des sexologie et de santé sexuelle http://www.ff3s.fr/v2/data/et_plus_encore/inceste.asp

Enfin, il est bon de rappeler que l’inceste et le meurtre du père dans le mythe d’Oedipe sont pratiqués sans conscience ni volonté.
Oedipe ne savait pas qui étaient ses parents, n’ayant pas été élevé par eux !
L’interprétation de ce mythe via la symbolique freudienne laisse simplement à penser qu’il a cherché à valider des théories par ses attraits envers la littérature.
Dans de nombreux ouvrages, Freud affirme son admiration pour les auteurs/autrices dont le talent faire émerger avec naturel les conflits relationnels et psychiques qu’il tente laborieusement de théoriser.

Quand bien même l’inceste est RÉELLEMENT proscrit, il n’est pas possible de le prendre en compte comme étant constitutif de notre société. Il n’y a encore pas si longtemps, il n’était pas rare que se marier entre soi. Le mélange de niveau social était mal perçu… et il n’était pas rare que l’on prenne pour épou.x.se un.e ami.e d’enfance ou un.e cousin.e !
Encore un point en moins pour les théories freudiennes…

– Enfants amoureux et jaloux de leurs parents : sans Oedipe, comment comprendre ces phénomènes ?

Il faut bien assimiler les phénomènes selon un autre cadre d’analyse, puisque tout doucement la grille de compréhension de la psychanalyse s’effondre.

Les enfants sont élevés par 2 parents, dans le modèle de famille nucléaire.
La mère est la figure d’attachement principale, la plupart du temps.
Spoiler… Si c’est le père qui s’occupera des enfants en majorité, cela sera lui !
C’est ainsi que les liens se créent au fur et à mesure de l’histoire commune.

Dans ce modèle sociétal, il n’est pas rare que les adultes collent des étiquettes sur les attitudes des enfants : « Oh, tu as une petite amoureuse ! », quand deux enfants se tiennent la main.
Cela sera souvent le cas pour les petits garçons, mais il sera rarement interprété que les petits garçons ont un « amoureux » s’il tient la main d’un autre garçon…
La théorie du complexe d’Oedipe se fondent sur une identité sexuelle et une expression de genre fixe.
D’ailleurs, Freud a mis énormément de temps à réfléchir à la version féminine du Complexe d’Oedipe… Appelé « complexe d’Electre ».
Je place ici l’article que j’ai écrit sur le genre, afin d’avoir une perspective claire des enjeux sociétaux et culturels dans la conceptualisation binaire selon les genre « fille »/ « garçon » dans l’esprit des enfants.
Tu ne seras pas étonné.e si je te dis qu’un.e petit.e humain.e n’a pas besoin de ses parties génitales pour apprécier une couleur ou une activité plutôt qu’une autre.

Concernant les liens intrafamiliaux, un enfant peut avoir une affection particulière pour sa mère ou son père, en fonction de leur degré d’affinité mais aussi en regard du fonctionnement systémique de la famille..

De même, il peut ressentir des sentiments qui sont interprétées comme étant de la jalousie par les adultes.
Est-ce que s’interposer entre les parents ayant des gestes d’affection est une preuve de jalousie ?
Et s’il s’agissait simplement… de recherche d’affection ?
Il/Elle repousse son mère/père avec violence ?
Les enfants fondent des liens d’attachement. Souvent, lors des situations à risque, iels se réfugient chez la figure d’attachement prioritaire…
MAIS toutes les personnes ayant eu des enfants peuvent constater qu’ils traversent des phases où l’attention d’un des parents est spécifiquement accaparée.
C’est aussi un des moyens qu’ils ont d’affirmer leurs maigres choix : « déjà qu’on m’accompagne pour tout, je peux quand même choisir QUI se joint à moi ! ».
Et cela peut être… la personne qui est le plus/le moins présente en fonction des besoins émotionnels des enfants à ce moment-là.
Un.e enfant peut avoir besoin de s’assurer de la disponibilité du parent le plus absent quand iel est présent. A contrario, il se peut qu’iel ne demande l’attention que de la figure d’attachement principal parce que ses besoins émotionnels sont plus intenses à ce moment-là. En période de fragilité, iel se tourne vers la personne principale de son univers.
Ces phases permettent aux enfants de s’assurer que même s’ils se détachent et rejettent l’un des parents, celui-ci reste aimant.

Il me vient un exemple que j’ai lu dans un magazine ayant une rubrique « courriers des lecteurs » : « Ma fille, 4 ans, fait les yeux doux à son père qui adore recevoir toute cette affection. Elle me rejette et me dénigre en me disant : « Tu es moche et vieille ! ». Je ne sais plus comment agir.. Je crois que je suis jalouse de ma fille »

Le psy dudit magazine lui a servi la souple habituelle que je résume comme tel : « Ah l’Oedipe ! Réaffirmer votre place en tant que femme et amante de votre époux, cela passera ! ».

Cette réponse tombe, à mon sens, totalement à côté de la plaque tant du côté des besoins exprimés par l’enfant que pour ceux de la mère.
Cette maman bien embêtée ne sait plus comment agir. Il est indispensable de mettre en exergue qu’elle interprète la situation avec des yeux d’adulte.
Oui, sa fille a de grandes démonstrations affectives avec son père et ce dernier en profite bien ! Rares sont les parents à ne pas apprécier largement ce type d’attitudes affectueuses.

La mère vit mal les remarque de sa fille. Il conviendrait de savoir ce qui la touche précisément dans les propos de celle-ci. Pourquoi ne parvient-elle pas simplement à répondre :
« Oui, j’ai 20/30 ans de plus que toi. C’est ce qui me permet d’être ta maman ! Quelle chance d’être plus vieille pour avoir une fille comme toi ! » et d’ajouter « Ma tenue ne te plaît pas ? Tu sais, je n’aime pas tous tes vêtements favoris mais le plus important est que tu sois bien dedans. C’est pareil pour moi. Même que parfois, je porte des choses qui ne sont pas seyantes mais… TRÈS confortables ! ».

Dans les questionnements de cette maman, l’étiquette du Complexe d’Oedipe coupe toute la possibilité de travailler ce qui la fait réagir mais aussi pourquoi sa fille utilise ce genre de phrase acerbe. L’enfant y est-elle soumise elle-même par les parents/camarades de classe ? Entend-t-elle sa mère se dénigrer ?
Enfin, pour le cas présenté, la question de la différence d’âge peut être pertinente à discuter avec cette enfant.
Il aurait été plus cohérent de proposer à la mère d’ouvrir le dialogue et de répéter à sa fille combien elle est heureuse de partager sa vie avec elle… au lieu de partir dans une théorie sourde interprétant uniquement la reconnaissance et l’assise de pouvoir vis-à-vis de son époux.
Freud a construit sa théorie pour les familles nucléaires. Quid des familles monoparentales, homoparentales, intergénérationnelles ?
Sans faire plus de suspens : ces modèles de famille ne correspondant pas à la théorie du Complexe d’Oedipe, elles furent/sont accusées d’être nuisibles au développement psychique des enfants.
Pourtant, aucune observation clinique ne fonde ces inférences grossières et notamment homophobes.
La santé psychologique des enfants issus de famille « hors norme » n’est impactée que par les stéréotypes culturels véhiculés et les comportements d’intolérance auxquels ils font face.
Ce n’est donc pas la construction familiale mais bien les réactions du monde environnant (donc des stréréotypes) qui posent problèmes.

Pourquoi les psychanalystes et psychologues/psychiatres d’orientation analytique s’opposent souvent aux pratiques de parentage proximal ?

Tout simplement parce que cela met un coup de pied toutes les conceptions qu’ils ont élaboré et ce qu’ils ont appris.
Le problème des théories psychanalytiques est qu’elles sont capables d’expliquer une situation et son contraire… Tout l’inverse d’une démarche scientifique.
Dans les théories psychanalytiques, la place de la différenciation des sexes, de la séparation de la mère (via un tiers, aussi appelé le Père) ainsi que la perception d’une toute-puissance infantile engendrent l’interprétation adultiste des comportements infantiles.
Les théorisations innovantes formulés par les psychanalystes du début du siècle dernier furent des avancées notables dans la compréhension de certains processus psychiques.
Cependant, cela fonda une séparation nette entre l’humain et les autres espèces animales… sous prétexte que l’humain constitue des cultures.
Là, encore, la psychanalyse souffre d’ethno- et d’anthropocentrisme.

Très vite, d’ailleurs, comme j’ai pu l’évoquer précédemment, des frictions ont eu lieu avec les autres disciplines comme éthologie, l’ethnologie et surtout l’anthropologie.

Dans l’orientation analytique, et grâce aux actions de personnalité notable, les bébés ont retrouvé une place qu’ils avaient perdus pendant des centaines d’années en Occident. Le bébé est une personne à part entière.
Mais avec sa singularité, les craintes ont émergé.
C’est/ ce fut principalement le cas concernant la proximité physique, l’allaitement et toutes les autres pratiques qui se séparent par l’enfant du terrain connu.

Nombre de théories affirment, malgré toutes les preuves contraires, que les bébés doivent être séparés psychiquement voire physiquement de leur mère.
Hormis les cas de pathologies psychiatriques, je ne connais aucune femme qui ne reconnaît pas son enfant comme étant un sujet en tant que tel.

freud

Le problème se pose probablement à ce niveau-là : les théories psychanalytiques observent le psychisme humain au travers des pathologies.
Selon ces théories, nous sommes tous dotés d’une construction psychique spécifique de laquelle découlent les attitudes pathologiques qui sont susceptibles d’émerger.

Les psy (de tous ordres) ne sont confrontés, au quotidien, qu’à celles et ceux qui vont mal.
Je rêve du temps où, selon un modèle provenant d’outre-atlantique, les gens consulteraient des psychologues lorsque leur vie se déroule bien afin de s’assurer que cela reste le cas… Ou, au moins, quand les problèmes débutent sans attendre une détérioration importante de la situation.

– Sortir de la catégorisation pour mieux accompagner enfants… et patient.e.s !

Une autre incohérence du complexe d’Oedipe, selon ma perception de psy humaniste, formée en TCC, est la catégorisation que les théories psychanalytiques imposent.
« Enfant tout-puissant », « mère castratrice », les enfants tyranniques (!) et les auteurs qui usent de phrases ne laissant aucun doute sur leur conception des enfants « comment survivre à vos enfants », « c’est moi qui décide », « lui apprendre à obéir sans punition ».

Tous ces titres existent.
Tous ces titres dénotent d’une conception négative des enfants comme des êtes qu’il faut dresser afin qu’ils ne deviennent pas des « tyrans ».
Tous ces titres ne t’apporteront rien au niveau de la bienveillance ni d’aide concrète !

A grand renfort d’expérience clinique, ils s’évertuent à exposer combien « les parents » (et non certains parents, ceux qu’ils reçoivent en consultations, donc les plus démunis dans leur rôle de parent : il s’agit d’un biais dans les possibilités d’observations) sont en difficulté … et principalement à cause des courants d’éducation positive.

Le fait est que ces praticiens ne se sont pas du tout penchés sur le paradigme avancé par les accompagnements bienveillants des enfants.
Ils ne perçoivent que les punchlines et les informations surmédiatisées sur le sujet.
Ils n’analysent JAMAIS ce qui fait pourtant le cœur même de l’orientation analytique : ce que le sujet évoque pour soi-même.

Aucun ne met en perspective son propre ressentiment vis-à-vis l’accompagnement bienveillant en comparaison à celui qu’ils ont probablement vécu.
Il est très probable qu’ils aient intériosé les logiques éducatives vécues, banalisant au passage les Violences Educatives Ordinaires…
J’ai, malheureusement, régulièrement l’occasion de constater que certain.e.s de mes collègues tournent au ridicule cette lutte pour les violences éducatives ordinaires.
Cela témoigne d’une volonté claire de ne pas remettre en question ce qui a été transmis.
C’est un des autres problèmes des théories psychanalytiques : la déconstruction des croyances entourant des mythes fondateurs, comme celui du complexe d’Oedipe, remet en question les autres théories qui lui sont liées.
Mon hypothèse sur les raisons qui provoquent l’intensité des résistances chez les psy d’orientation analytique est la suivante : tel château de carte, un théorie déconstruite fait s’effondrer l’ensemble de la srtucture. L’apprentissage et l’intériosation de toutes ces théories entrent tout doucement de concert avec sa propre identité. Remettre en question ces concepts psychanalytiques reviendrait à perdre une partie de ses croyances personnelles, et donc, son identité.

Certaines ont déjà été remises au goût du jour, et les théories assouplies à la société contemporaine. Néanmoins, il est flagrant de constater que les approches éducatives et les croyances sur l’enfance sont lourdement influencées par des théories obsolètes (j’en parle dans plusieurs articles concernant : les punitions, la crise d’opposition / le terrible two, les « caprices« , la continence,…)
Le vocabulaire négatif adressé aux enfants véhicule en lui-même des éléments qui vont engoncer les parents dans les difficultés… et dans les prophéties auto-réalisatrices. Je t’invite à lire mon article : « qu’est-ce que c’est que ces maux/mots » pour comprendre le rôle du vocable dans la vie quotidienne mais aussi dans la construction même de l’identité des enfants et de nos attentes parentales.

Mots de la fin :

Voici comment, en quelques milliers de caractères, j’ai voulu te démontrer en quoi quelques concepts bien ancrés et peu remis en question peuvent l’être.
La pluralité des informations et des ressources est presque infinie. Je trouve cependant que l’accès des informations non monayées est très difficile. Souvent, il s’agit de vulgarisation assez succincte qui t’invite ensuite à t’inscrire à telle ou l’autre programme en ligne.

Si les explications les plus simples sont souvent les plus probables (selon le principe du rasoir d’Ockam), avec les enfants, il est nécessaire de se méfier de nos automatismes. Il est souvent indispensable de décortiquer les situations afin de faire le point entre ce qui fait écho en nous et pourquoi, mais aussi ce qui se joue réellement dans la relation.
Les enfants ne souhaitent pas rompre les liens avec un parent, ayant été un minimum attentif à eux/elles. Il survient de nombreuses périodes où ils vivent des craintes, questionnant ce lien afin de s’assurer qu’il est solide !

Sortir de ses perceptions et interprétations adultistes et une des clefs d’une harmonie familiale et sans lutte de pouvoir énergivore.

image enfant1

bientôt pour de nouvelles curiosités !

P.S. : Abonne-toi pour recevoir les prochains articles (pas de spam de pub pour des programmes, ici!).
Si celui-ci t’a plu, n’hésite pas à « aimer » (seule manière que j’ai de voir que mon contenu plaît/est utile) et à le partager. Tu peux aussi rejoindre ma page FB La Curiosité Bienveillante où je publie tous mes articles mais aussi, quotidiennement, moult informations passionnantes ! Je suis également sur instagram : @lacuriositebienveillante 😉

Pour aller plus loin :

– Anthropologie de la famille et de la parenté- Robert Deliège

– Aux origines de la société humaine. Parenté et évolution – Bernard Chapais (2017)

– Œdipe ou la prolifération explicative Alain Moreau, L’Antiquité Classique, 2002

https://www.persee.fr/doc/antiq_0770-2817_2002_num_71_1_2476

6 commentaires sur “Le mythe du Complexe d’Oedipe : sortir d’une théorie inutile !

  1. Merci pour cet article passionnant aussi bien en tant qu’orthophoniste que maman. Mon fils de 3 ans a eu une phase très tournée vers moi pendant la seconde grossesse, maintenant il est très attaché à son papa et me rejette souvent en me disant « je t’aime pas ». Je sens bien que c’est parce que son papa travaille beaucoup et qu’il a envie de profiter de lui au maximum quand il est là. Quand à moi je m’occupe plus de mon nouveau né donc je suis moins disponible pour lui

    J'aime

    1. Je ne sais pas si ton message s’est envoyé avant la fin… Mais tu sembles avoir bien ciblé les raisons de ton fils d’agir de la sorte.
      « je t’aime pas » est davantage un « je n’ai pas envie que tu interviennes ». Le manque de son papa en journée et le fait qu’il y a un bébé qui occupe énormément d’attention cristallise son besoin d’attention.
      As-tu déjà investi dans des livres comme « Mon amour » ou « Mon amour de petite soeur », … ?
      Tu peux aussi reformuler quand il parle afin de ne pas rester sur les mots « je ne t’aime pas » mais plutôt chercher une validation dans le « tu ne veux pas que j’intervienne, c’est ça?! ».
      Tu auras un ressenti émotionnel moins fort et lui pourra mettre des mots plus exacts qui te font moins réagir (car tes émotions, même peu perceptibles, te trahissent pas de petits signes non verbaux que les enfants détectent souvent!). 🙂

      J'aime

  2. Bravo, très pertinant! moi je connais aussi la cnv, j’ai lu un peu Alice Miller. Quel travail de déconstruction, ça fait du bien de lire de jeune humaniste 2.0 comme toi vivement qu’on change de paradigme, l’homme est un primate comme les autres. Je te conseil si tu connais pas “Comme des invités de marque” un livre d’un canadien. J’écris en télégramme car il est très tard… 😉 et bien sur l’adultisme et les préjugés sur les ados. Tu peu prendre parti parfois mais avec toi le monde vas vers son meilleur jour ouf. Une vieille maman de 38 ans accro a Catherine Dumonteil Kremer et toute la bande des maternantes

    J'aime

  3. Merci pour cet article. J’ai toujours trouvé cette théorie sinistre et angoissante (comme la plupart de celles de Freud ?). Même l’allaitement serait une pulsion sexuelle de la mère, et plus elle allaite longtemps, pire c’est. Ma psy, apprenant que j’étais enceinte, m’a dit : « Ne lisez pas, ou très peu, d’ouvrages. » J’ai compris ça comme « Lisez votre enfant. » plutôt que de suivre ou d’extrapoler à partir de théories ou de notre propre perception d’adulte. C’est difficile (je suis chercheuse) mais salutaire !

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s