Maternage proximal·Préparer la naissance

 Si j’avais su… le corps et l’esprit des mères de bambin.e et + !

Cet article fait suite aux articles:

Si j’avais su.. (l’accouchement)

Si j’avais su… Le corps d’une femme enceinte (et sa tête !)

Si j’avais su … Le corps (et la tête) d’après-grossesse

 

Je croyais qu’une fois que l’enfantement avait eu lieu, le corps passait par une phase de dégestation de 9 à 12m, avant de retrouver un corps qui serait proche de celui « d’avant ».

Quel mirage ! Une croyance gracieusement orchestrée par les médias majoritaires et notre biais de confirmation: il s’agit du fait de prêter attention à ce qui confirme nos croyances plutôt que ce qui les infirment.

Ainsi, le corps d’avant serait possible: regarde les mannequins, les fitwomen, les actrices.
Mieux, certaines femmes disent même que l’allaitement fait maigrir et d’autres ont même perdu trop de poids.
Et oui, il est vrai que le métabolisme change.

Le métabolisme a changé pendant la grossesse et il évolue encore en post-partum.
Jamais je n’aurais cru que mon corps serait spécifique parce que j’allaite.
Et pourtant, c’est le cas: la plupart des femmes n’ont pas les mêmes sensations physiques.
Le périnée a été rééduqué, souvent.
Mais les muscles ne sont pas ce qu’ils furent. La grossesse et les premiers mois collés/serrés engendrent souvent une réduction de l’activité physique et donc de la masse musculaire.

Le métabolisme est influencé par le climat hormonal de la lactation: la mobilisation de la masse graisseuse semble impactée (ce qui est logique, puisqu’enceinte, les réserves ont été constituées à cet effet). En outre, certaines études montrent que la prolactine augmenterait l’appétit.
La dynamique serait alors de manger plus pour éviter de perdre de « l’état » = trop maigrir.

Or, au contraire, certaines femmes grossissent avec la lactation: toutes les femmes ont un métabolisme singulier. La prise ou la perte de poids n’est pas qu’une question d’apports caloriques !
Il s’agit aussi d’un équilibre hormonal, comme le prouvent les personnes atteintes de diabète de type 1 et celles souffrant d’hyper ou d’hypo-thyroïdie.

 

Pourtant, la norme des régimes (ou des rééquilibrages alimentaires, qui engendrent autant de risques de compulsions alimentaires réactionnelles à la logique de restriction) est tellement intense que la croyance principale est que c’est la volonté individuelle qui est responsable de son poids.

Chaque femme serait alors responsable de son corps. Et il y aurait des objectifs: être mince, un peu sculptée, avoir la peau lisse, une absence de cernes, des cheveux bien coiffés, ….

Je ne sais pas toi, mais moi, à J + 29 mois: je n’ai pas la tête des stéréotypes des jeunes mères ! J’ai la cerne ancrée, gagné quelques cheveux/poils blancs, j’ai un appétit digne de gargantua et mon poids varie entre + 1et +5 par rapport à mon corps d’avant.

 

Dans la suite de ce post-partum, certaines (dont je faisais partie) avaient promis de chérir leur corps du cadeau effectué en donnant la vie de manière la plus adaptée qui soit.
Ce corps, le tien, le mien, avait si bien fait le job qu’on ne pouvait QUE lui être reconnaissant !

Mais…
Mais ces fichues injonctions?! Et si ce physique de « maman » devenait le mien.
Est-ce donc inévitable?
Comment font celles qui perdent tout ?

Parce que pour certaines, il reste les vergetures. D’autres arborent des seins essoufflés ou asymétriques (pendant l’allaitement, il y a des préférences qui se voient…! Je rappelle que l’état des seins n’est pas en lien avec l’allaitement ou non mais bien à la prise de volume pendant la grossesse !).
Alors que le corps rond et rempli de bébé était congratulé, que le corps post-partum était, souvent, perçu avec un mélange d’étonnement et de tendresse gracieuse, que reste-t-il après 2 ans ?

La maternité apporte encore plus de changements dans un corps que la puberté… Et à une vitesse décuplée.
Dans une société où le jeunisme est prôné, où toutes les traces de la vie sont effacées à coup de laser, bistouri et autres traitements, il y a de nombreuses embûches à l’acceptation de son nouveau corps.
Ces pantalons d’avant, quand mes hanches étaient celles d’une nullipare, faut-il s’en débarrasser ou les conserver dans l’espoir de pouvoir les arborer, plus tard… Un jour, quand le rythme alimentaire des enfants ne donnera pas envie d’un goûter? Quand le corps redeviendra un point d’intérêt majeur?

Et puis il y en a plein, qui retournent dans leurs pantalons…!
La douloureuse comparaison…

 

Chaque femme est tellement différente d’une autre: l’espace mentale laissé à son rapport à la silhouette dépend de la vie de chacune.
Il n’y a pas une bonne situation.
J’ai en tête @Madame_capitaine qui se réjouit de ses formes de mère alors que précédemment elle souffrait de sa maigreur !
Il est, me semble-t-il, indispensable de chercher des « modèles » qui vous inspirent et font du bien… Pas celles auprès desquelles tu pourrais te sentir en défaut !
A l’heure de la comparaison par les réseaux sociaux où il y a des milliers de femmes au même point que toi, se préserver des injonctions (et donc les connaître) est une prévention de la santé mentale.

IMG_20200502_130001_073.jpg

– Toutes les inquiétudes d’être mère

En devenant mère, tu as pu découvrir certaines angoisses dont on parle peu.

Enormément de femmes expérimentent la peur de mourir et des traits hypochondriaques dans les premières années de vie des enfants.
Cela survient souvent dans les premiers mois, mais cela peut perdurer (surtout en famille monoparentale ou homoparentale si les enfants ne sont pas encore adoptés par le parent social) et engendrer un mal-être plus général.

Il est nécessaire de savoir que ce n’est pas de la folie.
Il s’agit d’une réaction fréquente au fait que ce petit d’humain dépend entièrement de nous. Une mère peut même être tentée d’habituer son bébé au biberon, voire ne pas allaiter, par crainte d’un accident qui perturberait trop son bébé si l’allaitement est interrompu subitement!

Comme toujours, il n’y a pas de limite franche entre ce qui est normal et pathologique.
Si ces pensées prennent trop de place, il est peut-être nécessaire de consulter afin que tu puisses retrouver ta sérénité quotidienne!

 

Il y a d’autres phénomènes psychologiques qui peuvent survenir dont les phobies d’impulsion.

Il s’agit d’une peur irrépressible de commettre des actes répréhensibles. Par exemple: secouer son bébé, se défénestrer, jeter le bébé/l’enfant par terre, frapper l’enfant, effectuer des attouchements, …

Ces pensées parasites le quotidien de manière majeure !
Il est indispensable de savoir que ce n’est pas parce que tu penses à quelque chose que cela va se produire.
Ces alertes sont à prendre au sérieux et il est bien plus confortable pour les femmes qui les vivent de consulter afin de passer au-delà de ces pensées envahissantes !

 

willian-justen-de-vasconcellos-425778-unsplash

– la charge mentale et la volonté d’être soi…

Pouvoir se redéfinir, en tant que mère, femme, travailleuse, amante, maman à 100%, salariée, entrepreneure, amante, épouse, conjointe, …
Toutes ces étiquettes qui dépendent autant de ta situation actuelle, qui changera peut-être dans un an et qui a évolué par rapport à ce que tu avais anticipé.

 

Alors que d’autres ont repris le chemin du travail au bout du congé maternité, d’autres ont décidé de rester un peu plus. Congé parental… Démission… Entrepreunariat?

Chacune a fait des choix, qui se sont imposés à elle, tant bien que mal.
Chaque choix semble être assumé et chacun comporte son lot de jugements sociétaux:

– la mère au foyer n’aurait pas de plus-value économique et social (à d’autres, merci !);

– la mère qui travaille serait une mère indigne;

– la mère en garde partagée doit souffrir en silence

– L’envie d’une activité plus authentique et audacieuse engendrent des prises de risques perçus comme inconsidérés ou inconscients par des proches « bien intentionnés »;

– …

 

Chaque décision est mesurée, jugée, autant par les autres que par soi-même.
Avant même de recevoir de l’empathie pour SOI, on reçoit la projection des tiers sur nos vies.
Quel étrange constat dans la parentalité de percevoir via les remarques et les critiques tout ce que les autres ont mal vécu/pas assumé/aurait aimé faire différemment/ont vécu comme nous, …
Quel étrange constat de se rendre comme que l’éducation et la parentalité sont des sujets épidermiques qui mobilisent toute l’organisation sociale et la façon dont les individus ne sont organisés autour.
L’absence de jugement ou de projection est quasiment impossible. Mais l’empathie, la tolérance et l’écoute active suffise à soutenir de manière authentique…
Il serait peut-être bon de le rappeler à tou.te.s!

 

– Il reste la fatigue…

Pourquoi ce secret ?
Pourquoi dit-on uniquement que ce sont les nourrissons qui ne dorment pas?
Pourquoi personne ne communique librement sur le fait que le sommeil des bambin.e.s peut être encore plus chamboulé que celui des nourrissons ?
Pourquoi ne sait-on pas que le sommeil des enfants n’est pas acquis avant 3 ans (voici d’ailleurs un article concernant le sommeil) et que la plupart des enfants (allaités ou non!) se réveillent encore de 1 à 3 fois à 2 ans ?

Pourquoi ne dit-on pas que chaque poussée dentaire peut engendrer des réveils multiples à cause des tensions que cela engendre ?
Dois-je vraiment parler des autres maladies infantiles qui perturbent le sommeil, encore et toujours ?

 

Vraiment, ça me dépasse qu’il y ait un mutisme sur le sujet alors que l’ignorance crée des attentes irréalistes pour les parents!
Qui plus est, les pédiatres mal informé.e.s peuvent aussi avancer qu’à partir d’un certain poids, les bébés n’ont pas besoin de manger la nuit !
Bien… Mais, globalement à 32 ans, j’ai besoin de boire toutes les nuits!
Je dois l’empêcher à mon enfant ?
Ah oui, évidemment, si la méthode est de « laisser-pleurer » et compter sur la résignation acquise, nous n’avons pas les mêmes objectifs ! *wink*

 

Alors oui, forcément, le temps faisant, il est possible d’être plus fatiguée avec un.e enfant d’un an ou deux qu’avec un nourrisson.
Les journées, elles aussi, demandent plus d’énergie avec un.e bambin.e puisque le niveau d’interaction augmente, les demandes ainsi les stratégies pour réussir à concilier les besoins de tou.te.s mobilisent activement !

 

– Il reste: les interruptions et une vie à 100km/h !

Il est probable que tu aies trouvé un certain rythme avec ton tout-petit mais à partir de 15/18 mois, l’ensemble de ses progrès moteurs ne te permettent plus de d ‘effectuer avec décontraction certaines tâches.

En outre, cela fait 2, 3 ou 4 ans que tu es interrompue dans la plupart des tâches pour lesquelles tu t’engages: un appel à l’aide, un câlin, amener un enfant au toilette, le faire descendre de la table, …
Cela fait autant d’années que l’estimation du temps alloué à chaque tâche n’a plus vraiment de raison d’être.
D’ailleurs, cela peut rendre tendue, à force de répétition.

Si c’est globalement compris de la part d’un bébé, à partir d’un an, les interruptions répétées sont moins bien vécues.
Certaines femmes ont l’impression d’être persécutées par ces « freins » perpétuels.

Si la plupart des mères savent que les enfants ne sont pas exprès d’être oppressant, le vécu est parfois compliqué.et dépend des ressources de chacune.
L’isolement, le manque de soutien, les remises en question, le niveau de fatigue sont autant de circonstances qui favorisent l’exaspération et la baisse d’empathie envers les enfants.

 

– La dépression post-partum, si tard ?

Il se peut que tu saches très voire trop bien ce que c’est.
Pour d’autres, c’est un état qu’on est contente d’avoir évité.
Mais comme toujours au niveau des pathologies, il y a celles qui ont frisées les bords sans rentrer dedans selon toutes les caractéristiques diagnostiques… Et ça n’enlève rien à leur mal-être vécu.

Lorsqu’elle survient, la Dépression Post-Partum (DPP) se déclenche dans la première année de vie du bébé. Cependant, une DPP sévère peut démontrer des symptômes pendant de nombreuses années. La dépression post-partum survient chez 10 à 15% des femmes, elle dure plus de 2 semaines et est invalidante (contrairement au baby blues).

Si aucun trait de dépression n’était présent durant les premiers mois de l’enfant, il est probable que ce soit une dépression (qui n’a pas besoin d’être justifiée par le post-partum pour accepter son vécu) ou un Burn-Out Parental (que j’aborde dans le point suivant).
logan-fisher-570072-unsplash

 

Symptômes à surveiller

Sois vigilante s’il se présente les symptômes suivants :

  • une profonde tristesse sans raison apparente;
  • un épuisement permanent ou des problèmes de sommeil (dormir trop ou pas assez);
  • un sentiment de dévalorisation ou une culpabilité excessive (impression d’être une mauvaise mère, difficulté à établir un lien avec votre bébé);
  • un sentiment d’irritabilité et de refus de votre bébé;
  • une extrême anxiété (surtout en ce qui a trait au bien-être de votre enfant);
  • une incapacité à vous occuper correctement de votre enfant;
  • un désintérêt pour les activités ou un manque de plaisir durant celles-ci;
  • un changement d’appétit;
  • le sentiment que les choses ne s’amélioreront jamais.

Il est possible de passer un questionnaire pour estimer si une dépression post-partum est présente:

Questionnaire pour dépister la dépression post-partum: https://www.hug-ge.ch/depression-perinatale/comment-depister-depression-perinatale-quizz-epds

 

Que ce soit une dépression post-partum qui a encore des retentissements, une dépression (rechute ou inédite) ou un Burn-Out Parental, il est nécessaire d’investir sur soi-même et se lancer dans un suivi avec un.e psychologue.

La dépression est invalidante au quotidien, il n’y a pas de honte à ça.
Et si tu n’es pas touchée mais que tu as une connaissance qui a des signes qui t’interpelle, ose lui parler et lui proposer du soutien !

 

Source concernant la DPP:

https://www.soinsdenosenfants.cps.ca/handouts/depression_in_pregnant_women_and_mothers

https://www.cairn.info/revue-la-psychiatrie-de-l-enfant-2011-2-page-611.htm#

https://www.msdmanuals.com/fr/professional/gyn%C3%A9cologie-et-obst%C3%A9trique/soins-du-post-partum-et-troubles-associ%C3%A9s/d%C3%A9pression-du-post-partum

 

– les risques de Burn Out Parental

Après plus de 2 ans d’investissement constant, et en fonction des circonstances… L’ombre du Burn Out parental peut poindre.
Voici les signes qui laissent penser que tu pourrais être concernée:

– La saturation et la perte de plaisir dans le rôle de parent

Le parent n’en peut plus d’être parent, il a un sentiment de trop, « trop plein », il ne parvient plus à trouver du plaisir dans son rôle de parent.

– La distanciation affective d’avec les enfants

Trop fatigué, le parent n’a plus l’énergie de s’investir dans la relation, ou en tout cas plus autant que d’ordinaire. Il prête moins attention à ce que ses enfants lui racontent ou les écoute d’une oreille distraite, il n’accorde plus (autant) d’importance à ce qu’ils vivent et ressentent, il ne s’implique plus (autant) dans leur éducation, il n’arrive plus (autant) à montrer à ses enfants combien il les aime. Il fait ce qu’il doit faire (les conduire à l’école, leur préparer à manger, la toilette, le coucher), mais pas plus.

Le contraste

Le parent prend conscience qu’il n’est plus le parent qu’il était et encore moins celui qu’il voulait être. Il ne se reconnaît plus, il a honte du parent qu’il est devenu. Il y a un contraste entre le parent qu’il était et celui qu’il est aujourd’hui

Source: https://www.burnoutparental.com

Page facebook de référence sur le sujet: https://www.facebook.com/burnoutparental/

Il est important d’être consciente de son propre état. La plupart d’entre nous ne laisseraient pas un.e de ses proches sombrer dans un état d’épuisement patent.
Pourtant, nous avons tendance à ignorer voire minimiser les signaux envoyés par notre corps.
Connaître les signes permet d’être en vigilance et à pouvoir chercher de l’aide avant de sombrer.

S’il n’est pas anormal d’agir de manière un peu « automatique », ce n’est pas normal que ces soit une attitude récurrente au quotidien.
Il n’est pas normal de ne réussir à ressentir aucune empathie pour ses enfants…
Contacte-moi ou un.e autre pro afin de recevoir de l’aide.

Autre ressource pour mieux comprendre le Burn Out Parental: http://www.femmesprevoyantes.be/wp-content/uploads/2018/10/Analyse2018-Burn-Out-Parental.pdf

 

– Le « Terrible two »: Mythe ou réalité?

Aux alentours de 18/24 mois, les enfants peuvent commencer à revendiquer leurs choix de manière plus ou moins de conviction.
Il survient aussi la « période du non » qui peut durer de 3 semaines à plusieurs mois, en fonction de la réponse parentale aux attitudes des enfants.

Certains parents vivent mal les nouvelles exigences que soulèvent leurs enfants. Il se mélange alors différents ressentiments dont l’exaspération de ne plus avoir un enfant aussi coopératif ou de devoir faire attention à de plus en plus de détails du quotidien.
Comme à toutes les évolutions des enfants, les parents doivent calibrer leurs attitudes afin de correspondre aux nouvelles compétences des enfants.
Il est fréquent que cela réveille nos croyances et les difficultés à passer au-delà en fonction de l’éducation que nous avons reçue.
Je t’invite à consulter l’article sur « la période d’opposition » si tu as justement besoin d’aide à ce sujet.

 

 

Il reste l’injonction à la sexualité

Entre la fatigue, un corps à-soi-mais-pas-vraiment-même-si-oui-quand-même, la charge mentale qui explose et la volonté de bien faire: il y a le couple (quand il y en a un).

Dans ce domaine-là aussi, rien n’est identique d’une femme à l’autre !
Beaucoup de femmes ont un désir réduit pour diverses raisons. Les raisons évoquées 3 lignes plus haut, mais aussi l’allaitement et surtout, les conflits dans le couple, qui peuvent impacter la lidibo.

 

Après 2 ans, le couple peut avoir trouvé un nouvel équilibre ou, à l’inverse, avoir cristallisé un fonctionnement qui ne convient à personne… Mais dont il semble difficile de sortir.

Que faire quand on n’a pas du tout envie ? Certains hommes sont également touchés par ce phénomène !
Que faire quand le couple bat de l’aile car les attentes/besoins sont différents ?
Que faire quand, en l’absence d’une sexualité complète, même les gestes tendres et sensuels ont disparu ?

Je déplore souvent une situation: l’absence de relation sexuelle s’est transformée en absence de tendresse et de contact.
Or, souvent, cela ne convient à aucun des partenaires…
Comment même espérer une relation sexuelle si les contacts physiques amoureux et sans attente sexuelle n’existent plus ?

La réponse souvent donnée: au moindre contact, cela déclenche une envie. Alors je/il préfère s’abstenir.
N’est-il pas alors temps de sortir de la traditionnelle perception de la sexualité hétéronormée sur le modèle penis-in-vagina ?
Il y a tellement d’autres choses à pratiquer afin d’attiser le désir …
Notamment…. PARTICIPER et FAIRE SA PART (sans compter rien d’égalitaire mais bien en fonction des capacités physiques/morales de chacun.e) dans la gestion quotidienne !
(source: https://contemporaryfamilies.org/sex-equalmarriages-advisory/)

 

Il me semble important de préciser que le contact est nécessaire dans un couple. Encore une fois, j’enfonce les portes ouvertes, mais cela renforce l’attachement entre les partenaires.

Ce qui vaut aux 6 mois du bébé, vaut également à 2 ou 3 ans!
Tout dépend du contexte et du métabolisme de chacun.

Comme je le disais précédemment, il se peut que la fatigue soit très importante. Les nuits entrecoupées, les moments de sérénité pour soi-même encore rares, mais aussi de l’allaitement en cours, ou non.

Dans aucun cas, je ne prétends que les femmes doivent se forcer. Au contraire.
J’invite les partenaires à conscientiser que le couple n’est pas réduit à la présence ou non des coïts !
La plupart des couples qui ont une certaines « anciennetés » peuvent témoigner de périodes de basse et de haute activité sexuelle… mais pas seulement !
Dans ces longs couples qui durent 20/30 ou 40 ans ont l’expérience de moments où l’harmonie était bien moindre.

Tout comme le lien avec les enfants se construit progressivement, et d’autant plus avec le parent qui n’est pas la mère, le temps, l’empathie et la bienveillance renoue des liens nouveaux dans cette nouvelle entité qu’est le couple avec enfant(s).

Je suis intraitable sur un sujet: Quelqu’un qui te dit qu’il/elle te trompera faute de relation sexuelle fait simplement usage de manipulation.
Il n’est pas normal de se soustraire à ses propres sentiments pour contenter l’autre !

 

Et puis, tout le bonheur …!

Bien sûr, dans ce texte, j’ai mis en évidence ce qui pose question voire ce qui crée des difficultés.
Il va de soi que tout n’est pas simultanément présent. L’objectif était de mettre en évidence que la psypérinatalité concerne tous les parents !
Au quotidien, nous sommes toutes mues par des questionnements: certaines sont focalisées sur leur mal-être corporel /psy, d’autres vont se questionner sur leur mode de parentalité, ou encore être touchées par des circonstances qui amoindrissent la santé mentale.
jordan-whitt-145327-unsplash

Heureusement, à côté de tout cela, il est incroyable de constater tout ce que le corps a pu créer (et faire grandir, quand on opte pour l’allaitement).
Grâce à vos interactions, ton enfant forge sa personnalité, développe des traits d’humour, produit des perles verbales et les fous-rires peuvent raisonner.

Nous avons tendance à oublier que la vie peut-être une fête malgré l’empressement.
Les tâches à remplir avec un horaire précis peuvent nous embuer et nous faire perdre le goût de vivre avec légèreté.
Il y a parfois (souvent ?!) une ambivalence entre des sentiments négatifs et la joie d’être mère.
Il est possible de s’épanouir dans un rôle de mère au foyer.

Ou pas.
Il est possible de travailler à temps plein et d’adorer cela.

Ou pas.

Il est possible d’être pleine de gratitude envers la vie pour cet enfant,

Et détester le corps/l’hypervigilance que la parentalité implique, …
Il est évident que chaque situation nécessite un éclaircissement singulier.
Toutes tes pensées peuvent être acceptées.
Tu n’es pas obligée de te juger.
Une injonction n’a pas à en remplacer d’autres (poils vs imberbe; allaitement vs biberon), …

Tout l’intérêt de cela est de te reconnecter réellement à tes enfants, en prenant soin de toi, envers et contre tout!

 

A bientôt pour de nouvelles curiosités !

P.S. : Abonne-toi pour recevoir les prochains articles (pas de spam de pub).
Si celui-ci t’a plu, n’hésite pas à « aimer » (seule manière que j’ai de voir que mon contenu plaît/est utile) et à le partager. Tu peux aussi rejoindre ma page FB La Curiosité Bienveillante où je publie tous mes articles mais aussi, quotidiennement, moult informations passionnantes ! Je suis également sur instagram : @lacuriositebienveillante 😉

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s