Éducation bienveillante·Communication Non-Violente

Masturbation et sexualité infantile, s’extirper des croyances et des tabous!

«- la masturbation rend sourd !

-Quoi ? Distribution de topinambours ?!» Reiser

reiser

Tu excuseras mon humour, mais il a été constitutif de mes lectures adolescentes… Grâce aux ouvrages « planqués » par mon père, que j’ai tous lus entre 11 et 12 ans !
Malgré ces lectures particulières, je suis une femme à la sexualité tout ce qu’il y a de plus banale.
Dans cet article, j’ai décidé de parler d’un sujet qui est rarement abordé dans les sphères de la parentalité….
La question se pose à mi-mot, de peur d’être jugé.e…
« Mon enfant se frotte les parties génitales. Que dois-je faire ? »

Force est de constater que cela inquiète.
Quand un.e enfant commence à mettre sa main au niveau de ses parties génitales et qu’iel semble y trouver un peu de plaisir, cela jette un froid dans l’esprit de beaucoup de parents.

Souvent mal à l’aise, les propos sont souvent confus et les réactions estimées inadéquates a posteriori.

Ce n’est pas simple d’être confronté, vers 2, 3 ou 4 ans, à des comportements que, nous adultes, assimilons à une sexualité « aboutie ».

Pourtant, la sexualité infantile n’est pas neuve. Des textes relates ces gestes depuis plus d’un siècle et demi… Mais la manière de l’aborder à quel que peu évoluée, et heureusement !

kiana-bosman-wSSTkMDMvZo-unsplash

Tout d’abord, deux cas de figure où je vais te demander de visualiser la chose :

  • Ton petit garçon est dans son bain, en train de tripatouiller son pénis.

STOP.
Jusque-là, comment vis-tu cette image ?
Es-tu mal à l’aise ?

Trouves-tu cela normal ou étrange ?

SUITE : Il tire dessus, le frotte et une petite érection semble se déclencher.

STOP.
Jusque-là, comment vis-tu cette image ?
Es-tu mal à l’aise ?

Trouves-tu cela normal ou étrange ?

Il y a fort qu’à parier que la première étape te semble anodine. Après tout, tripoter quelque chose qui dépasse, ce n’est pas inhabituel.
Il est de notoriété publique que beaucoup de petits garçons touchent leurs pénis et joue avec. Les gestes sont souvent tels qu’ils n’appellent à aucune ambiguïté : ce n’est pas une sexualité génitale.
Seulement, quand il s’agit de plaisir corporel (et visible), cela commence à coincer.

  • Ta petite fille est assise dans la baignoire. Assise avec les jambes écartées, elle ausculte son corps et touche à tout ce qui attire son attention.

STOP.
Jusque-là, comment vis-tu cette image ?
Es-tu mal à l’aise ?

Trouves-tu cela normal ou étrange ?

SUITE : Elle passe parfois du temps avec sa main dans ses vêtements, touche manifestement des parties de sa vulve qui lui font plaisir, c’est-à-dire son clitoris, le plus souvent. Elle se frotte sur des coussins, une peluche ou le coin du canapé, même en ta présence.

STOP.
Jusque-là, comment vis-tu cette image ?
Es-tu mal à l’aise ?

Trouves-tu cela normal ou étrange ?

Très souvent, dès qu’une petite fille explore sa vulve, la réaction de l’entourage est décontenancée.
Puisque ça ne dépasse pas, c’est comme si ça ne devait pas être l’objet d’attention.
En plus, le geste répétitif ne laisse pas d’ambiguïté : la recherche de plaisir est manifeste.

Seulement voilà, aussi étonnant cela soit-il, il est logique que le fait de toucher des zones très innervées et CONSTRUITES pour donner sur plaisir… donne du plaisir.

Cependant, la manière de recevoir ces actes, en fonction du genre assignée, est très différente.
Les gestes des petites filles mettent davantage mal à l’aise que ceux des garçons.
Pourtant, les mêmes mécanismes sont en jeu.

 

La découverte du corps

Commençons par le début.
Les enfants naissent nus.
Au fur et à mesure de sa croissance, iels explorent leur corps, leurs mouvements, leur motricité et les sensations qui vont avec.
Toutes les acquisitions commencent par un geste non-contrôlé.
Ensuite, la précision s’acquiert progressivement grâce aux feedbacks donnés par les sensations que cela donne : le fait de toucher une certaine texture, de tenir debout, la gestion du déséquilibre, etc.

La masturbation (appelons un chat, un chat!) part du même principe.
Les mains explorent et tombent sur une zone qui procure des effets agréables. Dans une volonté de retrouver ce que cela provoque, les enfants répètent les mouvements.

La sexualité infantile est entièrement autocentré. Elle n’appelle à l’intervention de personne et ne s’oriente vers aucun individu.
Cela n’exclut par que des enfants d’âge similaire peuvent être curieux les uns des autres : soit pour découvrir un autre sexe (pas forcément défini, rappelons que les intersexes existent) soit pour constater que « Oh, c’est pareil chez toi ! ».

Les explorations du corps s’effectue en général vers 3 ans … Âge auquel les enfants se retrouvent sans couche en Occident.
Les parents d’enfants pratiquant l’Hygiène Naturelle Infantile peuvent témoigner du fait que l’exploration des parties génitales et le contact avec les effets de cette zone s’effectue beaucoup plus tôt.
Très souvent, d’ailleurs, le rapport au corps des parents d’enfants en HNI est plus libéré.
Le fait d’avoir été beaucoup confrontés à l’élimination et aux enfants laissés le siège à l’air accélère une déconstruction (cruciale à mon sens) : la nudité n’a aucun rapport avec la sexualité, telle que les adultes se la représentent.

Sans prôner la pratique du naturisme, je pense que nous avons tou.te.s à gagner à déconstruire les ressentiments d’une nudité gênante.

La plupart des enfants adorent se balade peu vêtus/nus.

La pudeur est une construction sociale…

C’est avec l’âge et l’exemple des parents que les pratiques quotidiennes vont évoluer.
Les parents pudiques auront des enfants qui chercheront à s’habiller ou à se cacher, alors que dans d’autres familles, porter des vêtements ne sera un enjeu que pour la sociabilisation (en sortie ou quand il y a des invité.e.s).

Il n’y a aucun jugement de valeur dans mes mots, juste des constats.
Aucune situation n’est meilleure qu’une autre, il faut juste conscientiser que les jeunes enfants n’ont pas le même rapport au corps que nous, adultes ayant déjà incorporés notre culture ambiante (familiale et sociale).

La sexualité est un continuum.
Si nous parlions aux enfants, sans tabou, il n’y aurait pas cette chape de plomb qui entame la confiance des jeunes à parler de sexualité avec leurs parents.
Certes, ce n’est pas un problème dans toutes les familles, mais c’est fréquent…
Et cela commence simplement par le fait de nommer les parties du corps avec leurs noms réels.
Vulve, Pénis, clitoris, Scrotum, petites lèvres, testicule, urètre, méa urinaire, anus, prépuce, …
Souvent, c’est plus mignon d’entendre des enfants dire « mon zizi » et « ma nénétte ».
Mais souhaitons-nous que les enfants soient mignons envers leur corps ou puissent avoir le pouvoir de leurs corps ?
Parler avec les bons termes permet aux enfants de diminuer leur niveau de mignonnerie pour les éventuels prédateurs sexuels.

Il est aussi important de mettre en exergue que leur corps leur appartient et qu’iels ne doivent rien tolérer de la part de tiers, jusqu’à ce qu’iels soient assez grands pour le vouloir.
Leur apprendre à refuser les contacts et le consentement passe par la prise en compte de l’ensemble de leur corps : ne pas forcer à recevoir des bisous ou en faire, ne pas chatouiller quand iels n’en ont plus envie, ne pas se faire pincer/caresser « affectueusement » alors que leurs comportements non-verbaux démontrent un inconfort.

gaelle-marcel-8992-unsplash

Pour revenir au vif du sujet, La sexualité infantile a cet effet « effraction » qui rappellent que ces petits enfants, encore lovés contre nous, parfois allaités et partageant nos lits, sont bien mus par des élans vitaux qui ne dépendent pas de notre volonté.

Pourtant, la masturbation n’est aucunement problématique. Il est simplement nécessaire de guider les enfants vers des règles sociales : le plaisir corporel, comme d’autres activités pendant lesquels le dérangement n’est pas souhaitable, s’effectue prioritairement en solo.
L’idée n’est pas de rendre cela honteux mais bien de circonscrire les espaces communs à des tâches susceptibles d’être effectuées ensemble.

 

Suggestions d’interventions quotidiennes :

Si un.e enfant commence à toucher ses parties génitales, il est possible de lui rappeler que cet agréable geste est à effectuer dans sa chambre/un espace seul.e.
Si cela se produit dans un moment inopportun, rappeler ou enlever doucement la main de cet endroit et attirer l’attention sur autre chose.

L’objectif est multiple :

  • Faire passer le message que c’est un comportement normal et personnel
  • Au fur et à mesure, les conventions sociales vont s’apprendre et iels vont garder ces moments pour elleux
  • La parole est disponible sur ce sujet (et là, chacun.e a peut-être à travailler sur soi 😉 )

Bien sûr, il est nécessaire d’éviter les moqueries, les gronderies, les jugements négatifs, les phrases chocs comme « Arrête, c’est sale ! ».
Cependant, le versant opposé peut aussi être problématique.
Ne pas en parler forme un tabou et, parfois, l’impression pour les enfants de mal agir… Mais TROP en parler peut induire des éléments psychiques inadéquats.
Répondre aux questions simplement, sans fioriture, est une guideline assez simple.
Quand iels voudront plus d’information, iels reviendront. Chaque chose en son temps.

 

 

Les situations à surveiller

Dans certains cas, les actes masturbatoires recèlent de quelque chose de plus intense.
Certains enfants se blessent aux parties génitales, cessent des activités pour se dédier à la masturbation, refuse de cesser de se toucher même après plusieurs demandes respectueuses et pondérées (rappel : l’agressivité amène de l’opposition ou de la peur, pas de la compréhension. Cf mon article sur les effets des punitions).

Ces attitudes doivent attirer l’attention, car elles peuvent être signe d’actes auxquels iels n’auraient pas dû être exposés : attouchements sexuels (de la part d’enfants ou d’adultes!) , scènes de film pornographique, assister à des relations sexuelles entre adultes, …

Je copie/colle un passage de naitreetgrandir :

« Comportements plus à risque d’être le signe d’une agression sexuelle

  • Il oblige les autres enfants à se déshabiller.
  • Il caresse les parties génitales d’autres enfants.
  • Il en sait trop sur le sexe pour son âge. Par exemple, il est au courant des relations sexuelles orales et des positions sexuelles.
  • Il simule des rapports sexuels ou d’autres comportements sexuels adultes.
  • Il utilise la menace, le chantage ou la contrainte dans ses « jeux sexuels » avec d’autres enfants.
  • Il a des comportements sexualisés envers des adolescents ou des adultes.
  • Il introduit des objets dans son vagin ou son rectum ou dans ceux d’autres enfants.
  • Il demande à regarder des images sexuellement explicites. »

Bien sûr, ces informations servent en cas d’attitudes préoccupantes.
La masturbation, même quotidienne, n’est pas préoccupante en tant que telle.

 

 

Construction sociale de la masturbation et de la sexualité

pour finir, et afin d’ajouter une pierre en plus à l’édifice d’une éducation non-genrée, il convient bien de parler du rapport à la sexualité en fonction du genre…

Si tous les garçons parlent avec générosité de masturbation dès la pré-adolescence, c’est beaucoup moins le cas des jeunes filles.
Même chez les femmes adultes, le sujet de la masturbation des femmes reste globalement tabou.

Certains mythes se poursuivent et restent ancrés dans les pratiques sexuelles.
Par exemple, beaucoup de femmes sont culpabilisées par leurs partenaires si elles admettent se masturber.
Cela concerne aussi le plaisir des femmes qui est toujours majoritairement mis de côté au profit du plaisir des hommes.
La relation sexuelle est considérée comme « complète » à partir du moment où il y a un acte de pénétration avec un pénis. Cette perspective d’une sexualité dépendante d’une pénétration caractérise bien l’influence du patriarcat, jusqu’au fond des lits.
D’ailleurs, si des pratiques comme l’excision et l’infibulation existent, c’est en rapport direct avec le contrôle du plaisir des femmes : Une femme qui peut jouir est une femme puissante, qui pourrait tromper et devenir insatiable… ! Ces mutilations génitales servent à empêcher les femmes de vivre quelconque plaisir sexuel.

Sans être soumises à des mutilations génitales, il suffit de tabous, de jugements et de valeurs fortement ancrés pour que les femmes intériorisent des croyances sur leur propre sexualité.
De nombreuses cultures partagent les mythes d’une féminité pure et virginale, sans compromis.
Une femme avec une forte libido serait anormale, alors qu’un homme se devrait d’être infaillible.
Toutes ces croyances font le lit d’une masculinité toxique et d’une féminité corsetée.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                    Par extension, la masculinité toxique laisse à penser que les femmes ont moins de besoin sexuel que les hommes.
Les hommes sont souvent perçus comme des êtres quasiment incapables de se contrôler s’ils sont abstinents depuis longtemps. C’est ainsi que cela justifie des tromperies (dans le cadre d’un couple en union exclusive) et entretient une culture du viol.
Je rappelle que le viol conjugal n’a été reconnu que depuis 1990… Avant cela, il était légal d’un époux puisse avoir des relations sexuelles de force avec son épouse !

oedipe-se-creuvant-les-yeux
Oui, même Oedipe s’en crève les yeux, de la culture du viol !

Afin d’avoir une perspective différente sur le rapport à la masturbation chez les femmes et dans la singularité de chacune, je t’invite à regarder cette vidéo de Queen Camille qui aborde le sujet du premier souvenir de masturbation chez les femmes qu’elle interviewe : https://www.youtube.com/watch?v=3idAUcBYHWQ&t=979s

Cela met en évidence de nombreux profils de femmes dont certaines se rappellent leurs pratiques infantiles qui ne s’est jamais arrêtées et celles qui ont débuté cela (croient-elles, du moins) après leurs premières relations sexuelles à 2.
Cela permet, comme d’autres articles ou ressources, de travailler sur ses propres conceptions… et de réfléchir à celles que nous voulons transmettre à nos enfants.

 

 

Ancrage culturel et familial dans la construction de la sexualité

Bien entendu, toutes les histoires familiales, tous les ancrages culturels et toutes les croyances impactent nos réactions.
L’objectif n’est, bien sûr, absolument pas d’en faire fi, mais simplement d’en prendre conscience.
Notre rapport à la sexualité conditionne la façon dont nous voyons celle de nos enfants.

Dans certaines familles, le sujet est tabou. La sexualité n’est alors pas un sujet. Les femmes « aux jambes légères » peuvent être jugées et perçues comme anormales.
A l’inverse, dans d’autres familles, les idées transmises évoquent que la sexualité est un élément INDISPENSABLE pour la survie du couple. Ainsi, une personne qui n’aurait pas de désir fréquent ou ardent peut rester sur ces propos et se forcer à avoir des rapports ou culpabiliser de ses « manques » de désir.
Ironie : persons-hand-doing-thumbs-up-4629633

La sexualité comprend, bien souvent, les questions sur l’orientation sexuelle. Il est fréquent que des parents s’inquiètent, dès le plus jeune âge, de l’orientation sexuelle de leurs enfants.
Certain.e.s iront jusqu’à empêcher les enfants de jouer et de porter des vêtements qui sont habituellement dédiés à celleux du sexe opposé (niant ainsi l’existence des transgenres, des intersexes ou encore des personnes non-binaires).

Il est absolument nécessaire de rappeler que l’orientation sexuelle n’est pas conditionnée par les habitudes de vie, des jeux ou des vêtements.
En outre, une orientation sexuelle n’est qu’une inclinaison à aimer. Rien de plus. Cela ne conditionne aucunement la personnalité, la loyauté aux valeurs de la famille ou encore le bonheur futur des enfants !
Si ces questions émergent en toi, ou parmi tes proches, n’oublie pas de rappeler que ce sont leurs yeux de l’adulte qui interprètent les actions des enfants et que ce sont LEURS craintes et croyances qui ressortent.

Les enfants nous permettent de questionner énormément de sujets. C’est une vraie possibilité de s’ouvrir à l’altérité, puisque les enfants ne sont pas des copies conformes des parents et ont la spontanéité de questionner les valeurs, les attitudes et les choix parentaux.

La masturbation infantile mobilise ainsi les questions relatives à la sexualité actuelle, future et passées tant des parents que de l’adulte en devenir.
Cela cristallise beaucoup de croyances et de peurs. Heureusement, sauf dans les cas de figure relatés plus haut, il s’agit de comportements normaux et tout à fait sains dans la découverte des potentiels du corps.
Peu d’entre-nous se souviennent de ces explorations car nous sommes issus d’une époque où cacher et ignorer étaient plus acceptable que de parler de la sexualité à ses enfants.

Vers 3 ans, il revient aux parents de poser les bases des concepts d’intimité, d’auto-plaisir et de circonscription en des lieux personnels.
Vers 6-8 ans, il s’agira de parler de la conception des enfants.
Vers13 ans, les questions autour de la puberté et la sexualité émergeront crues et franches mais indispensables afin que les jeunes gens ne découvre plus ce que serait la sexualité.. via des images pornographiques.

sad-black-boy-using-laptop-with-smiley-brother-4545941

Les sujets autour des relations affectives et de la sexualité ponctuent la vie… Puisqu’elle la transcende, de la mise au monde des ses enfants (acte sexuel, cela va sans dire) jusqu’à la conception de la génération suivante (pour autant qu’iels le veulent).
J’espère que les informations rapportées dans ce texte t’aideront pour la communication et les réactions envers tes enfants.

Sans partir dans le partage d’expériences personnelles, la possibilité de parler de sexualité en famille permet aux enfants de ne pas être livrés sans prémisses à la violence des images pornographiques abondamment partagées (l’impact sur porno dans la construction de la sexualité pourrait faire l’objet d’un article entier!).
Parler du consentement, de la pression sociale autour de la sexualité, des croyances répandues, etc, sont des sujets incontournables au abord de l’adolescence.
Or, parfois, il ne faut pas moins de 10 ans pour cheminer dans sa capacité à parler de ces domaines-là.

A bientôt, pour de nouvelles perspectives sous l’angle de la parentalité.

P.S. : Abonne-toi pour recevoir les prochains articles (pas de spam de pub).
Si celui-ci t’a plu, n’hésite pas à « aimer » (seule manière que j’ai de voir que mon contenu plaît/est utile) et à le partager. Tu peux aussi rejoindre ma page FB La Curiosité Bienveillante où je publie tous mes articles mais aussi, quotidiennement, moult informations passionnantes ! Je suis également sur instagram : @lacuriositebienveillante

4 commentaires sur “Masturbation et sexualité infantile, s’extirper des croyances et des tabous!

  1. Super article une fois encore ! Merci Natacha de traiter avec légèreté et pertinence un sujet aussi délicat et aux répercussions si fortes dans la vie d’adulte ! Tout le monde est concerné : Enfants, Parents et grand-parents aussi !

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s