Éducation bienveillante·Maternage proximal·Préparer la naissance

l’HNI, une pratique qui dérange. Pourquoi le besoin d’éliminer n’est pas un sujet ?

Dans cet article, je présente l’Hygiène Naturelle Infantile. J’aborde les raisons sociétales qui rendent cette pratique marginale en Occident. Je te fais aussi par de mon expérience. Je mets au clair les mythes concernant l’acquisition de la continence. Et, enfin, je te donne quelques trucs pour pratiquer l’HNI concrètement!

Je n’ai pas grandi avec un amour des couches.
Ma mère m’a toujours dit que nous avions été « propres » très tôt, avec ma sœur. Tôt, c’était 10 mois le jour et 12, la nuit.
Je croyais, toute adulte que je suis, que ma mère exagérait, et qu’elle avait des souvenirs faussés lorsqu’elle me racontait qu’elle nous mettait sur le pot dès nos 3 ou 4 mois …

Partout autour de moi, j’ai entendu parler de l’acquisition du contrôle sphinctérien, qu’il pouvait apparaître vers 18 mois et que la plupart des enfants portent des couches jusqu’à 3 ans.
Il y a de fameux articles qui expliquent clairement qu’il ne faut pas induire le pot chez les enfants trop tôt… Sinon, cela engendrerait des blocages concernant l’élimination et parce que de toute façon, l’incontinence infantile est créée par une immaturité normale des sphincters.
Je me demandais alors comme ma mère avait réussi à nous « rendre propres ».

Bien avant de tomber enceinte, j’avais découvert l’Hygiène Naturelle Infantile (HNI, également appelée en anglais « Elimination Communication »). Cela me semblait quasiment impossible à concilier avec une vie normale. Je pensais que les mères qui la pratiquaient étaient spéciales, au paroxysme du maternage… au confluent avec une sorte de spiritualité. Elles m’impressionnaient, et clairement, je ne me pensais pas « au niveau ».

sceptique

Et puis, je suis devenue mère. J’ai pu mettre en application le maternage proximal que j’envisageais, et même plus.
J’ai, grâce ce blog aussi, fouillé de plus en plus de notions concernant un accompagnement bienveillant des enfants.
Clairement, je souhaite offrir à ma fille toutes les chances et optimiser ses possibilités d’être elle-même, débarrassée des entraves/injonctions de la société [occidentale].
DISCLAIMER : Je sais qu’on ne peut pas être culture-free, mais je souhaite vivre dans une transculturalité qui permet de prendre et appliquer le meilleur (dans le sens de répondre à ses besoins et pour son développement autonome et indépendant) de ce que fait l’humain ! Je trouve merveilleux de pouvoir m’inspirer des attitudes d’autres ethnies pour accompagner ma fille au quotidien.

Et malgré tout mon maternage, il y a un point qui me posait un vrai problème tant écologique que philosophique : les couches !

Alors, il a fallu que je questionne ce qui me freinait : l’habituel évitement du contact avec les excréments, les informations connues sur l’acquisition de la continence, la peur de « l’échec » et la perception sociale de l’HNI, même dans les communautés bienveillantes et maternantes.
Celles et ceux qui pratiquent l’HNI, ce sont un peu les OVNI, celles/ceux qui vont VRAIMENT loin. Déjà qu’être dans un maternage proximal dans la société occidentale est perçu comme étrange voire pathologique par certain.e.s (bisou-cœur à vous !), mais alors … l’HNI !

A quoi ressemblaient mes questionnements ? Les voici, authentiquement :
« Ai-je vraiment envie de ramasser des flaques, et autres, à longueur de journée, et changer ma fille 18 fois/jour, et d’être constamment en stress par rapport à cela ? Et puis, c’est surement trop tard, l’HNI, c’est depuis le départ pas « en cours de route », ça va peut-être la bloquer/traumatiser concernant son élimination ?!
Je suis toute seule, comment vais-je gérer ses besoins d’élimination et ma gestion du quotidien ? Comment vais-je faire si j’ai un plat sur le feu et que je la retrouve en train de peindre avec ses fluides corporels ?
Et si elle ne porte pas de couche à la maison, comment vais-je faire à l’extérieur ?

C’est vraiment trop compliqué pour moi …  »

MAIS… Les couches, vraiment, je n’arrivais pas à me dire que ma fille était enfermée et serait encore dedans jusqu’à ses 2 ou 3 ans ? Une partie de son corps totalement caché, un réceptacle à excréments constamment au contact avec sa peau et surtout : les remises en question des connaissances, sur les compétences des enfants concernant leur continence, qui ne sont pas cohérentes avec le vécu des pratiquant.e.s de l’HNI.

Alors j’ai lu, beaucoup… !
Je suis tombée sur diverses sources, dont le blog de Natacha Guillaume : Heureux sans couche .
J’ai dévoré un certain nombre de ces articles et c’est là que j’ai appris combien le fait de laisser des couches entretient l’incontinence des enfants et d’autres astuces pratiques au quotidien.
Mais, j’ai du mal à croire sur parole les expériences de l’une ou l’autre, alors j’ai continué à me documenter. J’ai découvert le milieu de l’HNI et l’EC (en anglais) : les groupes de parents sont fournis (en anglais surtout).
J’ai aussi commencé à apercevoir qu’une littérature sur le sujet existe (même si pas suffisamment, à mon goût), tant en vulgarisation qu’en articles scientifiques.

gaelle-marcel-8992-unsplash

A ce moment-là, la pièce est tombée : je ne pouvais plus faire comme si je ne savais pas.

Storytelling de ma courte histoire de l’HNI (3 mois au moment où je rédige, en janvier 2019) :

[Si tu te fiches de mon vécu et que tu veux comprendre comment et pourquoi l’HNI fonctionne, il suffit d’aller à la section suivante]

J’ai débuté en enlevant les couches de ma fille quelques heures par jour, pour observer ses rythmes. Je le faisais quand j’étais vraiment focalisée dessus, de manière à percevoir ses signaux préalables aux excrétions.
J’ai attendu, tenté de déceler les signaux… en vain !
Eh oui, après plus de 9 mois de couche, elle s’était bien habituée à effectuer son ouvrage tout en jouant sans même s’interrompre.
J’étais totalement épouvantée : elle a perdu une des sensations les plus naturelles… Elle ne s’en rend même pas compte ! Et moi, je ne peux donc pas du tout agir et anticiper.
Et puis, le rythme… BONJOUR ! Toutes les 20/25 minutes maximum.
Je tombe de haut et me demande comment je vais pouvoir l’aider à se reconnecter avec son corps qui semble si loin d’elle…

Un peu désespérée par ce constat, je rejoins les groupes anglophones. Je cherche des témoignages de parents qui ont, eux-aussi, commencé « sur le tard » (oui, l’idéal est de débuté avant les 4 mois des enfants, ils signalent de manière plus claire, semble-t-il, avant d’arrêter de communiquer … à force d’être confrontés à l’ignorance).
Et j’en trouve. On me dit de continuer, de communiquer au sujet de ses excrétions et que ça va évoluer.
En effet… en 5 jours : ma fille a associé le mot à l’acte. Sur la table à langer, elle urine à chaque change, ce qui lui permet d’avoir des couches deux fois moins remplies ! Je trouve ça époustouflant ! Même si je présume que c’est dû au hasard et qu’elle a juste pris l’habitude de faire en ayant les fesses à l’air.
Parce que, ça aussi, on te le dit : « Attention, les bébés aiment bien faire quand ils sont fesses nues : c’est le changement de température ! ».
Tu veux savoir un truc ? Ce n’est pas tant le changement de température que le simple fait que les enfants, dès le départ, ne veulent pas se faire dessus, mais que nous les y contraignons avec les couches.
Alors, au lieu de s’affoler pour des urines hors de la couche, il faut plutôt leur laisser le temps de le faire et de constater les choses, de manière à ce qu’il associe très tôt acte et mot.

Ensuite, j’ai décidé de lui enlever ses couches dès que je suis chez moi. Je voulais qu’elle puisse associer une attitude claire entre les sorties et la maison.
Après un mois d’observation, j’ai commencé à percevoir une récurrence dans ces rythmes et donc à lui proposer le pot (physiologique ! Merci Ecopitchoun ! http://www.ecopitchoun.fr/boutiquehni/pottopfchen.php ).
Est-ce qu’il y a eu des flaques ?
OUI, plein ! J’ai racheté des langes en plus de manière à éponger cela.
Et j’ai continué à verbaliser, « Tu fais pipi ! », ni plus ni moins.
Est-ce que j’en ai eu marre, parfois, de ramasser ?
Oui, évidemment
. Quand c’est la troisième fois en une heure où elle urine 30 secondes après avoir refusé/s’être levée du pot. C’est pénible à vivre pour moi surtout après une nuit à 4 ou 5 réveils et qu’il n’est que 8h40 à la troisième miction !
MAIS : est-ce que je lui montre ou lui dit quoi que ce soit de négatif ? NON ! Je constate, encore. Simplement, j’absorbe la flaque avec l’énième tétra de la journée et c’est tout.

langes-pour-bebe-en-coton
Langes de chez Gaspardetzoe.fr

Et puis, d’un coup, ça a évolué. Ses rythmes d’élimination ont commencé à être vraiment répétitif d’un jour à l’autre, en fonction de ses tétées, de ses siestes, je sus plus ou moins quand elle aurait besoin. J’estimais encore que les « pipis attrapés » étaient des coups de chance, mais je me disais que le hasard cédait sa place à l’intuition.
La fameuse intuition que je croyais spirituelle, celle qui forçait mon admiration. Et j’ai commencé à apprendre à la suivre. Quand je me posais la question de savoir si je ne devrais pas lui proposer d’éliminer, 3 fois sur 4… C’est le cas dans la minute qui suit.
Alors, la plupart du temps, quand il y a une flaque, après 6 semaines d’HNI , je me blâmais moi-même, en me disant : « Rha, je le savais !!! ».

L’HNI n’est pas un processus linéaire, après 4 jours sans aucune flaque, j’ai cru que c’était gagné : elle avait retrouvé ses sensations corporelles et attendait le pot, pour autant que ma proposition de pot était proche de son rythme.
Et puis non, les flaques revinrent de plus belles et, parfois, de manière totalement anarchique.
Mais je n’ai jamais perdu espoir pour un simple et bonne raison : je ne pratique par l’HNI pour rendre ma fille continente, je la pratique parce que cela l’aide à être connectée avec son corps et ses besoins, tout en évitant de consommer des ressources polluantes.

Depuis quelques temps, il est limpide qu’elle relâche volontairement ses sphincters lorsqu’elle est sur le pot (ou au-dessus d’un lavabo, en déplacement #airport #rdvmédical). Il y a bien moins de flaques puisqu’elle semble manifester des signes d’inconfort qui me font suggérer qu’elle a besoin d’aller se soulager. Evidemment, cela arrive encore, puisque je ne peux pas avoir les yeux sur elle à chaque minute. Et je sais une chose : quand je n’entends plus aucun bruit, c’est qu’elle va/est en train d’éliminer !
Cela met donc à mal la croyance que les enfants éliminent automatiquement jusqu’à 18 voire 24 mois (selon les sources, j’y reviens plus loin).
Elle porte encore des couches pour les déplacements en attendant d’acquérir l’un ou l’autre système d’HNI permettant de la faire éliminer plus simplement.
Bref, en fait, c’est vraiment possible ! Ce n’est pas une blague de nana perchée (50% de la planète peut me dire : «Bravo, Captain Obvious ! »).

Mais comment cela se fait-il que cela ne se sache pas plus ?
Pourquoi y a-t-il cette (dés)information sur l’immaturité des sphincters ?
Pourquoi les enfants occidentaux sont-ils continents (oui, disons continents, « propres » n’est pas vraiment bienveillant ni même exact) que vers 3 ans alors qu’ailleurs dans le monde, c’est beaucoup plus tôt ?

C’est LA raison de cette article, te faire savoir pourquoi et comment, l’HNI est possible et qu’en plus, cela ne crée pas de troubles concernant le rapport à l’élimination ! 😉

Si tu veux d’autres témoignages concernant les aspects pratiques, tu peux en trouver déjà un : https://heureux-sans-couches.com/hni-sans-couches/

 

L’acquisition de la continence, seulement entre 18 ou 24 mois, au plus tôt. Vraiment ?

emily-morter-188019-unsplash

Tout d’abord, THE point : le principe de l’HNI n’est pas d’apprendre « la propreté » précocement, mais rendre aux enfants les compétences qu’ils ont, et que les occidentaux cachent dans des couches ultra-absorbantes.
Il est appris durant les cursus académiques que les enfants ne peuvent acquérir la continence qu’à partir de 18 mois (au mieux), et qu’il est habituel voire logique, que les enfants portent des couches jusqu’à 3 ans. Âge, auquel, les enfants DOIVENT être continents pour entrer dans les structures scolaires.

Y a-t-il un rapport entre cet impératif de scolarisation vers 3 ans et le moment de l’acquisition de la continence ?

Pourquoi, les bébés en HNI sont, globalement, continents entre 18 et 24 mois maximum, alors que pour un enfant portant des couches, c’est plutôt entre 26 et 40 mois ?

Pourquoi est-ce si complexe de trouver des sources scientifiques sur le sujet des enfants SANS couche et le fonctionnement de la mise en place de la continence dans ce contexte-là ?

 

Où sont les preuves de ce seuil de 18 mois ?

Énormément de recherches sont effectuées dans les milieux industrialisés, qui s’inspirent les uns et les autres, en ayant une imprégnation culturelle.
Bébé = couche, dans tous les pays Occidentaux et dans d’autres endroits industrialisés. Mais alors,  pourquoi et comment, environ 50% des bébés du monde s’en passent ? Alors, pourquoi n’y a-t-il pas plus d’informations à ce sujet ?

D’abord, parce qu’il y a  des conclusions tirées d’études préliminaires, assez anciennes, toutes occidentales, et souvent financées par des industriels !
Il s’avère qu’elles sont contestables puisqu’elles ne répondent pas aux critères de rigueur scientifique actuelle. Cependant, énormément d’études se basent dessus. Il est fort complexe de remettre ces bases en question.
La même difficulté se retrouve à divers sujet, comme dans le cas des études sur la nutrition qui expliquent que les graisses animales sont délétères en opposition avec les graisses d’origine végétale. L’étude source de ce principe est la fameuse « Etude des 7 pays » qui aurait déterminé les causes des maladies cardiaques : les graisses saturées provenant des matières animales.
C’est par cette étude que le «régime crétois » est devenu populaire !
Le mythe du « mauvais cholestérol » prend racine et n’est que difficilement délogé à l’heure actuelle… Alors qu’on sait que ce ne sont finalement pas les graisses qui sont à l’origine du surpoids et des maladies métaboliques et cardiovasculaires, mais l’excès de glucide et d’alimentation transformées ! Tu peux en apprendre un peu plus sur les mythes du cholestérol. Et si tu veux un reportage édifiant au sujet de la pseudo rigueur scientifique émanant des recommandations diététiques : Pour maigrir, mangez du chocolat ! (et si tu veux avoir quelques informations sur le rapport à l’alimentation et les pièges qu’on y trouve : « Mon assiette, ma famille et moi ! »)

Ensuite, il manque d’études sur le sujet, puisqu’il n’y a pas d’investisseur pour budgéter celles-ci… Au contraire !
Il est plutôt intéressant pour les industriels que les enfants aient, prétendument, besoin de couches et ce, sur la plus longue période possible. Des études démontrant que les enfants peuvent vivre sans et bénéficier de cette absence d’accoutrement feraient du tort aux ventes…

Cela parait complotiste, j’en conviens. Malheureusement, il n’est plus à démontrer que les industriels (ou les laboratoires pharmaceutiques) aiment à financer des études et à rendre les résultats saillant, quand cela engendre une consommation accrue d’un produit.
P&G (Groupe industriel auquel Pampers appartient) a financé des études concernant le sommeil des enfants, comparant ceux avec et sans couche (dans les pays asiatiques et dont les enfants ne portent, culturellement, pas de couche). https://www.cbsnews.com/news/how-pg-brought-the-diaper-revolution-to-china/ Ils ont démontré que les enfants portant une protection se réveillent moins que les autres… Faisant passer le message qu’un bon sommeil favorise une croissance optimale.
Résultat des courses : Il faut que les enfants portent des couches, au moins la nuit, pour leur bien.
Grâce à ces résultats, P&G espère gagner des parts de marché inestimable en Chine et en Inde (une seule couche/jour pour des centaines de millions de bébés… C’est très rentable !). Ils semblent y parvenir car la classe moyenne asiatique commence à mettre des couches aux enfants, « car cela fait plus propre et civilisé (aka Occidental…) ».

pampers baby dry
Super, elles tiennent 12h..! 😉

Mais est-ce bien réel, que les couches favorisent le bien-être des enfants ?
Il est logique que les enfants se réveillent la nuit. Ils urinent au réveil (et pas en dormant, grâce à la vasopressine, hormone anti-diurétique, qui inhibe en partie la production d’urine et active la réabsorption de l’eau par les reins, durant les phases de sommeil), sont changés et repartent dans le sommeil ou se lève si c’est la fin de leur nuit.
La sensation d’humidité et le constat physique que cela engendre pour les enfants, entretient le rapport cause-conséquence entre la sensation d’uriner et le fait d’être mouillé.
Dans les couches, cette sensation est presque annulée voire totalement perturbée grâce aux effets « au sec », qui permet aux enfants de ne pas être mouillés.

Bref, ce n’est pas les enfants qui sont gagnant là-dedans (sinon, l’humain, espèce née sans couche, serait bien mal en point !), mais bien le marché des protections qui envisage de nouvelles perspectives.
Ces campagnes de marketing rappellent celles promouvant les laits artificiels, au détriment de l’allaitement, tant en Occident (où les taux d’allaitement sont tellement bas, qu’on peut y voir le succès incroyable du marketing) mais aussi dans les pays moins nantis. Nestlé y finance des maternités, tout en fournissant les mères en Lait Artificiel pendant les premiers mois : le temps de tarir leurs seins et les rendant dépendantes d’un produit ultratransformé, à diluer dans une eau qui n’est pas toujours salubre ! Tu as du mal à y croire ? Voici un article  et l’émission « Cash Investigation » a même fait un reportage sur les côtés obscurs des industriels du 6/10/2015.
Selon les industriels, il faut toujours plus consommer… Je le rappelle : c’est dans LEUR intérêt, pas dans celui des enfants/humains !

 

Le contrôle des sphincters et les préalables développements « nécessaires »
La pédagogie Loczy  est reconnue pour favoriser l’autonomie et la bienveillance envers les enfants. Cependant, il est triste de constater que certaines autrices perpétuent des mythes concernant le contrôle des sphincters : L’acquisition du contrôle sphinctérien : sans punition ni récompense ? 
Dans cet article, elles avancent que la présentation du pot peut être trop précoce (sans préciser en quoi ni citer de source) et démontrent, à coup de jugements de valeur, que les enfants obéissent soi-disant aux parents en acceptant d’uriner/de déféquer sur le pot, et que cela devient un enjeux relationnel voire malsain pour le rapport à la physiologie.
Cela engendrerait  « des troubles profonds du développement relationnel et social liés aux sphères les plus intimes de sa vie psychique », mais à nouveau, sans préciser la nature et ni étayer ces propos …
Leur étude est basée sur des enfants d’âge assez avancé, après 18 mois. Après cet âge, les enfants ont fixé durablement l’habitude de faire dans leur couche.
Cet article est représentatif des confusions qui existent entre écoute des besoins d’élimination et dressage à la continence ; ou encore, entre les troubles relationnels inhérents d’attitudes parentales dysfonctionnelles, engendrant des blocages physiologiques et,  a contrario, l’impossibilité présumée de retenir les selles et urines.

Un autre article, relayé par « Paroles de mamans », fait intervenir 2 pédiatres au sujet de l’HNI.
Le premier estime qu’il est « illusoire d’imaginer qu’un bébé puisse signaler à ses parents son envie de se soulager. Il s’agit au tout début d’un réflexe : avant 18 mois, un enfant n’est pas capable de maîtriser ses sphincters. C’est d’ailleurs pour cette raison que l’apprentissage de la propreté ne peut se faire qu’aux alentours de ses 2 ans. »
Encore une fois, pas de source, mais surtout… Je suis impressionnée de savoir que c’est une illusion que ma fille de 12 mois commence, puis arrête sa miction pour la reprendra 20 à 30 secondes plus tard dans son pot, ou qu’elle urine lorsque je lui propose alors que nous sommes en déplacement (ça serait à chaque fois un pur hasard ?!). Et que tous les parents pratiquant l’HNI fassent le même constat.
Drôle d’illusion commune !

smiley lunette soleil

L’autre pédiatre estime qu’il n’est possible de pratiquer ce qu’elle nomme hygiène sphinctérienne que dans des conditions de vie naturelle, c’est-à-dire, loin de toutes industrialisations et avec des températures clémentes.
Voici ses mots : « Simplement, il faut les changer souvent et profiter de l’été pour favoriser la conscience des fonctionnements sphinctériens. Si l’éducation naturelle consiste à offrir l’opportunité de sentir son corps sans exigence de résultat, ce n’est pas nocif. Il faut cependant que le parent soit très disponible, tolérant et ne délègue pas cette tâche à quelqu’un d’irritable. »

Bref, cette seconde pédiatre, Edwige Antier, reconnaît bien que les enfants sont totalement capables d’émettre des signes permettant à l’entourage d’y répondre. Tout dépend donc de la réceptivité de celui-ci !
Il n’y a plus grand-chose à voir avec une immaturité physiologique… !  Cela va totalement à l’encontre des propos du premier pédiatre et du mythe des 18 mois largement répandu.

Techniquement, l’acquisition de la continence serait de déclencher la miction à bas volume : Mais est-ce forcément après 18 mois ?
Empirement, tous les parents pratiquant l’HNI pourront le dire : les enfants sont susceptibles d’ouvrir leur sphincter de manière à laisser sortir volontairement une quantité bien moindre que la contenance maximale de la vessie, et ce, bien avant 18 mois !

Dans cet article, il est remarquable de constater que l’auteur énonce clairement : « La plupart des enfants des pays occidentaux contrôlent leur vessie et leurs intestins entre 24 mois et 48 mois. Les filles ont tendance à y parvenir un peu plus jeunes que les garçons. La période moyenne entre l’initiation de l’apprentissage de la propreté et la propreté réelle oscille entre trois mois et six mois ».
Les enfants occidentaux auraient-ils une vessie différente des autres enfants du monde ?

Ensuite, il continue en précisant que l’âge n’est pas un indicateur pour qu’un enfant devienne propre,  et « Les parents devraient être disponibles pour se montrer attentifs et patients dans cette tâche tous les jours, pendant plusieurs mois ».
Encore une fois, cela dépend donc de l’implication parentale.

Il poursuit en précisant : « la réceptivité physiologique précède la réceptivité psychologique. À 18 mois, le réflexe du contrôle sphinctérien est mature, et la myélinisation du système extrapyramidal s’est produite ». Cependant, contrairement à tous ces propos, il ne mentionne pas de source.
Il est notable de prendre en compte qu’à 18 mois TOUS les systèmes physiologiques permettent la continence. Ce sont ainsi les facteurs psychologiques et l’implication parentale qui engendrent la perpétuation de l’utilisation des couches.

Cet auteur, comme d’autres, précise qu’il est nécessaire d’attendre que l’enfant ait la capacité langagière de demander le pot ou d’exprimer ses sensations.
Bien que je comprenne ce qui motive cette pensée, encore une fois, il s’agit d’une propagation de mythe : un enfant ressent et peut signifier ses états internes avant même l’accès à la parole.

 

Attention, il est évident qu’un enfant de 18 mois, dont on ignore le besoin d’élimination depuis la naissance, est rarement sensible au sujet le jour où, miraculeusement, le pot arrive dans son univers.
D’ailleurs, combien de parents font apparaître l’objet avant cet âge-là ?
De même, si les parents, tout d’un coup, mettent une pression effarante sur la recherche de la continence, démontrent de l’impatience, se fâchent lors des mictions mal/peu contrôlées (lesdits « accidents ») et adoptent ainsi une attitude négative… il est ÉVIDENT que les enfants peuvent être bloqués, puisqu’ils contrôlent leur sphincters, ils peuvent tout à fait retenir jusqu’à un débordement incontrôlable.
L’attitude parentale est déterminante. Mais cela vaut pour l’ensemble des sphères de l’accompagnement des enfants !

 

En somme, sous couvert de bienveillance, on désinforme les parents les empêchant d’intervenir auprès des enfants. Dans cette brochure, souvent prise en exemple, il est mentionné qu’avant 20/24 mois, les sphincters s’ouvrent automatiquement. Or, les études en urologie démontrent bien que la miction est un processus volontaire à partir d’environ 12 mois … !

austin-chan-275638-unsplash
Mais pourquoi ces mythes concernant la prise en compte du besoin d’éliminer des enfants sont-ils si répandus en Occident ?
Ingrid Bauer, autrice de « Sans couche, c’est la liberté ! » l’explique parfaitement :
«  En 1932, le gouvernement américain a publié un guide intitulé Infant Care. Ce manuel disait aux mères de commencer l’apprentissage de la propreté dès la naissance, et de terminer vers 6 ou 8 mois. Les aspects de cet apprentissage étaient rudes et coercitifs, faits pour libérer la mère de ce qui était perçu comme des « tracas » de l’éducation d’un enfant plutôt que de l’aider à fortifier son lien avec son bébé. Dans ce manuel, les mères étaient encouragées à insérer un bâton de savon dans le rectum du bébé ou de stimuler son anus avec le bord froid d’un porte-savon pour provoquer le transit intestinal. Il était recommandé d’avoir des horaires stricts, les intestins devant être vidés « deux fois par jour, après le bain du matin et le bain du soir, en ne variant pas l’horaire de plus de 5 minutes. » Ces méthodes coercitives, et la découverte rétrospective des perturbations émotionnelles et des névroses qui en ont découlées, restent ancrées dans notre aversion culturelle collective d’un apprentissage de la propreté précoce. Malheureusement, et probablement parce qu’ils n’étaient pas conscients de l’existence d’autres modèles, ils ont fait une association hâtive entre « précoce » et dangereux et coercitif, et ne sont jamais allés aussi loin que l’hygiène naturelle du bébé.

En 1962, le pédiatre et écrivain bien connu T. Berry Brazelton a mis au point une nouvelle méthode d’apprentissage de la propreté. L’intention était bonne. Hélas, les conclusions disant que les bébés n’ont ni conscience ni contrôle de leur élimination et qu’ils ne peuvent rien communiquer avant de savoir parler sont totalement fausses.

Des dizaines d’années plus tard, avec de nombreuses preuves empiriques du contraire provenant du monde entier, ces listes de signes de maturité restent encore prédominantes dans presque tous les livres, articles ou sites web traitant de l’apprentissage de la propreté.
Il a considéré que les bébés n’étaient pas prêts physiquement à l’apprentissage de la propreté avant qu’ils puissent s’asseoir, marcher et parler de leur élimination et du pot. Il dit qu’ils doivent d’abord vouloir faire plaisir à leurs parents, imiter les adultes, et développer leur autonomie. Il déclare que bien que les bébés aient « un réflexe conditionné de contrôle local des sphincters » à 9 mois et qu’ils « coopèrent volontairement parfois vers 12 à 15 mois », les enfants ne sont vraiment prêts à commencer leur apprentissage au plus tôt vers 18 mois.
»

ET POURTANT :

« Dans le contexte du monde non-industrialisé, particulièrement en Afrique et en Asie, ces paramètres deviennent absurdes. Ils ne tiennent tout simplement pas la route. Des millions de mères à travers le monde savent que leur bébé est « mûr » dès la naissance. Les preuves empiriques abondent, et existent depuis la nuit des temps. La plupart des mères et des bébés à travers le monde n’ont jamais entendu parler des « signes de maturité » ou du fait que les nourrissons ne peuvent connaître ou communiquer leurs besoins d’élimination. Les concepts occidentaux ne « collent » tout simplement pas.

Chaque culture, bien entendu, a ses particularités traditionnelles dans sa façon de répondre aux besoins d’élimination d’un bébé, et dans chaque culture, les individus ont leur propre approche et leur relation spécifique avec leurs bébés. Le point commun de toutes ces femmes est qu’elles ont grandi dans une culture où la norme était de ne pas porter de couches dès le plus jeune âge, où elles ont vu cela toute leur vie et où le bébé est considéré comme prêt à apprendre dès la naissance.
Ce que ces femmes ont aussi en commun, c’est un héritage culturel concernant l’accompagnement des enfants comprenant habituellement une grossesse active, un accouchement naturel, un allaitement long, le co-dodo et le portage du bébé.
»

 

Le passif concernant les soins aux enfants sont pavés d’interventionnisme abusif. En prévention de nouvelles modes dans le même ton, il est répandu de ne pas investir une sphère sensible comme celle de l’élimination (et pourtant, nombre de pédiatres continuent à conseiller aux parents de décalotter leurs garçons, à tort).
Cependant, dans une logique de bienveillance authentique et de maternage, il n’est pas possible de se tromper en répondant aux besoins des enfants.
Préserver la connexion avec son corps est un atout précieux pour l’avenir de ces enfants qui ne passeront pas par ces phases de réticences face à leurs excréments et une dépendance à la couche pour faire leurs besoins.

 

Les preuves des bienfaits et de la réponse adaptée à l’hygiène infantile 

Malgré l’ethnocentrisme occidental qui altère les informations en notre possession, il est possible de trouver d’autres sources, comme une étude vietnamienne qui aborde les coutumes locales.
Les auteurs démontrent que tous les enfants ont recours au pot à l’âge de 9 mois. Tous les enfants de l’étude étaient continents à 24 mois et géraient l’entièreté du processus d’élimination de manière autonome.

pantalon_ouvert_chine
Pantalon pour petit enfant, en Chine

 

Pour celles et ceux qui craignent des conséquences de la prise en compte « précoce » du besoin d’élimination : cela n’engendre aucune dysfonction de la vessie.

De plus, il a été démontré que les enfants bénéficiant de l’HNI (ou EC) sont soulagés de leurs coliques grâce à la posture physiologique adoptée lors des défécations : celles-ci sont complètes et permettent de soulager totalement le colon. Cela va de soi, puisqu’on précise aux parents de masser et de ramener les genoux du bébé sur le ventre…  Mais comme on enveloppe les bébés dans les couches, on oublie que c’est LE moment privilégié pour ces gestes de soins concernant les coliques ! De plus, il est logique que les couches qui enserrent le ventre puissent être inconfortables en cas de désordre digestif.

portage hni
Position pour l’élimination des touts petits: cela permet des mictions/défécations complètes et l’élimination des gaz éventuels.  La position physiologique est celle qui prévaut en portage, pour les mêmes raisons de bienfaits pour les bébés. (Non, on ne porte pas de manière adaptée en Babybeurk, le coût de la chose ne relève en rien de sa qualité!)

Il est également nécessaire de mettre en évidence que le schéma corporel des enfants sans couche est complet, alors que les enfants en couche découvre leur anatomie seulement au moment du bain ou des rares moments de nudité. Ensuite, vers 24/36 mois, ils vont découvrir la vie diurne avec les perceptions que cela engendre.
Les enfants sans couche vivront avec moins d’intensité la découverte des sensations qui émergent de leurs parties génitales (je rappelle que c’est totalement normal !).

Et puis, dois-je vraiment aborder les bénéfices dermatologiques du fait de ne pas porter de couche ? L’absence de couche permet, forcément, de se passer de tout risque d’érythème et autres réactions dermatologiques inhérentes aux produits contenus dans les couches.

Il y a bien d’autres avantages à se passer de couches, comme la réduction de ses déchets et un impact écologique moindre. Un autre atout est l’économie que cela représente !
Par exemple, dans mon cas où je ne pratique pas encore l’HNI la nuit, j’utilise un paquet de couches jetables/mois, alors qu’auparavant, c’était un par semaine !
Pour peu que l’on utilise, comme moi, uniquement des couches « bio » et partiellement biodégradable, considérées comme « clean » au niveau de la composition chimique, le budget préservé est de 0.24€ à 0.5€/couche !

 

Le port de couche peut sembler pratique au quotidien, surtout avec un tout petit. Mais je suis SÛRE que les parents d’enfants à partir d’un an ne trouvent plus cela si évident, au moment des changes ! Combien n’entends-je pas de : « C’est du catch à chaque fois ! » ou « Je dois courir derrière lui/elle ! ».

 

Alors, les couches sont un confort. Mais pour qui ?

Voilà le gros pavé dans la mare : le port de couche entretient l’incontinence.
Certes, elle est pratique pour les parents qui peuvent se débarrasser de cette charge mentale (de manière temporaire). Mais ce n’est que postposer les actions prenant en compte l’élimination des enfants.
Il y a bien un âge à partir duquel ces besoins doivent être entendus et considérés. On ne met plus de couche à un enfant de 5 ans dans le but de pouvoir conduire sans s’arrêter, n’est-ce pas ?

pampers age avancé
Même si P&G aimerait que les enfants portent des couches jusqu’à l’adolescence, étant donné qu’ils proposent une gamme toujours plus large!

Le problème des couches actuelles, et de leur efficacité, c’est que cela fausse la perception des enfants qui sont moins dérangés lorsqu’elles sont remplies. Une étude  menée sur des petits garçons néerlandais montre qu’en 1996, ils faisaient en moyenne pipi dans le pot 6 mois et demi plus tard qu’en 1966.
Les facteurs impactant favorablement le contrôle de la vessie sont les suivants : l’âge précoce auquel les parents commencent la sensibilisation à l’hygiène infantile, la présence d’autres enfants dans la famille, la précocité d’une mise en garde et la capacité à s’exprimer verbalement.

Difficile, dès lors, d’ignorer encore que c’est l’attitude parentale par rapport au besoin d’élimination  qui conditionne directement les compétences des enfants concernant le contrôle de leur vessie.

Cette étude enfonce le clou un peu plus loin : elle  tend à démontrer que le port de couche augmente l’incontinence tant chez les enfants que chez les adultes :
Non seulement, c’est polluant, mais en plus, c’est délétère à terme.

Si j’écris cet article, c’est bien pour sensibiliser au fait que la moitié des enfants du globe savent gérer leurs besoins bien plus tôt qu’on ne le laisse penser en Occident !

fab-lentz-253417-unsplash


Mais comment, ça fonctionne, l’HNI ?  

Grâce aux sources précédentes, j’ai pu démontrer que l’HNI n’était pas une illusion ou un labeur inatteignable.
Je rappelle également que l’objectif n’est pas de rendre les enfants continents mais de répondre à leur besoin d’éliminer. L’acquisition relativement précoce de la continence est une conséquence de l’attitude de l’entourage !

J’aimerais préciser qu’on parle d’HNI quand on initie cette pratique avant que les enfants n’aient 18 mois. Après cela, les enfants ont totalement ancré l’élimination dans les couches.
Le rapport à ce besoin physiologique comporte alors une part psychologique importante. Le fait de retirer les couches doit alors être une action intellectualisée avec les enfants, de manière à ne pas les brusquer.
Si à 9/10 mois, le fait de retirer les couches du jour au lendemain n’engendre pas de crispation par rapport à la perception de ses excréments, il en est tout autre à partir de 18 mois.
En l’absence d’accompagnement impliquant les enfants dans cette démarche (je ne suis pas du tout spécialiste de l’acquisition de la continence en cas de port prolongé de couches), les enfants sont alors susceptibles de se retenir puisqu’ils n’ont pas leur protection.
C’est pour cette raison qu’il est perçu comme étant violent de retirer la couche d’un enfant de 24 mois, sans explication. Celui-ci ne peut pas comprendre pourquoi les parents initient aussi brutalement une nouvelle attitude vis-à-vis de ces besoins d’élimination.
Les réactions de blocage/constipation/etc sont celles qui sont craintes lorsque l’on aborde l’HNI.
Or, cela met en exergue de deux éléments : d’une part, il ne s’agit pas d’enfants du même âge et, d’autre part, s’il est capable de se bloquer/retenir … C’est bien que la compétence physiologique est totalement acquise !

Maintenant que ce disclaimer concernant l’âge des enfants est effectué : je souhaite t’aider à comprendre pourquoi l’attitude par rapport au besoin d’élimination à un tel impact.

D’abord, c’est tout simple, mais les enfants sans couche constatent les résultats de leur élimination (Merci, Captain Obvious !). Ils voient l’urine s’écouler, peuvent la toucher, et perçoivent l’humidité sur eux.
L’impact des feedback visuels et perceptifs induit nécessairement une prise de conscience de la part des enfants, et cela plus tôt que les enfants en couche.

Ensuite, la paroi abdominale des « bébés HNI » a l’occasion de se déployer complètement. Ils ont l’occasion de sentir sans entrave leurs sensations intestinales et urinaires sans qu’elles ne soient perturbées par la présence de la couche.

Grâce à ces deux préalables assez évidents, le corps des enfants peut réagir de manière optimale : les hormones (eh oui, certaines incontinences sont dues à un dérèglement hormonal – coucou la ménopause !) ainsi que la musculature interne nécessaires à l’acquisition de la continence peuvent s’activer sans délais.

Je ne suis pas devenue urologue pendant la rédaction de cet article, cependant, j’ai pu acquérir quelques notions inestimables. Comme je l’ai dit précédemment, il est normal pour les humains de ne pas uriner en dormant grâce à l’action de la vasopressine.
La confusion des signaux perceptifs créés par une miction en couche (couche humide et chaude qui redevient sèche grâce à l’effet « au sec ») peut amener à une perturbation de la régulation hormonale. A cause de cela, la vessie ne peut pas se muscler de manière optimale et les enfants peuvent même uriner pendant leur sommeil ou en micro-réveil.
Donc, il semble limpide que la pratique de l’HNI de nuit est un atout majeur pour les enfants.

hni-tenue-de-nuit-photo-elise-corbani
Photo prise par Elise, qui témoigne sur le blog Heureux sans Couche: la tenue de nuit de son bébé!

En effet, ce n’est pas simple… Je suis moi-même en grand questionnement sur la gestion de ces éliminations nocturnes ! Mais je préfère en avoir conscience et tenter de mettre en place quelque chose, plutôt que d’ignorer ces informations.
Malgré les informations que j’ai collectées dans cet article, certain.e.s considèreront que «Certains enfants sont plus fait pour l’HNI que d’autres ! » (Si, si, je l’ai déjà lu. Étonnée, j’étais !).

Or, il faut plutôt se rendre à l’évidence : c’est le manque d’information et la désinformation (ex : la maturité des sphincters à 24 mois ou quand les enfants peuvent parler – je recherche toujours le rapport entre l’air de Broca et la myélinisation neurologique près de la vessie !) qui engendrent que les parents agissent de la sorte. Il y a moins deux générations, on ne laissait pas les enfants en couche jusqu’à 3 ans… !
Grâce aux discours enrobés de marketing des publicitaires et l’éloignement des connaissances « traditionnelles » (dans le bon sens du terme, pas dans le maintien de la corrida ou des femmes comme sous-fifres des hommes…!)

Je précise bien à nouveau qu’il faut faire la distinction entre la gestion précoce des besoins et des réactions coercitives et intrusives. On peut agir en étant totalement bienveillant (je rappelle comment ici), pas comme les préconisations du passé. Il suffit de chercher l’information.
En Occident, c’est une pratique marginale ! Mais heureusement, cela tend à redevenir un sujet d’intérêt grâce, en autres, grâce à l’Association http://diaperfreebaby.org/ qui forme et accompagne des parents.

C’est aussi l’objectif de cet article : que ce soit un sujet !
Il est plus difficile d’ignorer totalement (sauf si on est touché de dissonance cognitive  intense ou que l’on ne sait pas comment agir autrement) quelque chose que l’on sait fondé… et les enfants en seront largement gagnants !

 

Alors, oui, cela semble impressionnant et compliqué aux premiers abords… C’est comme « un défi ». Mais, lorsqu’on se lance, il devient évident que ce n’est pas vraiment plus contraignant que les changes de couches, surtout lorsque les enfants acquièrent la capacité de se mouvoir et de ne plus obtempérer à notre bon vouloir.

Enfin, il est des peurs concernant l’HNI et les éventuels blocages psychologiques et physiques que cela pourrait induire chez les enfants … Comme exposé plus haut, fort est de constater que des études se sont penchées sur le sujet et qu’elles mettent en évidence une acquisition « précoce » de la continence sans dysfonction de la vessie ! https://www.ncbi.nlm.nih.gov/m/pubmed/21394761/?i=2&from=%2F25830189%2Frelated&fbclid=IwAR22g-1DzG-WvKXHznhPJwogDJ9At8IBUmFfibxcKi_uBMyTZD7Ujq_rN5s
Les craintes peuvent ainsi aller aux oubliettes…
Et les manuels devraient sacrément être revus, pour le bien-être des enfants !

 

L’HNI en pratique : Trucs et Astuces !

andrew-neel-178721-unsplash

  • Pour commencer, il est nécessaire de lire, se regrouper, en parler, pour se sentir compétent.e.
    Il y a des groupes facebook très agréables et plein de ressources : Hygiène Naturelle Infantile (environ 500 membres, administré par Natacha Guillaume)  ou Elimination Communication (plus de 5000 membres, anglophones).
    C’est un atout de s’informer sur le fonctionnement de la vessie et de l’excrétion urinaire afin de pouvoir comprendre le développement des enfants.

 

  • Prendre le temps d’observer son enfant sans chercher à intervenir.
    Au départ, il est nécessaire de simplement prendre conscience de ses rythmes d’élimination (et garder des tétras pour éponger, à proximité). Selon moi, une vingtaine de tétras est pratique pour ne pas faire tourner la machine constamment. Je suggère aussi environ 5/6 paires de jambière, pour la même raison. Les jambières, chez moi, ce sont des longues chaussettes (épaisses pour l’hiver) que j’ai coupées au bout.

 

  • Il est possible de s’équiper un peu et de façon minimaliste. Mais on peut aussi l’être bien moins : c’est en fonction des envies de chacun.
    Le site Ecopitchoun regorge de matériel très utile. Je précise cependant que j’ai fait 3 mois sans rien investir sauf le pot physiologique… Et que j’ai investi (ok, on nous a fait un cadeau ! Thanks Mum !) juste pour pouvoir sortir constamment sans couche en journée.
transparent pot physio
Pot physiologique Ecopitchoun transparent (il existe en 4 coloris)

Pourquoi un pot physiologique et non pas traditionnel ?
s

positionphysiologiquehni
Squatting= accroupissement, de manière à libérer les voies d’élimination. Et cela vaut aussi pour les adultes: il est recommandé de placer un marche-pied sous ses pieds pendant les passages aux toilettes. Les images viennent du site Ecopitchoun.

 

 

  • L’HNI en hiver, c’est impossible ?
    Absolument pas ! Natacha, du blog Heureux sans couche, a même rédigé un article là-dessus.  Un bon pull et des jambières font largement l’affaire ! Les fesses à l’air ne déclenchent pas de rhume ! Au contraire, cela agirait comme un principe de bain dérivatif constant.

 

  • Adapter les vêtements : la praticité en ligne de mire ! Évidemment, cela s’adapte en fonction de l’âge des enfants et de ses capacités motrices.
    Mais dans les faits, on peut aussi faire des économies de vêtements : ma fille ne porte pas de pantalon à la maison !  Je l’habille pour sortir. A la maison, c’est t-shirt manches longues/pull/jambière/chaussons en cuir lisse (ça n’absorbe pas). Les bodys sont ainsi superflus et sa garde-robe est limitée!

 

  • Accepter les régressions. Oui, il y aura des jours où tu épongeras souvent. Parfois, il peut survenir des grèves du pot, des pertes de communication et des mictions incontrôlées quand il y a des changements d’environnement (visite, agitation, déménagement, etc).
    Pendant les repas ou chez des amies, je glisse simplement un tétra entre ses jambes que je coince dans un élastique de taille, de manière à ne pas devoir essuyer les éventuelles flaques (effet cascade intéressant du haut d’une chaise haute, c’est du vécu !).

 

  • Ne jamais culpabiliser ou faire des commentaires désobligeants aux enfants tant sur leurs « accidents » que sur leurs excréments. C’est indispensable !
    Il faut garder son sang-froid et prendre acte de ce qu’il se passe, sans plus.
    N’oublie pas que les excréments n’ont rien de grave. Quelques urines et des selles par terre ? Tu peux éponger ou ramasser avec du PQ, et faire un spray eau/vinaigre pour nettoyer rapidement.
    Je suis dorénavant convaincue que je préfère ramasser par terre de temps en temps que nettoyer inlassablement ma fille, qui n’apprécie guère cela !

 

  • Acquisition du lâcher-prise est en chemin! L’accompagnement bienveillant des enfants demande inéluctablement du lâcher-prise sur ce que les adultes ne peuvent pas maîtriser et sur l’acceptation du rythme des enfants. L’HNI permet de comprendre et d’appliquer cela complètement. Cela permet de relativiser totalement sur bien des aspects de la vie quotidienne.

 

  • Agir pour que la société soit adaptée. En effet, il est incontestable que notre société occidentale n’est pas organisée pour cela. Mais avec quelques ajustements, il est possible de rendre cela faisable.
    Il ne faut pas avoir de gêne à faire éliminer les enfants en les tenant au-dessus d’un lavabo ou d’un WC. Il est aussi possible de se déplacer avec son pot chez des ami.e.s, et d’avoir assez de tétras pour éponger les éventuelles flaques chez elles/eux.
    En popularisant cette pratique, en discutant du sujet, il sera possible de faire évoluer la société dans ce sens-là. Il n’est pas si difficile de proposer aux parents un peu de matériel et une structuration de l’espace adaptée dans les endroits où les enfants se rendent régulièrement.

image enfant1

Je ne peux pas cacher que cela demande de l’attention. Mais en réalité, c’est surtout au tout début (pendant 2 ou 3 semaines) que la transition est prenante.
Il est facile d’être obsédé.e par le fait « d’attraper les besoins ». Or, il faut pouvoir lâcher prise et plutôt laisser la vie se faire sans couche.
Très vite, les rythmes physiologiques des enfants vont évoluer et ton intuition va s’aiguiser. Il faut toujours l’écouter !
Ensuite, les enfants réagissent aux suggestions et relâchent leurs sphincters quand ils en ressentent le besoin.
J’étais en maternage proximal depuis sa naissance, cependant, la pratique de l’HNI renforce la communication fine entre ma fille et moi.
Je perçois des signaux qui m’échappaient et elle communique de plus en plus clairement !
Après la lecture de cet article, tu sais que tu peux le faire !

 

A très bientôt, Lectrices et Lecteurs Curieux.se.s !

Publicités
Maternage proximal

Le futur de la société passera par le maternage / parentage proximal

 

Index – Le maternage (parentage) proximal

 

Avoir un enfant est déstabilisant pour le quotidien, c’est le moins qu’on puisse dire.
Il est possible de se sentir totalement désarçonné.e par ce petit-être qui n’a besoin que d’une chose (qui lui fournit tout !) : ses référent.e.s particulièr.e.s, et principalement sa mère.
J’admets que cela peut –être totalement éreintant de se sentir l’univers de ce tout petit complètement dépendant de toi.
La pire situation : tenter de conserver le « quotidien d’avant » avec un nouveau-né et croire qu’on peut être épanoui.e et avoir un bébé serein.

Le principe du maternage (parentage) proximal est de répondre aux besoins de l’enfant sans attendre et en acceptant toutes les considérations physiologiques !

Donc, cela demande une attention de tous les instants et une prise en charge intense…
Alors, j’ai un conseil précieux : laisse-toi porter par la vague au lieu de lutter et de chercher à t’accrocher à ce que tu pensais !
Avoir confiance en son bébé concernant son rythme (sommeil, tétée, besoin d’élimination)… et adapter son quotidien en se disant que TOUT est faisable, mais plus d’une seule traite, plus aussi « rapidement », plus rien n’est fait à la « va vite ».
Mais justement, n’est-ce pas là le sens de l’enfance? Vivre réellement le moment présent ?
Les adultes doivent se faire accompagner/guider pour retrouver des pratiques de Mindfulness… S’adapter aux enfants, à leur rythme, à leurs évolutions, le maternage donc, est une voie dorée pour retrouver cette capacité d’être dans l’instant présent!

Dans ma conception, l’allaitement fait partie intégrante du maternage. Mais il s’avère qu’il est possible que l’allaitement ne se fasse pas… et que les parents soient tout de même maternant. Alors concernant l’allaitement, je te conseille de te référer à l’index des articles traitant ce sujet.

Je t’assure que répondre immédiatement aux besoins de ton enfant est gage de sérénité et de confiance, tant pour lui que pour toi, et ce à très long terme.
Il est démontré à des multiples reprises (par des études neuroscientifiques et anthropologiques) que les pratiques de maternage permettent aux enfants d‘être sécurisés et de pouvoir évoluer en ayant confiance en eux et en leurs référent.e.s.

Tout ça te semble difficile ? Effrayant ?
Je peux comprendre, mais je t’assure que ton enfant épanoui est la plus belle preuve de ton amour!

fanny-vella cododo

Alors, pour mettre en place/poursuivre/te rassurer concernant le maternage proximal, je te suggère quelques articles qui pourront t’aider.
Tu y trouveras des explications à des comportements de ton enfant et des possibilités d’actions concrètes pour te soutenir au quotidien :

 

  • Le maternage proximal : Il faut bien définir clairement le terme d’avant d’en parler plus en détails. Cet article t’explique ce qu’est un parent maternant avec son enfant.

 

  • Comment faire pour que les autres acceptent mes choix ? Tu commences à parler de tes idéaux parentaux, de tes désirs de grossesse/accouchement et suivi de couche, tu aimerais te plonger dans le maternage proximal dès que ton petit d’humain sera dans tes bras … Et tu te retrouves déjà face à des rabat-joies (au mieux !). Je te propose différentes manières de se faire entendre mais aussi de comprendre pourquoi les gens ont autant de résistances !

 

  • La bienveillance, c’est quoi, en fait ? On entend parler de la bienveillance à tour de bras, dans tous les sujets. La bienveillance est revendiquée dans l’éducation, à l’école ou encore entre pairs. C’est optimiste pour le futur !
    Mais au fond, qu’est-ce que la bienveillance ? On en parle sans la définir. Cet article permet d’être au clair avec ce concept. Parce que pour être bienveillant.e avec les enfants, il faut l’être avec soi-même. Tu trouveras des clefs pour devenir celle ou celui que tu souhaites !

 

  • Le quatrième trimestre ou la découverte d’un « Nouveau Monde » : Le quatrième trimestre de grossesse, tu ne le connais pas ? Eh bien, tu vas forcément le vivre. Le tout petit sort de ton ventre (ou de celui de ta compagne) et n’est absolument pas prêt à affronter une vie telle qu’on l’envisage « avant ». Alors autant être parée et avoir quelques trucs bien utiles au quotidien ! PS : La mise en place d’un allaitement dure 6 semaines, alors autant le savoir. Ces instants sont précieux pour vous, même si ça joue au chamboule-tout émotionnel!

 

  • Le sommeil en dessous de 3 ans expliqué au.x futur.s parent.s : Les questions autour du sommeil font parties des plus récurrentes. Chaque parent a l’impression d’avoir un enfant qui dort trop peu, trop, trop tard, trop de réveils la nuit, etc. Bref, on doute, on ne sait pas et on ne sait plus à quels (seins) saints se vouer. Dans cet article, je mets en évidence les connaissances que chaque jeune parent devraient avoir sur le sujet pour être serein.

 

  • Le cododo, sommeil partagé: cachez-cette proximité que je ne saurais voir! Comme pour le portage, la société renvoie dans l’imaginaire qu’un bébé dort souvent et paisiblement. Tous les parents savent que les premiers mois (voire les premières années) peuvent être parsemés de nuits agitées. Alors si tu veux réduire l’agitation, dormir un peu et éviter de tomber dans les tourments de l’épuisement et mettre en place ton allaitement avec succès, il y a un moyen que presque tous les peuples hors Occident mettent en pratique: le sommeil partagé! Grâce à cet article, tu auras enfin des sources fiables concernant cette pratique et ses dangers présumés.

 

  • Tu vas en faire un « bébé-bras »! Le portage, c’est la vie ! Je n’ai de cesse de le dire, mais pour avoir une vie quotidienne qui convient à tout le monde, c’est vraiment LA solution idéale. Mais avoir un bébé souvent porté attire des remarques. Est-ce vraiment une mauvaise habitude ? Au contraire, si le bébé est calme, n’est-ce pas un signe qu’on agit avec bienveillance ?
    Grâce à cet article, tu vas pouvoir t’informer, te rassurer et avoir envie d’avoir ton petit contre ton cœur !

 

  • L’HNI, une pratique qui dérange.Pourquoi le besoin d’éliminer n’est pas un sujet ? Tu savais, toi, que les bébés ne doivent pas forcément porter de couche ?
    Et pourtant, c’est vrai! Grâce à l’Hygiène Naturelle Infantile, l’objectif est de prendre en compte le besoins d’éliminer des enfants et ceux, dès le plus jeune âge (avant 4 mois, c’est vraiment plus simple!), de manière à ce que les enfants CONTINUENT à communiquer à ce sujet. Car oui, en réalité, ils s’expriment… Mais la société occidentale nous a fermé à la réceptivité de ces signaux.
    Viens lire, tu vas apprendre des tas de trucs!

 

  • Le maternage, oui ! Mais jusqu’à quand ? Tu as adopté le maternage proximal avec tes enfants… et les remarques pleuvent lorsque tes enfants ne sont plus au stade du « bébé ». Alors, peut-on être trop maternant et empêcher les enfants de se développer à cause de ça ? Est-ce que le maternage peut nuire ?
    Cet article fait le point !

 

  • Conflits et tiraillements autour des principes éducatifs, comment s’en sort-on ? Tu as décidé d’avoir un bébé et mille questions se posent sur sa future éducation. Tu as des principes, des idéaux, des exemples dans ta famille mais aussi des contre-exemples. Toi-même, tu te rends compte que ça te rappelle beaucoup ton enfance, l’arrivée de ce futur enfant…
    Grâce à cet article, tu pourras chercher en toi quelques ressources et peut-être trouver quelques pistes de réflexions/solutions bienvenues.

 

 

  • « Il faut bien qu’il apprenne la frustration ! » C’est le genre de phrase que beaucoup peuvent dire quand ils ne sont pas convaincus par l’accompagnement bienveillant des enfants. Cet article explique pourquoi créer de la frustration volontairement n’a aucun intérêt pour les enfants. Il explique aussi l’expérience de frustration dans le corps et l’esprit de jeunes enfants.

 

  • C’est vraiment une mode ! Une phrase typique qu’on peut entendre quand on veut accoucher sans péridurale, allaiter, porter son bébé, favoriser la motricité libre, manger bio et vivre sereinement… Alors si tu veux quelques arguments pour parer à cette remarque, avec cette lecture, tu auras de quoi faire ! Et juste comme « amuse-bouche », drôle de mode qui a conditionné la survie de l’espèce humaine depuis sa création. A ce point-là, on appelle ça… la norme de l’espèce, non ? 😉

 

J’espère que ces lectures t’aideront au quotidien et permettront de répondre à tes questions.
Dans le cas où un point resterait flou, contacte-moi ! Je serai heureuse de partager avec toi.
cela peut étonner que j’aborde aussi certaines notions d’accompagnement bienveillant des enfants, mais le maternage ne peut s’effectuer que dans la bienveillance.

austin-chan-275638-unsplash.jpg

 

D’ailleurs, je ne suis pas la seule pro à être convaincue.
Nous avons créé un réseau de professionnel.le.s bienveillant.e.s ami.e.s du parentage proximal. Si tu es pro, inscris-toi !
Si tu cherches des pro bienveillant.e.s, viens voir si tu trouves ton bonheur sur la carte interactive : https://ntchbutzbach.wixsite.com/reseauparentproxim (le nom de domaine est en cours de réflexion 😉 )

Préparer la naissance

Préparer la Naissance : Être curieu.x.se pour ne (trop) être dépassé.e !

En ce jour de Noël, je voulais proposer un index des articles afin de pouvoir s’y retrouver plus facilement.
Parce que parfois, il faut relire plusieurs fois pour mettre en place des actions concrètes.
Parce qu’on cherche un article pour sensibiliser quelqu’un.e au sujet.
Parce qu’un blog, sans index, c’est un sacré sac de bazar (intéressant, mais brouillon !).

hans-peter-gauster-252751-unsplash

Durant toute la semaine qui vient, tu auras un index par catégorie de mon blog.

Je commence par un index « Préparation de la Naissance » destiné aux futurs parents, que leur(s) enfant(s) soient déjà conçus ou pas encore, et aux jeunes parents.

Si tu as des jeunes ou futurs parents dans ton entourage, cet article pourrait être un de tes cadeaux pour eux !

ben-white-170529-unsplash

Il vaut mieux le savoir : Être bien informé.e avant, aide vraiment après !

  • Le maternage proximal : Pour avoir les bases d’une pratique qui assure de la sérénité à toute la famille… Puisqu’un bébé dont on reconnaît et répond aux besoins est un bébé serein.
  • Biberon Vs. Allaitemant : Le choix est-il éclairé ? Il est d’usage de dire qu’il faut respecter les choix de toutes. Mais souvent, la décision d’allaiter ou non est influencée par de la désinformation. Grâce à cet article, j’offre une possibilité d’observer ce qui motive ou non d’allaiter un bébé à naître.
  • Clefs pour démarrer un allaitement : ça y est, le compte à rebours à commencer. Tu tiens vraiment à allaiter et tu n’as pas envie de louper ça… Et si tu ne le sais pas, tou.te.s les professionnel.le.s ne sont pas des « pointures » au sujet de l’allaitement. Elles/Ils peuvent même dire de grosses bêtises (en croyant bien faire car malheureusement, il y a un manque de formation) qui mettent en péril un allaitement. Alors, on fait le point pour commencer sereinement !
  • Les freins à l’allaitement: faisons-les sauter! Parce qu’il est vrai que cela peut-être semé d’embuches, surtout dans une atmosphère où l’on ne soutient pas l’allaitement malgré toutes les vertus qui lui sont connues. Tu peux le lire et le garder sous le coude pour plus tard : bonnes ressources garanties !
  • Tout ce qui est méconnu dans l’allaitement : Tu dois convaincre des sceptiques ? Toi-même, tu te poses encore des questions sur l’allaitement ? Voici un article qui permet d’être très avertie sur ce qu’apporte l’allaitement tant à ton bébé qu’à toi (Spoiler Alert : l’allaitement réduit, entre autre, le risque de Mort Inattendue du Nourrisson et des cancers hormono-dépendants).
  • Le quatrième trimestre ou la découverte d’un « Nouveau Monde » : Le quatrième trimestre de grossesse, tu ne le connais pas ? Eh bien, tu vas forcément le vivre. Le tout petit sort de ton ventre (ou de celui de ta compagne) et n’est absolument pas prêt à affronter une vie telle qu’on l’envisage « avant ». Alors autant être parée et avoir quelques trucs bien utiles au quotidien !
  • Conflits et tiraillements autour des principes éducatifs, comment s’en sort-on ? Tu as décidé d’avoir un bébé et mille questions se posent sur sa future éducation. Tu as des principes, des idéaux, des exemples dans ta famille mais aussi des contre-exemples. Toi-même, tu te rends compte que ça te rappelle beaucoup ton enfance, l’arrivée de ce futur enfant…
    Grâce à cet article, tu pourras chercher en toi quelques ressources et peut-être trouver quelques pistes de réflexions/solutions bienvenues.
    Bonus incontestable, lire cela en couple (si c’est ta configuration familiale) : cela permettra d’éviter de nombreuses altercations.
  • Si j’avais su… L’accouchement ! la fin de la grossesse est marquée par un moment incroyablement intense ! Cela puise dans nos ressources profondes de femme et nous transcende. Tu trouves que j’en fais trop ? Je t’assure que non ! Nous en sommes toutes capables !
    Seulement, pour ça aussi, mieux vaut être bien averti.e afin de le vivre le mieux possible. Une lecture qui aide à conscientiser, à se faire confiance et à choisir la structure qui te convient.
  • Si j’avais su … Le corps (et la tête) d’après-grossesse. C’est un questionnement de la plupart des femmes : mon corps après l’accouchement, ça se passe comment ? Tu as remarqué qu’on en parle peu, même les sages-femmes qui préparent les naissances. Alors dans cet article, je parle de TOUT. Des tranchées à la rééducation abdo/périnée en passant par les kilos qui partent… ou pas. Tu devrais ainsi être un peu rassuré.e (au moins, informé.e !).
  • Comment faire pour que les autres acceptent mes choix ? Tu commences à parler de tes idéaux parentaux, de tes désirs de grossesse/accouchement et suivi de couche, tu aimerais te plonger dans le maternage proximal dès que ton petit d’humain sera dans tes bras … Et tu te retrouves déjà face à des rabat-joies (au mieux !). Je te propose différentes manières de se faire entendre mais aussi de comprendre pourquoi les gens ont autant de résistances !
  • Tu vas en faire un « bébé-bras »! Autant le savoir maintenant et pouvoir l’appliquer dès la naissance, afin d’être cool : le portage, c’est la vie ! Vraiment… Si tu veux être serein.e et pouvoir avoir un bébé qui l’est également, c’est L’Élément n°1 à pratiquer avec ton bébé à naître. Oublie d’acheter un transat/balancelle et autres trucs sensés réconforter ton bébé à ta place, je t’assure que tu vas gaspiller de l’argent … et de l’énergie à attendre que ces outils aient leurs effets. Je te suggère d’investir dans une écharpe de portage et un sling. Je t’assure qu’on prend très vite la main et que ça sauve littéralement tant la vie que le moral. En prime, tu préserves ton bébé d’une plagiocéphalie (tête plate) qui peut avoir de graves effets sur le développement du bébé et nécessiter de lourdes prises en charge médicale. Cette pathologie est typique des bébés qui sont constamment posés sur le dos, dans des transats ou autres couffins qui ne leurs permettent aucun mouvement. Les aménagements « anti-tête plate » sont aussi catastrophiques que le reste… Bref, avec un crâne souple, le bébé humain n’est pas fait pour être posé ! Par contre, il est tout à fait bien lové contre ses parents.

 

  • Le cododo, sommeil partagé : cachez cette proximité que je ne saurais voir! Comme pour le portage, la société renvoie dans l’imaginaire qu’un bébé dort souvent et paisiblement. Tous les parents savent que les premiers mois (voire les premières années) peuvent être parsemées de nuits agitées. Alors si tu veux réduire l’agitation, dormir un peu et éviter de tomber dans les tourments de l’épuisement, il y a un moyen que presque tous les peuples hors Occident mettent en pratique: le sommeil partagé! Grâce à cet article, tu auras enfin des sources fiables concernant cette pratique et ses dangers présumés.

 

  • L’HNI, une pratique qui dérange.Pourquoi le besoin d’éliminer n’est pas un sujet ? Tu savais, toi, que les bébés ne doivent pas forcément porter de couche ?
    Et pourtant, c’est vrai! Grâce à l’Hygiène Naturelle Infantile, l’objectif est de prendre en compte le besoins d’éliminer des enfants et ceux, dès le plus jeune âge (avant 4 mois, c’est vraiment plus simple!), de manière à ce que les enfants CONTINUENT à communiquer à ce sujet. Car oui, en réalité, ils s’expriment… Mais la société occidentale nous a fermé à la réceptivité de ces signaux.
    Viens lire, tu vas apprendre des tas de trucs!

 

  • Le fun du mouvement des bébés: la motricité libre. Je place cet article dans « préparation à la naissance », car cela évite pleins d’achats inutiles en prévision de la naissance et des premiers mois. Grâce à la motricité libre, tu vas économiser bon nombre de gadgets onéreux et totalement néfastes au développement moteur de ton enfant. Enjoy !

 

  • C’est vraiment une mode ! Une phrase typique qu’on peut entendre quand on veut accoucher sans péridurale, allaiter, porter son bébé, favoriser la motricité libre, manger bio, dormir avec les enfants et vivre sereinement… Alors si tu veux quelques arguments pour parer à cette remarque, avec cette lecture, tu auras de quoi faire !

J’espère que toutes (ou quelques-unes) ces lectures t’inspireront, te rassureront et te permettront d’être un.e parent le plus épanoui.e.s possible !

Maternage proximal

Le maternage, oui ! Mais jusqu’à quand ?

Le maternage, oui ! Mais jusqu’à quand ?

maternage worrying

Le maternage proximal, j’en ai déjà parlé afin de le définir et de poser les bases des théories de l’attachement (entre autres).
Cet article est la suite. Je vais aborder d’autres aspects du maternage, surtout quand les bébés grandissent. D’ailleurs, jusqu’à quand peut-on parler de maternage ?
Des pistes de réflexion et des ébauches de réponses sont disponibles ci-après !

Un élément assez caractéristique dans le maternage, c’est qu’on retrouve des composantes chez la plupart des parents le pratiquant : le portage, l’allaitement et le cododo.
Certaines parviennent à materner de façon proximale sans allaiter. Mais souvent, c’est privilégié.
Mais est-ce que ces 3 pratiques résument ce qu’est le maternage ?
Pas uniquement. C’est comme réduire une pomme à un agrégat de nutriments, de vitamines, une saveur et une forme. On peut très bien créer de toute pièce un « aliment » rond, avec les nutriments et vitamines similaires à ceux présents dans la pomme et qui en aurait une vague saveur. Cela ne serait pas une pomme, mais un simulacre.

Le maternage, c’est pareil. Il s’agit d’une philosophie de vie et une manière de vivre sa parentalité. Souvent, ce sont les mères informées qui s’orientent dans cette pratique car elles en connaissent tous les bienfaits (toutes les études récentes dans le domaine convergent vers la pratiques ayant trait au maternage)  pour les bébés. Mais il se peut aussi que d’autres agissent juste comme ça, car leur cœur le dicte. Dans tous les cas, le regard et les réflexions émanant de la société seront présents.
Les premières auront plus d’armes pour contrecarrer les « conseils » que les secondes qui pourraient se retrouver démunies. Souvent, les recherches débutent. Elles se rendent compte qu’elles ne sont pas les seules ni « folles » d’agir comme tel avec leur petiot, malgré l’image que leur envoie un environnement coutumier du parentage distal (biberon, chambre séparée au plus vite, absence de portage, considération que les pleurs sont une nécessité ou qu’ils n’ont pas d’effet, etc).

 

Durant les premiers mois, le maternage proximal peut-être assez facilement accepté. Le bébé est tout petit, les arguments ont fait mouche (on l’espère !).
Mais pourtant, à partir de quelques mois, les questionnements reviennent souvent :

« Ok, je portais mon bébé de 1 mois pendant toutes ses siestes, mais est-ce une mauvaise habitude qu’il dorme sur moi à 9/10/12 mois ? »
« J’allaite à la demande depuis le début, mais est-ce la même chose après la diversification ? » (Voilà une de réponse dans « ah, tu allaites encore ?! »)
« Il dort avec moi/nous depuis 6 mois, dois-je le mettre dans son lit ? »
« Il s’endort au sein et jamais seul, il lui faut au moins les bras… C’est grave ? »

La plupart du temps, le questionnement ne provient pas de la mère mais de l’entourage qui remet en question  notre fonctionnement et qui  s’inquiète étrangement de ce qui se passe dans le lit conjugal/pour l’alimentation de bébé/pour ses habitudes de vie.
Étrangement, car je suis certaine que la plupart des mères et des couples qui entendent ce genre de remarques n’avaient jamais été questionné.e.s sur la bonne tenue de leur vie sexuelle ou de leurs habitudes alimentaires.
Il y a plusieurs types de personnes qui peuplent notre vie. En fonction de leur statut et de leur importance, les réactions à leur émettre varient fondamentalement. Dans cet article, je te donne quelques pistes pour faire en sorte que « les autres » puissent respecter et comprendre tes choix. Les autres, si tu es la mère, ça peut aussi être la.e conjoint.e.

 

Le maternage et la société occidentale

ibrahim-rifath-777347-unsplash

 

La société n’a pas un regard très bienveillant sur le maternage (et pourtant, s’ils savaient !). Il est perçu comme une attitude « à contre-courant » (heureusement, nos rivières feront bientôt des fleuves dans les générations à venir !).
Il est attendu de la femme qu’elle mette au monde son petit, s’en occupe bien mais sans être non plus trop « accro ». Puisque 9 à 15 semaines plus tard (en fonction des pays), elle va devoir retourner dans sa vie métro-boulot-dodo, en y ajoutant la case « marmot ».
Parce que la société demande qu’on soit productive.f, toutes et tous à notre échelle. Celles ceux  qui ont l’opportunité de rester à domicile doivent avoir un.e conjoint.e qui assure pour deux financièrement, parce qu’après tout, puisque c’est ton choix de t’occuper de tes gamins : tu n’as droit à rien.

Il est possible de croire que c’est normal. L’individu au foyer ne cotise pas pour les retraites, il/elle n’investit pas son temps pour un patron et ne paie pas d’impôt.
Le jour où, malheureusement, une séparation arrive dans un couple : elle n’a le droit à quasiment rien. Le filet social a un trou… et c’est celui des personnes qui s’occupent de leurs enfants.
Parce qu’il y a des gens, dont c’est la profession de garder les enfants pendant que les parents travaillent… qui eux/elles paient des impôts et participent à la société se faisant.
En gros, il faut être rentable, sinon tu n’es/as rien.
Certain.e.s s’accommodent volontiers de cela. Mais c’est exactement là que commencent les questions sur « les mauvaises habitudes », la gestion de l’alimentation, de l’allaitement et du sommeil. Parce que les personnes qui gardent les enfants ne sont que rarement sensibilisées au maternage et à ses bienfaits.
Les parents maternants sont perçus comme étant trop fusionnels, trop investis…Et souvent, pas assez productifs !

Les parents maternants sont en fait trop difficiles à appréhender pour ceux qui ne fonctionnent pas comme cela. Parce que c’est frustrant de se dire que certain.e.s ont refusé de fonctionner comme la Mamy, le pédiatre et la plupart de la société l’ont dit… Et qu’ils ont l’air épanouis !
Les parents maternant sont dingues de leurs enfants et n’envisagent pas qu’on leur impose des expériences perçues comme néfastes (heure de sieste imposée, repas mixés (ici pour parler de diversification menée par l’enfant), ou alors le vivent très mal. C’est aussi pour ça qu’il y a plein de parents considérés comme pénibles parce qu’ils refusent les punitions/tableau d’honneur/gommette smiley/… Parce que cela va à l’encontre de leur valeur et que, de leurs connaissances, ils savent que ces actes n’apportent rien de positif à leurs enfants (j’aborde les punitions, ici).
Les parents maternant remettent sur l’établi ce qui a été une norme pendant près de deux siècles et qui est une construction sociale d’une force inouïe. Forcément, ça dérange !
Les mythes ont réussi à convaincre des milliers de parents occidentaux que:

  • les bébés pleurent mais que c’est nécessaire pour leur développement pulmonaire et pour qu’ils apprennent la frustration (j’en parle ici) et donc il ne faut pas intervenir, et surtout, pas trop vite.
    Cela impliquerait que le bébé humain (dont on connait la prématurité de développement par rapport aux autres mammifères) exprime un besoin mais qu’il se trompe et que c’est nécessaire pour lui de ne pas y répondre.
    Il n’y a que moi qui trouve cela alambiqué ?
  • le lait maternel n’est souvent pas assez riche et d’ailleurs, la plupart des femmes ne parviennent pas à allaiter.
    Donc, nous serions les seuls mammifères incapables de faire croître notre espèce sans le lait d’une autre ? (voir ici pour « l’allaitement vs le biberon : le choix est-il vraiment éclairé ? »).
  • Le bébé doit apprendre à dormir seul. Surtout parce que « chaque chose a sa place » et que le lit conjugal n’est pas un lit dans lequel les enfants dorment (dire que j’y ai cru, plus jeune ! Comme quoi, la connaissance apporte énormément !).
    J’en ai déjà parlé mais … dans la plupart des pays du monde, tout le monde fait chambre commune, faute de place mais aussi, parce qu’il est su que les enfants dorment bien mieux accompagnés.
    Il n’y a donc qu’en occident que le bébé DOIT dormir seul, il en va de son équilibre psychique (je ne remercie pas certains psy de véhiculer de telles inepties sur le cododo et l’allaitement non-écourté !).
  • L’enfant doit tout manger finement mixé à partir de 4 mois, voire avant quand c’est nécessaire !
    Dans les générations précédentes, la diversification était même effectuée encore plus tôt !
    De nombreuses études ont mises en évidence que plus la diversification était tardive et meilleure était la santé des enfants.
    L’OMS recommande ainsi de débuter aux alentours de 6 mois, en raison du capital de fer de l’enfant. Il semblerait que le taux de fer diminue progressivement et qu’il est nécessaire de le combler par l’alimentation. En outre, l’enfant a alors un système digestif relativement mature et acquiert des compétences motrices ainsi qu’une envie d’exploration/d’imitation.

 

Bref, avec ces mythes, il paraît logique de penser qu’un enfant qui a été allaité jusqu’au sevrage naturel et qui a dormi avec ses parents sera profondément déséquilibré…  J’attends les études et les preuves, parce que ça voudrait dire que la plupart de l’humanité est déséquilibrée depuis que l’humanité existe. Pour moi, cela ressemble plutôt à une croyance ethnocentrée et ignorant le développement de l’humain tant dans l’Histoire que dans le développement physique et psychique.

 

OK, mais la fusion avec le bébé, c’est jusqu’à quand ?

20180118_161606

Il y a plusieurs réponses répandues, en fonction de la définition de la « fusion »:

  • Après le 4ième trimestre (ici si tu ne sais pas ce que c’est)
  • A 9 mois (« 9 mois dans maman, 9 mois sur maman »)
  • Aux premiers pas
  • À l’entrée à l’école

On fait un tirage au sort ?

Il me semble étrange que la fusion mère-bébé (c’est la plus fréquente, soyons honnêtes !) fasse aussi peur. Comme si, en agissant de la sorte, la mère excluait son enfant de toute vie sociale et de tout développement.
Dans les faits, la relation évolue au rythme de l’enfant.
On n’a jamais vu un ado venir en portage à l’école et faire une tétée de retrouvailles devant le collège !
Pourquoi ? Parce qu’il n’en a plus besoin ! Ni de lait (eh oui, « les produits laitiers sont nos amis pour la vie ! » est un slogan de lobbyiste) ni du portage, parce qu’ils ont le tonus musculaire et l’endurance pour marcher seul.

Encore une fois, tout est une question de besoin (si tu veux un préambule là-dessus : c’est là que ça se passe).
Il n’y a pas de fin stricte, sauf si cela vient de l’adulte en ignorant volontairement les besoins de l’enfant.

Le portage va être de moins en moins fréquent dans la journée :

  • Un nouveau-né peut passer 24h/24 en portage (je te souhaite quand même quelques heures de sommeil, en cododo, ça devrait plutôt être 16h/24 ! 😀 ),
  • Entre 1 et 2 mois, les bébés peuvent s’intéresser à certains des éléments de leur environnement et les observer pendant de longues minutes (viiiiite : la douche pendant ce temps-là !) : la durée dépend d’un bébé à l’autre (ici, elle restait parfois 30 minutes à détailler ses arches et les livres ouverts posés à côté d’elle), Tu n’es plus qu’à 12-14h/24
  • Entre 3 et 4 mois, il va commencer à manipuler les objets voire se retourner.
  • Entre 4 et 7 mois, il se retourne, manipule, gigote… Et plus les enfants vont acquérir leurs compétences motrices, plus ils vont avoir envie de les exercer.

Je ne vais  pas détailler la suite des mois (qui est en plus TRÈS variable d’un enfant à l’autre), mais en gros, a part du moment où ils s’intéressent à leur environnement, se déplacent, apprécient dormir sur un matelas et plus uniquement sur nous, le temps de portage diminue drastiquement !
Lors des maladies, balades, sorties, journée agitée, les enfants pourront être plus demandeurs et  on remarque avec étonnement comme le rythme a changé en quelques mois !
Mais cela se fait tellement progressivement, qu’il n’est pas possible de dire c’est à ce moment-là que cela cesse.
Au départ, cela effraie, car on passe d’une personne unique à une entité à deux têtes. C’est un vrai changement tant pour nous que pour l’entourage.
Ils oublient que ces périodes sont courtes, en regard d’une vie… Et ce seront les premières personnes à te dire : « Profites-en ! Ca grandit trop vite … ».
Que d’injonctions contradictoires !
Alors oui, les enfants évoluent très vite alors profites-en ! Tu n’auras alors aucun regret.

 

Il en va de même pour l’allaitement. Les rythmes, la durée et la façon dont se passent les tétées n’ont rien à voir entre un nouveau-né, un bébé de 6 mois et un autre de 18 mois !
Ses compétences motrices évoluent, tout comme ses besoins.
L’allaitement doit être conduit à la demande afin de garantir une production suffisante.  Mais les mois passant, il est possible au bambin de comprendre qu’il faille attendre quelques minutes (si c’est pile au moment de la cuisson de quelque chose, ou encore lors du paiement à la caisse d’un magasin, par exemple). Cela se fait progressivement et on perçoit facilement que les enfants ont une patience qui va en croissant.
L’objectif, quand les enfants atteignent 2 ou 3 ans, c’est que l’allaitement se passe dans une relation où les besoins de chacun.e sont pris en compte.
Dans l’allaitement des débuts, les besoins du bébé sont impérieux.

Quand ils grandissent, et lorsque le moment ne s’y prête pas (c’est une appréciation de la mère !), les enfants vont être amenés à comprendre qu’il est nécessaire de prendre en compte l’avis de l’autre aussi.
Mois après mois, les enfants aiguisent leurs compétences sociales. Ils apprennent la notion de respect de leur corps et de celui de l’autre, des éléments qui sont tolérés ou pas par la mère, de l’empathie nécessaire aux relations (tiens, j’en parle ici de l’empathie) : « je vois que tu en as envie maintenant, mais je suis occupée et j’aimerais finir. Dès que j’ai fini, j’arrive ! ».
L’allaitement devient un formidable média de d’apprentissage social et d’empathie mutuelle.
Je précise à nouveau que cela se fait progressivement. Cela n’a pas de sens de refuser de donner le sein à un enfant qui en aurait l’habitude, sans autre explication ni raison claire pour lui.
Les sevrages induits brutaux sont traumatisants pour les enfants mais aussi pour le corps des femmes.
D’eux-mêmes, les enfants vont espacer les tétées et ne plus avoir besoin de certaines. Les allaitements non-écourtés vont à termes avec une diminution très progressive du nombre de prises du sein. Et c’est enfin l’enfant qui déclare : « Je n’ai plus envie ! ».

e9f8c989f76b9dcaf340249e4fccc198
Il n’y a pas de date, pas d’échéance ni de seuil développemental qui engendrent un arrêt de l’allaitement et du cododo, par exemple.
Croire que le maternage ne rassemble que ces deux aspects, avec le portage, est un oubli du paradigme qui sous-tend ces attitudes : la bienveillance (que j’ai largement détaillée ici) et l’empathie.
Sans ces deux piliers, il n’y a point de maternage puisque celui-ci est conditionné par la prise en compte des besoins infantiles.

 

L’autonomie, une limite au maternage ?

Une des craintes de la société, c’est que cette proximité maternante entame les possibilités d’autonomie des enfants. En agissant de manière prévenante et sans attendre, il est cru que l’on maintient les enfants dépendant de l’adulte.

Au contraire, disent toutes les dernières études sur le sujet !
Le fait de laisser aux enfants le moment où ils mangent/dorment/jouent/… sans essayer de leur faire adopter un rythme précis, les rend confiant en leurs propres sensations et besoins.
Ils n’apprennent pas à se réguler sur les attentes d’autrui, mais sur leurs propres ressentis.

Énormément de parents maternant s’orientent dans une éducation bienveillante et positive.
Comme j’ai pu le décrire en partie dans cet article définissant la « discipline positive », ce type d’accompagnement des enfants les amènent à l’autonomie, progressivement.

L’autonomie pour les bébés va être de pouvoir manger, dormir et se mouvoir comme ils le souhaitent. Donc allaitement à la demande, sieste aux signes de fatigue et motricité libre (ici pour une explication détaillée) sont au programme.
Ensuite, l’objectif est de les accompagner, en les laissant découvrir leur environnement sans être trop interventionniste.
Les enfants apprennent à marcher, tombent et se redressent.
Ils sont capables de manger seul, dès le plus jeune âge si on les laisse faire.
Ils apprennent à tenir un verre, s’en mettent partout et puis de moins en moins.
Tout est une question de temps et de possibilités. Si on empêche à l’enfant d’accéder aux verres de peur qu’il renverse, alors on l’empêche d’apprendre. Il en va de même pour l’alimentation. Si on lui donne constamment la becquée, il ne peut pas apprendre qu’il a la capacité de se nourrir seul et puis d’attraper ensuite ses couverts pour se servir.

Le maternage ne freine pas l’autonomie, à l’inverse, cela accompagne l’enfant dans ses possibilités.
En ajoutant le fait que ce principe de relation engendre des individus avec une meilleure confiance en eux, avec des compétences sociales fine grâce à l’empathie qu’ils ont reçue. En effet, les enfants apprennent par l’observation, donc l’exemplarité est de mise.

Le rythme des enfants est aussi singulier que naturel. Il n’est pas utile de tenter de le contraindre ou de chercher l’apprentissage alors que ce sont des acquisitions qui sont en jeu (pour le sommeil et la propreté, par exemple).

Il s’agit de craintes non-fondées. Des parents maternants qui permettent à leurs enfants d’expérimenter, de gérer ses apports alimentaires, son sommeil, ses mouvements augmentent significativement l’autonomie des enfants… et leur bien-être !

Mais ça s’arrête bien un jour, d’être un parent maternant ?

Le maternage est un continuum, de la naissance jusqu’à l’autonomie complète de l’enfant devenu adulte dans la société, il est possible d’agir en parent maternant.
Maternant n’est, je l’ai expliqué plus haut, pas synonyme d’infantilisation mais de confiance et d’accompagnement.
Pour autant que l’enfant, quel que soit son âge, a besoin d’être accompagné, le parent maternant sera présent.

L’enfant d’un an sera en capacité de venir chercher sa tétée en tirant sur le t-shirt, celui de 3 ans viendra la demander, et un jour, il refusera sa tétée du soir.

La relation et l’implication évoluent avec les mois et les années, bien évidemment, mais le principe est qu’il n’y a pas de fin à la parentalité. Il n’y a donc pas de fin à une philosophie maternante.

 

Je souhaite que cette lecture ait pu t’aider de quelque ma manière que ce soit.

A très bientôt, Lectrices et lecteurs Curieuses.x !

Pour aller plus loin: « Materner: Du premier cri aux premiers pas » de  Blandine Bril et Silvia Parrat-Dayan

Allaitement·Éducation bienveillante·Maternage proximal·Préparer la naissance

Le quatrième trimestre de grossesse ou « la découverte du Nouveau Monde » !

Dans cet article, je vais te proposer de traverser (moralement et pratiquement) les premières semaines de ce nourrisson qui découvre la vie extra-utérine de la manière la plus cool possible.
Prépare-toi, ça va remuer … et ton cœur va exploser d’amour !

rob-bates-701723-unsplash.jpg

Ce matin-là, le soleil se lève mais rien n’est plus pareil.
Tu l’as dans les bras, ce bébé.
Et ça chamboule pas mal de choses !
Après l’effort, le réconfort de voir cette bouille ronde et rebondie (si bébé est né à terme, ce que je te souhaite. Si ça n’est pas le cas : courage, vous allez y arriver à cette vie ensemble et sereine !).
Il n’en est pas moins que tu as les stigmates de ce qu’il vient de se passer : une sensation entre le camion et l’éléphant qui vient de te passer dessus (et entre les jambes ou le bas du ventre, en cas de césarienne !).
Bref, tu n’es pas au top de ta forme. D’ailleurs, ce ventre n’est plus vraiment rond (mais pas vraiment absent non plus : un petit tour pour en savoir plus sur  « si j’avais su : le corps d’une femme après l’accouchement »).
Niveau moral, tout dépend de comment va le bébé et de la manière dont ton corps réagit.
Et puis la stupeur de découvrir ce petit-être complétement en attente de toi, de ton odeur, de ta voix… Tous ces éléments qui lui sont familiers et qui le/la rassure idéalement.

Tu te rends compte que tu peux difficilement boire un café chaud ou aller aux toilettes sereinement sans craindre d’avoir un bébé qui te demande (bientôt, tu iras aux toilettes avec le bébé en écharpe !).
Parce que c’est vrai : maintenant et pour de nombreuses années, quelqu’un aura un intense besoin de toi.
Je ne dis pas ça pour effrayer, mais pour avertir.
Un nourrisson ne se contente pas de téter et de dormir. Enfin, si… Si on prend bien en compte qu’il peut passer des heures au sein à mélanger les deux activités. C’est tout à fait normal voire souhaitable dans ses premiers jours. Il/elle active de ce fait ta montée de lait.
Tes nuits vont être chamboulées (sans blague !) et c’est pour cette raison que je te conseille vivement le cododo dès la maternité !
Cela sauvera ton dos, ton sommeil, et réduira allégrement ton épuisement.

cododoallaitement.jpg

Question allaitement, tu vas avoir ton bébé collé au sein beaucoup, vraiment beaucoup pendant les premières semaines car c’est là que tout se met en place question lactation.
Alors n’écoute pas les conseils pavés d’ignorance tels que : « il faut laisser du temps pour digérer ! », « Il régurgite parce qu’il mange trop », « il demande le sein parce qu’il a trop faim : donne un biberon », « mets lui une tétine, ça le calmera ! », …
En gros, dès que ton bébé s’éveille, mets-le au sein. N’attends pas qu’il pleure, c’est inutile pour lui et pour toi. Voici quelques conseils pour débuter son allaitement.

Ça peut être déstabilisant, les premières semaines, d’avoir un enfant tout le temps dans les bras (et si souvent en train de téter).
Tu passes d’une entité simple à une entité composée de deux individus. Or, l’un d’eux ne tolère que ta présence.
Encore une fois, c’est normal.  Comme expliqué dans mon article sur le maternage proximal, l’être humain est un primate (eh oui, il faut l’admettre) ce qui implique que le petit naissant très immature a le besoin d’être sécurisé, nourri et recevoir des soins constamment.
A toi l’écharpe de portage, les vêtements extensibles (pour passer vite fait le sein au-dessus) et la patience.
Fais confiance à ton bébé sur son rythme, il sait de quoi il a besoin. Dès le départ, il va falloir apprendre à lâcher-prise sur ces vieilles croyances et laisser le bébé gérer ses demandes. Je peux te suggérer la lecture de mon article  « clefs pour démarrer un allaitement » afin de t’aiguiller ou de rassurer tes impressions !

Pratiquement, dès le départ, assure-toi d’avoir de l’aide à domicile (environ les 15 premiers jours, vraiment).
Tu peux demander à tes ami.e.s ou à la famille de se relayer pour venir te passer un coup d’aspirateur ou te faire tes courses (si tu n’es pas maman solo, tu auras ton/ta conjoint.e le fera).
Idéalement, si les gens veulent venir te voir, prépare-les. Oui, ils verront un bout de sein. Oui, peut-être plusieurs fois sur une même heure. Oui, c’est normal.
« Et si tu peux amener de quoi manger, ça serait top ! » pourra être ta phrase de fin.
Il est préférable de manger des choses nutritives qui vont te tenir en forme et fournir à ton corps l’énergie pour se reconstruire du marathon de l’accouchement et des premières semaines mouvementées.

 

Comment faire pour bien manger en étant jeune maman ?

thought-catalog-743576-unsplash
Deux cas de figure possibles : soit tu as de la famille soit tu es seule.
Si tu as de la famille, tu peux leur déléguer la préparation de quelques repas.
Si tu es seule, et même si ce n’est pas le cas, anticipe !
Durant les 4 dernières semaines de ta grossesse, prépare des plats en plus grande quantité et mets au congélateur des portions individuelles.
Cela te sauvera ! Tu pourras manger bien et rapidement. Il est impératif pour ta santé tant physique que mentale que tu maintiennes une alimentation qualitative et régulière dans la journée (c’est-à-dire plusieurs fois par jour, peu importe l’heure).
En outre, n’essaye pas de faire coïncider tes repas avec celui des autres, du moins, pas les toutes premières semaines.
Focalise-toi sur ton rythme avec le bébé… et Prépare des linges (tétras) !
Tu vas pouvoir manger pendant que ton bébé dort. Une manière de le faire ? Pendant qu’il dort dans l’écharpe (rappel : pas de mauvaise habitude en restant en écharpe 16h/24 si nécessaire – et c’est souvent nécessaire puisque le bébé humain a besoin de proximité pour être serein).
Tu places alors un linge au-dessus de sa tête et tu manges… salement (oui, quand on est à 30 cm de la table, c’est vraiment la galère ! J’ai mangé à la cuillère à soupe pendant des mois !). Mais tu manges.
Si par chance, cela colle à l’heure du repas familial, tant mieux.
Mais vraiment : ne te colle pas de stress avec des impératifs de norme sociétale. Ton bébé se fiche des horaires, la seule horloge qu’il écoute et comprend, c’est celle de ses besoins physiologiques.

Si tu es maman solo ou lorsque tu es seule avec ton bébé, c’est encore plus simple (question horaires « sociaux », soyons honnête !), car il n’y a pas un tiers qui s’attend à manger à une heure précise ou qui est tiraillé par la faim.
Par contre, cela demande une organisation pour préparer ses repas si tu n’as plus d’avance.
Une première idée est de cuisiner à chaque fois pour deux ou trois repas.
Question préparation, il est évident que c’est compliqué d’enchaîner la préparation et le repas dans la foulée sans que les bébés ne demandent à téter, dormir, être câliné.
Mais comme je l’ai déjà dit, il n’y a aucun problème à cuisiner et à manger lorsque le bébé dort sur toi (il faut juste faire attention aux projections ! Evidemment, on ne fait pas de friture avec un bébé en position ventrale).
Je te suggère de préparer tes repas en milieux de matinée pour midi et en après-midi pour le soir. Une fois que les plats sont prêts, tu peux les déguster quand tu le souhaites.

rawpixel-656748-unsplash.jpgIl est également nécessaire d’avoir des encas sains à grignoter en cas de fringale (qui vont surgir !). Cela te permettra de ne pas plonger sur des biscuits ou autres « crasses » qui ne te nourriront pas réellement.
Tu peux avoir des carottes ou autres légumes crus à croquer. Ensuite, tu peux miser sur les fruits secs et les oléagineux. Comme je l’ai conseillé dans d’autres articles, dès l’accouchement, cela n’a que des bénéfices.

 

Autre aspect pratique : ton hygiène corporelle !
C’est très cliché de voir dans les films ou d’entendre : « Tu verras, tu te retrouveras à 15h en pyjama ! ».
Alors, en effet, c’est possible… Mais il y a pleins de possibilités pour qu’il en soit autrement.
D’expérience personnelle, j’ai modifié mes heures de douche en fonction de l’âge de ma fille.
Au départ, je me douchais en 3 minutes chrono pendant qu’elle dormait (on ne sait jamais combien de temps ça dort, un nouveau-né !).
A partir du moment où les bébés regardent les arches disposées au-dessus ou à côté d’eux (je rappelle que les mobiles lumineux et musicaux sont à éviter pour diverses raisons expliquées dans cet article sur la motricité libre), on peut profiter d’un temps d’éveil pour foncer sur la douche.
Par exemple, le temps d’éveil juste après le réveil de la nuit.
On installe le tapis d’éveil dans la salle de bain et on fonce sous la douche. Cette organisation fonctionne à merveille pendant des mois !
Alors je vais être honnête, on ne prend pas son temps sous la douche quand personne ne peut surveiller ou prendre les bébés lorsqu’ils s’impatientent. Mais on est propre ! Et ce n’est déjà pas si mal !

 

Pour le bébé, ces premiers mois lui amènent une foule de nouvelles sensations. Il découvre le froid, le chaud, la faim, la peur, la lumière vive, le mouvement, et tout ce qui compose l’environnement qui était filtré jusque-là.
Le bébé était jusque-là bercé h24 et accompagné par les bruits internes de la mère. La plupart des bébés sont à l’aise pour dormir alors qu’on passe l’aspirateur (ça peut même les endormir. C’est un truc à tester ! Ayant deux chats à poils longs, je dois allumer la machine tous les jours et j’ai ainsi endormi ma fille aisément, tout en gardant un intérieur dénué de touffes de poils).
Mais cela veut aussi dire que le bébé a besoin de sa mère ou d’un.e référent.e constamment. Ce n’est pas peu dire… Car le bébé va se réveiller s’il est posé (et qu’il ne sent plus son bercement habituel et les odeurs familières). La plainte arrivera également s’il/elle est laissé.e posée longtemps. A partir de quelques semaines, l’attention et la vue du bébé lui donnent envie d’observer et pourra être posé un peu plus, jusqu’à ce qu’il s’ennuie.
Il n’est ni utile ni souhaitable de se dire que le bébé doit apprendre à patienter. Ça n’a aucun sens dans son existence. La tolérance à l’attente envers ses besoins viendra avec l’âge mais certainement pas dans la première année de vie.
Il en va de même avec le fait d’être porté : cela ne donne pas de mauvaise habitude. Cela octroie de la confiance en ses référent.e.s et la construction de sa base de sécurité. Je renvoie à mes articles sur le maternage proximal et le portage.
Cela peut paraître déconcertant car les siècles derniers ont laissé croire que la dyade mère-bébé était à séparer… Et donc, à promouvoir les couffins, les balancelles, l’alimentation au biberon, etc.
Les neurosciences affectives ont bel et bien démontré combien le maternage et l’éducation bienveillante (qui commence dès la naissance) sont bénéfiques pour le développement social, émotionnel et physique de l’enfant. Ce n’est donc pas une mode (comme je l’ai expliqué ), mais bien un retour aux sources validé par la science.
Ça donne de l’aplomb pour agir en tout état de conscience.

illustrations besoins

On parle souvent du 4ième trimestre car c’est le moment où le bébé est encore dans un mode de vie qui demande une présence constante qui mime ce qu’il vivait dans le ventre de sa mère. C’est aussi la période du devenir parent, qui implique une découverte de soi.
Il faut cependant savoir que l’attente du bébé est explicitée par un adage : « 9 mois dans maman, 9 mois sur maman ».
En gros, le bébé va demander et avoir besoin d’être porté très fréquemment (avec tous les bénéfices que cela comporte) jusqu’à ce qu’il se déplace avec aisance (même après, le portage a tout son sens !).
Cela peut sembler énorme… Mais le temps passe extrêmement vite. Cette toute petite enfance s’envole avant même de s’en rendre compte.
Loin de moi l’idée de banaliser l’envahissement et la ferveur que cela engendre à chaque instant.

Cependant, il te faudra conscientiser la différence de rythme de ce petit-être avec le tien. Le lâcher-prise sera inestimable concernant ce que tu pensais pouvoir/devoir faire avant de détenir ces connaissances.
Le bébé humain ne fait pas la distinction jour/nuit (c’est-à-dire qu’il ne fonctionne pas sur le même cycle circadien que la plupart des autres humains). C’est aux alentours de 3 mois que son cycle sommeil/veille, et donc la distinction avec la nuit, se produit.
Avant cette date, il est fréquent que les bébés aient encore des périodes d’éveil long en pleine nuit. Dans notre cas, ma puce avait fréquemment des phases d’éveil de 22h à 23h30 jusqu’à presque 4 mois. Jusque-là, je l’ai gardé avec moi dans le salon en portage. Elle pouvait y dormir tranquillement, et moi, je mangeais, faisais ma vaisselle, recevais mes ami.e.s…
On allait se coucher en cododo à ses signes de fatigue et on enchaînait la nuit.
A partir de 4 mois, j’ai observé qu’elle s’endormait systématiquement après son bain, lors de la tétée. Quand j’ai observé qu’elle ne se réveillait plus que pour téter, j’ai tenté de la mettre au lit avant moi, en sortant de son bain. Tétée allongée et c’est parti pour la nuit (entrecoupée de tétées, il faut admettre !).
Je fais ce petit retour #storytelling car c’est assez exemplatif de ce que je te souhaite : ne pas perdre du temps et de l’énergie à tenter de poser un bébé afin qu’il dorme … alors qu’il/elle se réveillera à coup sûr. Il faut tenter de temps en temps et à partir d’un moment, ça finira par rouler.
Ici, les premières siestes en journée dans le lit ont eu lieu à 6 mois (quand je suis chez moi et encore, ça arrive qu’elle veuille rester avec moi pour dormir).
Bref : Keep cool and babywearing power !

Afin d’aider ton bébé à faire la différence jour/nuit, même si cela s’acquiert la plupart du temps (il y a toujours des exceptions, on ne peut les occulter), je te conseille de ne pas allumer la lumière et de faire le moins de mouvements et le moins de paroles à voix haute possible.
C’est un parti pris, mais personnellement, sauf selles, je n’ai pas changé ma fille la nuit. Je ne le fais que très rarement quand elle ne retrouve pas le sommeil ou qu’elle a débordé (ça arrive !).
Je ne sais pas si cela a un lien, mais avec ces habitudes nocturnes, elle n’a jamais eu de périodes d’éveil durant plus que le temps d’une tétée (où sont étions à moitié endormies) entre minuit et 6h du matin.

Bref, c’est un tourbillon journalier! Ça déménage et clairement, sauf si on a des amies ou une proche parente qui est passée par là récemment, on ne s’y attend pas.
Emotionnellement, entre le bonheur (et l’injonction de bonheur de la jeune mère exigée par la société) et la dévotion qu’un nouveau-né implique, c’est bouleversant.
Ce n’est pas forcément évident. Certaines peuvent se sentir envahies, d’autres très anxieuses d’être en charge de ce petit-être vulnérable, et d’autres encore complétement dépassées par la situation.
Je pense que ce sentiment de dépassement arrive à la plupart des primipares. Souvent au moment de quitter l’endroit où l’on a accouché et qu’on se dit : « Ok, je n’aurai plus de conseils à volonté, maintenant » (si tu as la chance d’avoir eu une structure soutenante et avertie).
En plus, le corps n’est pas vraiment au top de sa forme et cela joue sur le moral. Les douleurs ont un impact sur le moral. Il ne faut pas l’oublier et le prendre en compte.
Il faut aussi accepter de ne pas se sentir « si bien ».
Oui, ce bébé est là, mais ce n’est pas forcément l’explosion de joie voire d’amour attendu. Et même si notre cœur explose d’amour, ce n’est pas pour autant que tout semble évident.
L’état de « baby blues » peut durer quelques jours et s’estomper. Si ça n’est pas le cas après 15 jours, il ne faut pas tarder à prendre contact avec un.e professionnel.le de santé.

logan-fisher-570072-unsplash.jpg

Le couple, s’il y a, est aussi réaménagé. De nouvelles places sont à créer et des attitudes peuvent émerger alors que c’est complétement inattendu.
Tu pensais être une maman « super cool » qui serait ravie de voir certaines tâches déléguées… Et tu te retrouves totalement « louve ». Tu ne parviens à faire confiance à personne.
Tu acceptes de déléguer les tâches annexes mais tu refuses que quiconque approche de ton bébé.
A l’inverse, tu pensais tomber amoureuse de ce bébé et être totalement investie de cette nouvelle mission… Et finalement, tu as du mal à trouver tes marques à ce nouvel être qui s’est éloigné de votre symbiose  qui a un langage et des signes qui te semblent abscons.

Dans les deux cas, ce n’est pas grave ! Les sentiments et émotions évoluent jour après jour.
Il ne faut pas hésiter à parler de tes émotions par rapport à cet enfant à des personnes de confiance voire à des professionnel.le.s si cela te crée un vrai mal-être.
En outre, ne te laisse pas culpabiliser par l’entourage qui, sous couvert de bonnes intentions, peut remettre en question tout ce que tu fais !
Il est bon d’être soutenue et accompagnée : si quelqu’un te suggère une attitude, essaye de les briffer sur les manières de faire. Des conseils et de l’aide, oui, mais avec de la bienveillance.
Et le must : des conseils que lorsqu’on les sollicite ou lorsqu’une personne est témoin d’un sentiment de dépassement.
Si tu es questionnée sur tes choix, et que tu considères que les remarques ne sont pas pertinentes ou aidantes, tu peux consulter « Comment faire pour que les autres acceptent mes choix ? ». Cela peut te donner des pistes pour discuter et comprendre pourquoi l’éducation est tellement sujette à débat !

 

Cette période de ta vie est mémorable, mais pas forcément la plus épanouissante sur tous les plans.
Elle donne un aperçu de ce qu’est la vulnérabilité à l’état brut (la tienne et celle du bébé), mais ouvre aussi à l’écoute des besoins. Le fait d’être en empathie constante avec ce bébé fait ressortir ses propres besoins personnels primaires.
C’est l’occasion de s’ouvrir et à affirmer ses propres besoins. C’est le moment de demander de l’aide, et de laisser de côté son égo. Tu peux dormir lorsque le bébé se repose si tu en as besoin, manger quand tu as faim et être à l’écoute de ton corps qui a vécu un sacré traumatisme après 9 mois à se remplir mais qui s’est vidé si rapidement (oui, même 24h de travail, c’est rapide en regard de 9 mois de construction !).
Tu peux demander du soutien et de l’écoute de la part de ton entourage, à la condition d’être en totale bienveillance envers toi et ton bébé (cela permet d’ouvrir sa famille à la bienveillance, avant de l’amener à se questionner sur l’éducation positive et bienveillante).

tim-marshall-114623-unsplash

J’espère que cet article pourra te préparer à ce qu’il va se passer/se passe dans ta vie.
Fais-toi confiance et je te souhaite de trouver toutes les ressources nécessaires autour de toi. Dans le cas inverse, entoure-toi de professionnels qui sauront t’aiguiller.

A bientôt, Visiteuse.eur Curieuse.x !

Allaitement·Éducation bienveillante·Maternage proximal

Bébé, que manges-tu ?

L’alimentation du bébé de la naissance au premier anniversaire : une première confiance à offrir.

tanaphong-toochinda-267381-unsplash

Dès la naissance, les nouveau-nés font face à une nouvelle sensation : la faim ! Jusque-là, ils étaient perfusés en continu.
A la naissance, le bébé cherche spontanément à ramper vers le sein. C’est ce qu’on appelle le crawl du nouveau-né. (voici quelques sources et études sur ce crawl et les bienfaits du contact peau-à-peau directement après la naissance : http://www.breastcrawl.org/science.shtml).

Voici une petite vidéo qui montre combien le bébé humain est compétent, dès sa naissance, à trouver sa ressource : https://www.youtube.com/watch?v=b3oPb4WdycE

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) recommande un allaitement exclusif jusqu’à l’âge de six mois. C’est-à-dire sans l’introduction de quelques autres aliments, même pas de l’eau.
Il est nécessaire de rappeler ces recommandations pour aller au-devant des suggestions de diversifications précoces (vers 4 mois), même si c’est suggéré par des pédiatres qui ne sont pas mis à jour…

Durant l’allaitement, il est nécessaire de laisser le guide de fréquence par les bébés. Ils savent exactement ce dont ils ont besoin.
Ils peuvent téter de 6 à 20 fois par 24h durant les premiers mois, et ensuite, cela se régule en allant vers un rythme de 6 à 12 tétées par 24h.
Il n’y a pas de rythme à respecter, dans aucune circonstance (il n’y a pas de bébé trop gros à cause de l’allaitement !). L’allaitement s’effectue à la demande. Les tétées peuvent durer 5 minutes ou 30, en fonction des enfants… des moments, des périodes de l’année (la chaleur engendre des tétées plus fréquentes et qui ne doivent pas être substituées par de l’eau !)

Tout ce lâcher-prise et cette confiance dans les capacités de l’enfant vont à l’encontre de l’habitude donnée depuis des générations (voire l’article biberon vs allaitement) d’avoir un contrôle sur le rythme des prises alimentaires (toutes les 3 ou 4h, au choix, et plus l’aspect culturel des repas pris à des heures fixe : 7h ; 12h ; 16h ; 19-20h). Il faut bien rappeler que ce sont des considérations culturelles dont le petit enfant se fiche et… n’a pas d’intérêt à les suivre.
Il en va de même pour la gestion des quantités. L’allaitement laisse à l’enfant la gestion de ses quantités alors qu’au biberon, la mesure de ce que l’enfant ingurgite est une question précise.

support-mums-breastfeed-poster-fr

Dès le départ, il ne faut pas se focaliser sur les rythme, les quantités ou les prises de poids scindées au jour près (sauf s’il y a une situation inquiétante, cela va de soi).
Cette recherche de contrôle est néfaste pour le moral des parents et complétement inutile dans le cadre de la sérénité quotidienne.
Fais confiance à ton bébé. Il sait ce qu’il se passe dans son corps et sait gérer ses besoins.

Le temps avance et ton bébé va changer de rythme biologique. Il va acquérir le rythme circadien (l’alternance jour/nuit) et ses phases de sommeil/éveil vont être plus régulières.
Personnellement, j’ai été vraiment à l’aise à partir du moment où ma fille tenait sa tête pour allaiter en écharpe aussi (ou en Mei Tai), ce qui permet d’être vraiment plus libre dans ses activités puisqu’on est même plus obligée de se déballer ! ^^

Vers le 4ième mois de vie, il te semblera que ton bébé veut manger en même temps que toi : il suit tes mouvements et essaie d’amener à la bouche tout ce que tu lui tends. Tu ne pourras probablement plus allaiter en mangeant (Oui, ça nous arrive à toutes, non ?!) car il sera diverti par tes gestes.
C’est aussi la période où j’ai pu arrêter de regarder mes séries/films/reportages car elle s’intéressait à l’écran !
Attention : ce n’est pas un signe qu’il/elle est prêt.e à manger mais juste que les acquisitions motrices permettant le mimétisme se perfectionnent !
Dans ces moments-là, tu peux lui donner des faux aliments en peluche/en bois ou encore une cuillère vide. Ton bébé sera ravi.

A partir du 6ième mois, il est possible de faire découvrir au bébé la nourriture.
Il y a la diversification classique : mouliné de légumes/fruits/féculents/protéines.
Il est également possible de préférer la Diversification Menée par l’Enfant (DME). Ce que j’ai fait, d’ailleurs.
La DME est une méthode de diversification où l’on présente des aliments entiers et de grandes tailles à l’enfant de manière à ce qu’il apprenne à croquer et à mâcher. Il peut patouiller dans les aliments et découvrir leur texture tout en développant la motricité fine nécessaire à leur manipulation.
Pour débuter la DME, il est nécessaire de respecter des règles de sécurité tant dans les signes physiques du bébé (qu’il sache se tenir assis droit dans sa chaise) que dans la présentation et le choix des aliments : évitons les rondelles de saucisse et les cerises entières… ! :-p
Voici un site qui recèle de nombreuses informations passionnantes au sujet de la DME : https://bebemangeseul.com/la-pratique/

A nouveau, il faudra lâcher prise lors de la diversification.
Bien qu’il soit fréquent (même à l’OMS) d’indiquer des quantités à respecter en fonction de l’âge des enfants, cela met une pression absurde tant sur l’enfant que sur les parents.
La diversification est une approche de la nourriture : le lait reste l’aliment privilégié et principal jusqu’à 12 mois ! L’OMS précise que le lait maternel confère 50% ou plus des apports énergétiques journaliers de 6 à 12 mois et un 33% environ de 12 à 24 mois.
L’allaitement n’est donc pas une bagatelle qui doit être délaissée dès la diversification.
Il faudra d’ailleurs veiller à proposer le sein avant tout aliment.
Cela vaut également pour les bébés en tire-allaitement ou au biberonde Préparation pour nourrissons (lait artificiel) .

Qui dit « approche » de la nourriture, ne veut pas seulement dire nourrissage. Surtout dans la DME où l’enfant a la possibilité de réellement découvrir les aliments sous tous leurs angles, l’aspect des quantités avalées ne doivent pas poser question avant 12 mois.
Il faut réussir à faire fi des comparaisons entre enfants.
Le seul point d’attention sera lorsqu’un enfant refuse d’avaler et a un réflexe vomitif très marqué, et ce  très tard. Les troubles de l’oralité peuvent alors être investigués. Mais il ne faut pas y penser en première intention et laisser à l’enfant le temps de découvrir les textures des aliments.

Quand l’enfant commence à s’alimenter, ses prises alimentaires ne sont pas de quantités identiques : cela dépend de son appétit.

Je rappelle, comme évoqué dans mon article sur les besoins, que l’enfant jusqu’à 12 mois est mu par ses besoins et qu’il sait les écouter.
Ce n’est qu’après confrontation à des contraintes sociales et à des refus que l’humain ne parvient plus à lire ses signaux internes aussi facilement.
Combien d’adultes n’ont pas du mal à gérer leur appétit et leur satiété ?

Il est fort probable que ces difficultés soient inhérentes à un manque d’écoute des besoins lors de l’enfance. Avec des phrases comme : « finis ton assiette ! » ou « ne mange pas tant ! », la capacité de l’organisme à reconnaître les signaux primordiaux est brimée.

Il est dès lors utile de laisser l’enfant manger à sa faim. Parfois peu, parfois beaucoup, sans prêter attention aux grammages des assiettes.

Il en va de même pour les heures des repas : il est socialement déterminé de proposer un encas lors de longue matinée, ou un goûter à 16h, sans forcément laisser l’enfant exprimer son besoin de manger.
Culturellement, les menus changent. En France, le petit déjeuner est sucré alors que le repas matinal en Asie est similaire à ceux des autres moments de la journée.
Il est possible de proposer à l’enfant de manger à différente heure de la journée : il est possible que ton enfant ait faim à 10h et à 15h de nourriture solide mais qu’il n’en ait pas envie à 12h. Et pourquoi pas ? J

Il a tout le temps de sa vie pour coller aux normes sociales. Les compétences nécessaires pour écouter ses signaux corporels sont chères. Si tu peux les préserver, fais-le ! Tu en feras une personne plus à même d’être à l’aise avec ses propres besoins.

Te concernant, je ne peux que te conseiller de résister à la pression de l’entourage ou  des endroits de garde qui peuvent te suggérer un mode d’alimentation qui ne te convient pas.
Si tu veux faire la DME : fais-le ! Si tu veux allaiter jusqu’au sevrage naturel : fais-le !
Et après, il mangera comme les autres mais en ayant découvert les aliments sous leur forme naturelle.
Si tu veux que ton enfant ne mange pas de produit transformé, ne cède pas aux suggestions des flocons et autres biscuits écrasés pour appâter les papilles des petits. Induire une appétence au sucre raffiné n’est pas un cadeau et viendra, probablement, bien assez tôt !

En somme, fais confiance à ton enfant et fais valoir ton point de vue ! Ton enfant sait ce dont il a besoin et tu n’as pas à céder face à une pression normative.
Le rapport à la nourriture a sa place dans le sujet de l’éducation bienveillante. L’enfant est responsabilisé dans ses apports. Cela demande un lâcher-prise, une confiance et une compréhension des réels besoins des petits d’humain.

A très bientôt, les Curieuses.x !

 

 

Maternage proximal

Tu vas en faire un « bébé-bras »!

Oui, puisque c’est un bébé et qu’il ne se déplace pas seul !

Porter son bébé, tu l’as vécu ou tu vas le vivre. « Mon bébé ne se sent bien que si on le porte ». C’est vrai, et c’est parce que cela répond à tous ses besoins de sécurité.
Petit d’humain n’a pas beaucoup d’autonomie (c’est peu dire) et ses soins dépendent uniquement de ses proches. Sans eux, il ne pourrait pas survivre ! Tout simplement… Il faut donc que le bébé, dans ses capacités innées, puisse adopter un comportement qui lui assure de recevoir l’attention et les soins qui lui sont vitaux.

En plus de cela, le bébé aime vivre de nouvelles expériences (c’est d’ailleurs son job à temps plein !) tout blotti et sécurisé. L’enfant va ainsi être sensibilisé à tout son environnement. C’est une raison de plus pour emmener les petits absolument partout !
Les jeunes parents craignent parfois certaines activités avec un tout petit, mais au contraire, il est tout à fait inutile de se priver. Plus ils vivront de sorties collés à l’adulte, plus ils se sentiront à l’aise dans toutes les situations.

portage

la tête ébouriffée par le vent, en janvier, en balade avec notre équidé !

En outre, le fait de porter les bébés, ce qui est vraiment plus facile avec une écharpe de portage ou un moyen de portage physiologique (attention à vérifier ce que tu souhaites acquérir ! ), apporte de nombreux avantages.
Les bébés portés pleurent moins car ils sont souvent dans un climat de sécurité. Le portage est une aide non négligeable à l’endormissement, et au sommeil dans une phase qui permet d’éviter les pauses respiratoires. Les coliques sont également soulagées par la position regroupée en grenouille ainsi que les mouvements du corps de celui qui porte. Il y a aussi un effet sur la régulation thermique du bébé : celui-ci est réchauffé par la température corporelle de l’adulte. Mais étonnamment, celle-ci s’adapte quand l’enfant a de la fièvre, il y a une régulation thermique qui réduit l’occurrence de déshydratation.

Les bébés portés acquièrent un éveil psychomoteur précoce. Il est étonnant de constater que dans les cultures où le bébé est énormément porté, les enfants marchent plus tôt. Le bébé tient sa tête et acquiert un équilibre grâce à l’expérience des mouvements continuels du/de la porteu.r.se. En effet, puisqu’ils sont exposés à nos mouvements, leurs corps compensent, agissent en réaction et se tonifient.
Ensuite, les bébés ont le crâne souple (heureusement pour les parturientes !). Laisser un bébé posé trop souvent peut engendrer divers problèmes de plagiocéphalie positionnelle.
C’est donc tout bénéf’ de porter son bébé!
Et c’est aussi pratique pour ceux qui s’occupent dudit bébé. Simplement parce qu’un bébé calme, parce qu’il se sent sécurisé, est un gage de sérénité. Il aura moins de pleurs, les inconforts seront amoindris par le mouvement. Et avec un moyen de portage, il n’y a pas de douleur dorsale, et il est possible de TOUT faire avec un bébé en portage.
Porter son bébé, c’est aussi s’assurer un confort à soi-même, pour effectuer tout ce qu’on souhaite qu’il soit effectué (j’ai découvert que le bruit de l’aspirateur est un très bon soporifique !). Et franchement, prendre un repas chaud sans prise de tête, avec juste « un gros ventre » (recouvert d’un tétra !), c’est vraiment relax. On n’a pas « le style », mais on se permet de bien manger tout en remplissant le réservoir affectif du tout-petit. En abordant l’absence de style, oui, on va aux toilettes avec le bébé en portage. On s’y fait… et on troque son style et sa pudeur (je rappelle d’où il vient?!) pour le sommeil du petit ! :-p

Le bébé porté va s’intéresser à tout son environnement et bénéficie d’être à hauteur d’adulte, d’égal à égal. Ce partage d’expérience est une haute valeur ajoutée pour lui. Bien sûr, ce bébé porté aimera ces expériences, mais il appréciera aussi les moments où il est étendu sur une surface plane (rembourrée au début ! ^^), avec des mobiles et des jouets (ou n’importe quoi qui peut se manipuler sans risque !). D’expérience, je sais que ma fille reste étendue à jouer environ 1h30 après son réveil (un bon temps pour se préparer et petit-déjeuner !). Puis elle est portée, fait sa sieste dans l’écharpe (je n’essaie pas de la poser, c’est une perte de temps à mon sens !) et déambule avec moi, jusqu’à sa prochaine période d’éveil actif. Les rythmes du bébé évoluent très rapidement… Ce n’est pas du tout pareil à 1 mois et à 6 mois. Mais j’ai pu voir très clairement que le fait qu’elle soit portée n’influence pas son rythme et qu’il se met en place tout seul.

D’ailleurs, pour préciser pourquoi j’estime cela inutile d’essayer de poser un bébé endormi (s’il se réveille à chaque tentative d’être posé) ou chercher à ce qu’il s’endorme seul… Parce que c’est un jeu où on est souvent perdant ! Le bébé se réveille et montre un inconfort : c’est très explicite. Il veut dormir porté. Alors pourquoi se prendre la tête à tenter de le poser pour qu’il fasse sa sieste dans son lit (si tant est qu’il a un lit… #cododo), alors qu’il peut avoir son quota de sommeil paisible contre l’adulte et que ce dernier peut alors dédier ce temps à faire ce qui lui plaît ?
Les enfants ne restent pas portés pour dormir toute leur vie, ils construisent leurs bases de sécurité grâce auxquelles ils pourront s’autonomiser.
Mais attendre qu’un tout-petit soit autonome dans le sommeil… Il n’est pas programmé pour cela. Alors autant se rappeler que ces périodes de vie sont courtes et profiter de leur chaude respiration contre notre poitrine (oui, elle a 6 mois et je ne peux pas me passer de la position ventrale… J’ai trop aimé ma grossesse et lui sentir le crâne ! ^^).

En portant l’enfant, on connait facilement son rythme et ses signaux expressifs dès leurs prémisses. Cela aide à réagir adéquatement aux besoins sans être d’abord stressé.e par les pleurs d’un enfant qui se sent incompris. En outre, il /elle se fera comprendre très vite. Il y a eu une évidence, dans mon cas, ma fille s’endormait systématiquement après son bain du soir. Et elle n’avait plus de période d’éveil en soirée/début de nuit. Elle avait 4 mois et c’est alors que j’ai pu la poser dans notre lit le soir et elle commence la nuit sans moi (avec des rappels pour les tétées !). J’ai su que je pouvais la déposer car l’absence de réveil prolongé et le fait que mes bruits semblaient la gêner m’ont mis la puce à l’oreille.
Bien sûr chaque bébé est différent, mais dans tous les cas, le portage est recommandé pour endormir l’enfant et l’avoir auprès de soi sans contrainte et sans stress.

Le plus grand combat peut-être d’aller à l’encontre des adages et des propos non-fondés qui sont avancés. C’est parfois usant de se confronter à ces remarques qui mettent en gardent (J’ai fait un petit guide de survie par rapport aux choix que l’on fait, si ça intéresse).
Le principal conseil que je peux fournir c’est de prendre les choses « à la cool ». Parce que le bébé lui, n’est pas dans la confrontation ou l’attente de quoique ce soit. Alors si tu peux aussi te sortir de cela, éviter les comparaisons, et juste vivre avec ton bébé de manière la plus instinctive possible : je te promets du bonheur !

Il y a un inconvénient au portage.
Un seul : Les pantalons qui remontent ! Et sincèrement, j’ai quand même trouvé 4 solutions.

  1. Je n’ai habillé ma fille qu’à partir de ses 4 mois : avant ça, c’était pyjama (assez grand pour ne pas créer de tension). Le must…
  2. Les leggings : c’est élastique et ça ne remonte pas trop.
  3. Les hautes chaussettes (des jambières existent aussi), c’est top pour l’hiver.
  4. Les sarouels : mon favori, le must du must du bébé de 3 mois à la propreté à mon sens. Pourquoi ? Parce que c’est hyper confort, super mignon en style (subjectivité, certes !), les enfants ont énormément d’aisance et la couche n’est pas comprimée. Cela ne remonte pas trop et les élastiques coupent le vent aux jambes et rendent la ceinture hyper agréable. Et enfin : c’est un vêtement qu’ils gardent longtemps ! Un même sarouel peut être porté de 4/5 mois jusqu’à 15/18 mois (vive les élastiques !). L’idéal quand on constate la croissance expresse la première année et la garde-robe monumentale nécessaire en diverses tailles ! Il y a de super créatrices (j’adore choisir tous les éléments d’un vêtement fait à la demande) dont « La maman du p’tit koala ». J’ai craqué sur ce sarouel dernièrement et j’en suis fan ! je tiens à en parler car son contact et ses créations m’ont été fort agréables.

En conclusion : sois cool et garde ton bébé près de ton cœur ! Le portage : c’est la vie ! ❤

Partage, aime, commente : je n’attends que ça que d’interagir. J
Et toi, tu as porté ? Avec quoi ? Comment ?

A très bientôt, pour le pouvoir de la curiosité !

Maternage proximal

Le maternage proximal

[Pas le temps ou l’envie de lire: tu peux écouter cet article : https://audio.ausha.co/yErxWsYj6Glb.mp3 ]

Une des entrées en matière de ce blog. Puisque je vais y faire référence par la suite, j’aimerais présenter de manière la plus limpide possible le concept de « maternage proximal ».

Tout d’abord, le maternage proximal démarre en se basant sur les principes de l’attachement, théorisés par Bowlby. Ce dernier définit l’attachement comme « un équilibre entre les comportements d’attachement envers les figures parentales et les comportements d’exploration du milieu.» (Bowlby J., Attachement et perte, Paris, PUF, 1978). Ce lien précoce repose sur des fondements biologiques et des propriétés motivationnelles comparables à la satisfaction des besoins primaires, mais indépendant de ceux-ci.

C’est un peu barbare, lu comme ça…

En somme, le petit d’humain va s’attacher à son/ses figure.s parentale.s. grâce au fait que ces dernières vont répondre à ses besoins primaires (manger, être changé… et être RASSURÉ !). Cependant, Harlow (un autre psy/chercheur, dont Bowlby s’est inspiré) a pu démontrer, dans les années 50-60 que l’attachement et la sécurité ne se basaient pas sur le nourrissage, mais bien sur le besoin inné du nourrisson de toucher et de s’accrocher à quelque chose pour le confort émotionnel … le facteur principal de l’attachement n’est pas la nourriture mais le soin et la réceptivité. Une fois que ce lien d’attachement est fondé, l’enfant peut développer harmonieusement des comportements exploratoires de l’environnement (jouer avec ses jeux, tenter de les attraper, se retourner, aller vers des nouveaux objets, etc.). Les enfants, qui ne lisent pas de confiance et d’encouragement dans les attitudes de ses figures d’attachement, vont avoir plus de difficulté à se sentir en sécurité pour explorer le monde. Pourtant, le job de l’enfant, c’est bien ça… explorer. Difficile de remplir cette mission sans se sentir rassurer par un entourage qui l’encourage. C’est donc là que l’attachement prend une dimension motivationnelle.

 

Image de l’expérience d’Harlow pour fonder ses théories évolutionnistes de l’attachement

Il faut ainsi répondre aux besoins du bébé immédiatement lorsqu’il s’exprime. J’y reviendrai largement ultérieurement, mais il est primordial de savoir qu’un enfant ne peut pas comprendre le sens de l’attente (Non, ta vaisselle en cours ou ton repas ne vont pas disparaître, même si ça serait appréciable pour la première !). Cela n’engendre pas un enfant qui deviendra patient, mais un enfant qui va métaboliser du cortisol, l’hormone du stress. Un enfant dont les besoins sont comblés au plus vite ne risque pas de devenir capricieux (contrairement aux vieilles croyances !), mais devenir un enfant serein qui sait qu’il peut compter sur son entourage.

D’ailleurs, la plupart des parents, des mères principalement, n’ont jamais la volonté de faire patienter un enfant qui pleurent ou qui expriment un besoin (le pleur est souvent l’expression tardive du besoin, qui est auparavant signalé par d’autres attitudes). Ce sont les proches qui mettent en tête aux jeunes parents qu’ils ne doivent pas réagir au moindre couinement… Alors que la propension première est de se précipiter.

Le maître-mot du maternage, c’est de s’écouter ! Agis comme ton cœur le dicte, et non comme des phrases d’autrui résonnent.

Les bébés naissent dans un cadre de dépendance extrême. L’humain vient au monde avec un des développements les plus prématurés comparativement aux autres mammifères (la faute à la station debout et à la taille de notre cerveau par rapport aux hanches des femmes, toussa toussa !). Il faudra de nombreuses années pour que l’enfant d’humain acquière un semblant d’autonomie. La survie du bébé dépend uniquement de son entourage, il a ainsi besoin de s’assurer que celui-ci est particulièrement disponible… Comme instinct de survie. C’est la raison pour laquelle le bébé aime être porté, parce qu’il se sent rassurer après avoir passé 9 mois bercé au sein de sa mère. Il est habitué aux bruits internes de sa mère, aux mouvements… et ne connait pas la faim. Il découvre cette sensation dévorante qui lui engendre une douleur indescriptible.

L’allaitement répond à l’ensemble des besoins du bébé : il nourrit et permet à l’enfant de retrouver des odeurs et des bruits familiers. Il devra être pratiqué à la demande, c’est-à-dire, sans intervalle défini entre deux tétées. Un allaitement ne peut fonctionner que si l’enfant stimule assez la lactation, par la succion. C’est un principe très simple : celui de l’offre et de la demande. Plus l’enfant tète, plus il y aura du lait. Encore une fois, je rédigerai un article là-dessus, mais surtout : ferme les écoutilles aux conseils et aux commentaires qui pourraient te faire douter ! Allaite dès les signes d’éveil, allaite quand il est fatigué, allaite la nuit, allaite… sans regarder ta montre et sans compter. Le bébé sait ce dont il a besoin.
C’est déroutant les premiers jours, mais en réalité : le premier mois, tout est déroutant tant pour toi que pour cet enfant (dans cet article: les tuyaux pour gérer ton quotidien et vivre le 4ième trismestre sereinements).

(Je parle beaucoup du nourrisson, dans cet article, mais il en va de même pour le bébé et le bambin. Eh oui, si tu ne le savais pas, un allaitement peut se poursuivre et s’achever sur un sevrage naturel… entre 2 et 7 ans. Va voir, c’est intéressant!

En outre, je parle d’allaitement, car il s’agit de la norme biologique de notre espèce. Si tu biberonnes, cela va dans le même sens. Donne-lui son biberon sans t’inquiéter de ta montre, ton bébé sait de quoi il a besoin.)

Une autre clef du maternage, c’est le portage. Comme énoncé auparavant, le bébé a besoin d’être rassuré. Il est habitué aux mouvements et aux battements du cœur (entre autres). Il n’est donc pas rare qu’un bébé ne soit bien que dans les bras, parce qu’il s’y sent rassuré (et non pas parce qu’il est capricieux, merci Tatie et Tonton des commentaires !). Alors que faire lorsque ton bébé ne veut que tes bras ? Eh bien, le prendre. Super solution efficace à 100% pour avoir un bébé qui se sent bien et qui pleure peu… Cela a été démontré, les bébés portés pleurent bien moins que les bébés qui ne le sont pas.
Aaaah… tu voulais savoir comment gérer ton quotidien avec un bébé dans les bras ? Le portage !
Vraiment, le portage, c’est la VIE !

Tu mets ton bébé dans l’écharpe, dans un sling, ou autre moyen de portage adapté à sa morphologie (donc son âge et son écartement des hanches) et youplaboum : tu as les mains libres et un bébé heureux.
Alors oui, tu vas continuer à te mouvoir comme en fin de grossesse et ton ventre est encore plus haut. Mais ça te donne une excuse pour déléguer la gracieuse tâche de récurer ta baignoire… ou de la postposer (ça change vite de rythme, un tout petit, rien n’est acquis !)

20180118_161606

20180105_173901

20180407_181512

Sling Ling Ling d’amour; écharpe JPMBB basic; le BB Tai de Babylonia – à ça, tu peux ajouter une inconditionnelle écharpe en sergé tissé de chez Storchenwiege et tu as mes 4 outils, même si je n’utilise plus la JPMBB, elle a été magique pour les 4 premiers mois.

Le portage peut se pratiquer du matin au soir, sans limite de durée, sans se prendre la tête pour tenter de poser ton bébé afin qu’il dorme (il dort sur toi, et souvent bien plus longtemps que posé), soit rassuré et même nourri (si tu deviens un peu aguerrie pour l’allaitement en portage). On apprend à porter en faisant les courses, à manger, en faisant le ménage (et en découvrant que le bruit de l’aspirateur endort la prunelle de tes yeux, si tu as la même chance que moi), en mangeant (en mettant un lange/tetra au-dessus du marmot, non c’est pas classe, oui, c’est pratique !), en allant aux toilettes (il est passé par ton vagin-souvent-, il n’a pas encore de pudeur !)… La seule limite, c’est la douche.

Autre avantage, en portant beaucoup ton bébé, tu vas éviter qu’il développe un problème de type plagiocéphalie (tête plate) et autres « joyeusetés » posturales. Il tiendra aussi plus rapidement sa tête… cela prouve bien que l’humain est FAIT pour être porté. Un crâne malléable n’a pas vocation à être maintenu dans une position.

Ensuite, dans la trousse du maternage, il y a le cododo. La société occidentale en a peur, mais c’est une attitude d’une praticité incroyable : tu allaites allongée et tu te réveilles peu de temps (en fonction de ton anxiété, moi, je m’étais beaucoup renseignée avant d’accoucher, et dès la maternité, j’ai adopté la position de sécurité pour la nuit… et je ne suis jamais restée éveillée durant une tétée de nuit ! :-p Et je n’ai jamais été épuisée comme j’avais pu le lire chez beaucoup de jeunes parents.) et le bébé a aussi besoin d’être rassuré la nuit (les cycles jour/nuit ne sont pas acquis à la naissance). En outre, même si l’on ne partage pas son lit, l’OMS recommande de partager sa chambre avec le bébé pendant 6 mois minimum, afin de prévenir la mort subite du nourrisson.

Je t’invite vraiment à considérer le cododo différemment de ce que la société occidentale veut en faire : une simple pratique logique avec de jeunes enfants. La plupart des peuples moins nantis fonctionnent sur un système de lit commun/chambre partagée. C’est un problème de riches que d’avoir la place pour séparer les parents des enfants durant le sommeil.

Cependant, il y a des règles de sécurité à mettre en place pour le cododo, voici un article très clair sur le sujet : https://naitreetgrandir.com/fr/etape/0_12_mois/viefamille/fiche.aspx?doc=cododo-partage-lit

La crainte du maternage proximal est entretenue par les psy (souvent psychanalystes… !) et les sociologues qui généralisent les cas exceptionnels de relations toxiques et les parents ultra perfectionnistes voire de décès de nourrisson par étouffement. C’est fréquent, à tous les sujets, de décrédibiliser une pratique par des contre exemples violents. Mais n’oublions jamais qu’un cas problématique ne peut pas entacher toutes les recherches et les preuves scientifiques abondant dans le sens de cette pratique. Quelques articles de presse jugent avant même de faire une recherche étayée des choses.

Il ne faut pas oublier que : « Toute vérité franchit trois étapes. D’abord elle est ridiculisée. Ensuite, elle subit une forte opposition. Puis, elle est considérée comme ayant toujours été une évidence. » – Arthur Schopenhauer

Simplement, le maternage proximal rencontre le besoin de retrouver ce qui est inscrit en nous, dans nos cœurs. Ce qui part du cœur ne saurait être néfaste pour les êtres que l’on chérie.

Enfin, je te propose une petite bibliothèque pour détailler le sujet avec des illustres auteurs/autrices :

  • William Sears, auteur de l’expression « attachment parenting » (théoricien du maternage proximal de son état)
    « Élever son enfant… autrement », de Catherine Dumonteil-Kremer
  • « Ne pleure plus bébé! » de Claude Suzanne Didierjean-Jouveau

C’était intense ! Ce fut le premier article… Il est très fourni en informations, et je vais détailler la plupart des notions par la suite, de manière plus courte.

J’espère sincèrement que cela t’aura plu. Laisse un commentaire si tu veux avoir des précisions sur un sujet ou l’autre : je peux aisément te répondre et rédiger un nouvel article pour éclairer tes interrogations, et ainsi entretenir ta curiosité.